Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 10:10

je suis confronté, au sein de mes deux activités au crr, dans mes cours de formation musicale et dans mon atelier de guitare, à deux profils d'élèves : ceux qui attendent que je leur délivre un savoir, parce qu'ils n'ont pas la moindre petite idée de ce qu'ils veulent apprendre, et ceux qui ont une petite idée de ce qu'ils veulent apprendre, qui ont déjà une connaissance de la chose musicale, et qui attendent de ma part que je partage avec eux cette connaissance, pour la développer et l'enrichir.

dans mes cours de formation musicale, la plupart des élèves sont dans une posture d'attente et de soumission au savoir que j'ai à leur transmettre; certains cependant sont récalcitrants à cette posture, hermétiques au fait qu'ils seraient des vases vides qu'il s'agirait de remplir, eux mêmes étant des vases à moitié remplis, de par leur expérience personnelle ou de par leur profil psychologique; le cours de formation musicale tend à la transmission de savoirs, les élèves étant sensés ignorer la chose musicale, objectivé par le savoir solfègique.

dans mon d'atelier guitare, certains élèves ont déjà un "projet", désireux de pratiquer un instrument qu'ils souhaitent maîtriser, sur un répertoire qui les agrée, ils attendent que je leur indique des voies pour améliorer leur pratique; d'autres ont des postures de consommateur de culture, attendant de ma part que je leur propose des choses à jouer; mais le but de l'atelier est bien que chaque élève développe ses propres envies et goûts musicaux, qu'il acquiert par lui même ses propres connaissances musicales, et les développe au sein de l'atelier; la musique n'est alors plus un objet à transmettre, mais c'est au sujet musicien de se découvrir, de se révéler, pour mieux prendre son envol, le professeur n'est plus ici un transmetteur de savoirs, mais celui qui va favoriser l'éclosion de connaissances incorporées de l'élève dont il s'agira alorsd'élargir le champ.

pour forcer le trait dans la caricature, je dirai que les élèves soumis et à l'aise dans la procédure scolaire de la transmission des savoirs ont toutes les chances de réussir dans les cours de formation musicale, les autres y seront rebelles, récalcitrants et vite découragés; à l'inverse, ces élèves qu'ont dit "autonomes", détachés de la procédure scolaire et doté d'une personnalité affirmée, ont toutes les chances de réussir dans l'atelier guitare; les autres ne résisteront pas longtemps à ce qu'un sociologue appelle "la fatigue d'être soi".

Ces deux processus devraient exister et vivre d'une manière paradoxalement complémentaire, car la transmission des savoirs tend à un élargissement des connaissances et une affirmation d'un soi individuel, le partage des connaissances tend à transmettre de nouveaux savoirs et à une adaptation à la normalité collective

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de l'aunis
  • : actualité de la musique et de son enseignement
  • Contact

Recherche