Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 07:31

ce que je nomme pratique maîtrisienne vient du mot maîtrise, groupe d'enfants qui, depuis le XI°siècle, est constitué pour apprendre à lire la musique et pouvoir la produire lors de cérémonies religieuses; la musique est ainsi issue essentiellement de "partitions", unique référence du répertoire, que l'on pourrait classer sous la rubrique "musique classique"

la pratique ménétrière vient de "ménétrier", pratique de la musique populaire au moyen âge, dont les principes sont la transmission "orale" de maître à élève, pratique poly-instrumentale initiale et répertoire profane

cette distinction, issue de la tradition praticienne de la musique, peut se retrouver à notre époque, entre ceux qui lisent la musique classique, et ceux qui jouent "d'oreille" du jazz, de la variété ou des chansons populaires;

les finalités des deux pratiques ne sont pas les mêmes :

la pratique maîtrisienne est pertinente pour la pratique d'ensemble, où, dans un orchestre classique par exemple, tous les violons doivent jouer strictement en même temps, avec le même coup d'archet, pour produire un son homogène

la pratique ménétrière est plus individualisante, opportune pour l'improvisation et la reprise, non contraignante vis à vis d'un cadre collectif, elle puise son répertoire dans les nouvelles technologies (mp3, internet, médias....) et peut se passer de la "partition", sacralisée par la pratique maîtrisienne.

j'ai trouvé dans la presse locale deux articles qui peuvent illustrer le propos

le premier est un article sur la constitution de choeurs d'enfants liés à la production d'un spectacle annuel; les enfants y apprennent le solfège pour pouvoir lire de la musique qu'on leur présentera sous forme de partitions, dans le but d'une pratique collective où chacun devra s'accorder avec l'autre

le second présente une école de musique "alternative" à un conservatoire; à la lecture de cet article, la distinction entre les deux pratiques n'est pas affirmée, ce qui laisse le sentiment que cette école reprend peu ou prou le modèle du conservatoire en plus édulcoré; si la responsable de cet établissement avait pu connaître la distinction nette entre pratique maîtrisienne et pratique ménétrière, je pense que son discours n'aurait pas étéle même

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de l'aunis
  • : actualité de la musique et de son enseignement
  • Contact

Recherche