Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 08:24

mediapart vient de publier un très long article sur les conservatoires de paris; on peut y pointer plusieurs thèmes ayant trait à la musique, à son enseignement et à son organisation administrative

1 - un directeur de conservatoire a un pouvoir absolu et peut pourrir la vie de ses subordonnés comme il l'entend

2 - un directeur de conservatoire est indéboulonnable et il faut qu'il fasse une enorme connerie pour qu'on pense à le virer

3 -il existe un lobby homophile au sein de l'organisation administrative des artistes (on pourrait aussi parler du lobby féministe)

4 - les relations entre autorité administrative (la mairie) et autorité pédagogique (le directeur du conservatoire) sont ambigues et problématiques : le directeur est traité de "beni oui oui" quand il obéit aux injonctions de sa hiérarchie (la mairie) (en tant que fonctionnaire, c'est pourtant la première de ses obligations) mais il est se fait le héraut absolu d'une idée commune et aristocratique de la musique, et en défend toutes les valeurs élitistes et convenues répandues dans les classes moyennes

5 - le cours individuel  est propre à tout conservatoire; cette exception me semble la seule admise dans les structures d'enseignement; Sprogis disait qu'il n'y a que deux métiers où un adulte pouvait suivre individuellement sur plusieurs années un enfant : le curé et le prof d'instrument de conservatoire; le pouvoir de séduction du prof d'instrument vis à vis de son élève ne peut être nié, combien de profs ont séduit leur élèves, et combien d'élèves ne sont pas tombés sous le charme de leur prof; aucune étude , à ma connaissance, n'a été envisagée à ce propos

6 - dès qu'il est question d'envisager un changement dans l'organisation pédagogique d'un conservatoire, aussitôt les mêmes voix se font toujours entendre; celles de ceux ou celles qui ont réussi ce gymkana invraisemblable de tenir une dizaine d'années dans un conservatoire, et qui en gardent tous une nostalgie bienveillante; notons à ce propos que cette caste ne représente pas grand chose du public habituel d'un conservatoire, qui abandonne dans sa très large majorité au bout de quelques années, vaincu et dégoutté par les absurdités de l'organisation de cette institution 

7 - à aucun moment dans l'article de mediapart, il est question de l'enseignement du solfège, qui est de mon point de vue la lèpre d'où vient tout le mal qu'on peut penser d'un conservatoire; je reste convaincu que la seule sortie possible de cette impasse qui mine l'enseignement de la musique en france est de trouver une alternative à un enseignement trouvant ses racines au moment de la création du conservatoire de paris au moment de la revolution française, à savoir une hégémonie absolue de la pratique maitrisienne au détriment de la pratique ménétrière,( l'exemple de el sistema au venezuela, cité dans l'article de médiapart, illustre le propos : les petits venezueliens pratiquent d'abord un instrument, puis apprennent les éléments de solfège pour pouvoir lire et comprendre la musique, et ils ne connaissent pas l'idée absurde qu'il faut connaitre les éléments graphiques du solfège avant d'envisager la pratique d'un instrument

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de l'aunis
  • : actualité de la musique et de son enseignement
  • Contact

Recherche