Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 08:03

un beau film

-où on parle arabe, mais où, à aucun moment, ne sont évoqués ni la religion, ni le terrorisme islamique

-où l'amour est évoqué sous son versant charnel, mais aussi sentimental

-où des prostituées de luxe se trimballent en Logan

-où les princes saoudiens sont présentés comme ayant du pétrole, mais pas d'idée

-où, pour ceux qui sont allés à Marrakech, les rues sont le terrain d'une humanité qui existe encore au Maroc, mais qui n'a plus lieu d'être dans notre pays

-où les jeunes filles marocaines rêvent simplement d'un bref séjour en Espagne pour y gouter un air de liberté qu'elles estiment bafoué dans leur pays

-où le foulard et la gandoura permettent aux femmes de circuler anonymement dans les rues étroites de la medina de Marrakech

-où une passe de prostituée à Marrakech, c'est un billet de 100 dirhams et une caisse de légumes

-où les flics marocains pratiquent la corruption en se faisant payer en nature

-où les fêtes à Marrakech sont le théâtre d'un jeu de séduction, certes vulgaire, mais qui évoquent plus un érotisme oriental qu'une pornographie hollywoodienne

-bref, un film almodovarien,, loin des clichés debouzziens du plouc du bled,, ou du discours sinistre finkelkrautien sur la menace islamiste

-autant de raisons, et d'autres encore, pour apprécier ce film, témoignage d'une vision de la complexité marocaine, envahie par les attraits d'une occidentalité libre et non faussée, mais bien attachée à son identité orientale qu'elle n'est pas prête de lâcher

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de l'aunis
  • : actualité de la musique et de son enseignement
  • Contact

Recherche