Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 07:59

durant la deuxième semaine de septembre, j'ai effectué un tour de corse à vélo

après avoir acquis par internet un billet pour le bateau toulon bastia, j'ai donc rejoint toulon par le train

le premier aperçu de la corse, je l'ai eu en gare de saint charles à marseille

à la descente du train bordeaux marseille, je rencontre une personne assez agée qui descendait son vélo du fourgon 

nous faisons connaissance

c'est un américain de 77 ans qui fait du tourisme à vélo

il prend le bateau pour la corse à marseille

il me loue la beauté de l'ile, mais il dit de me méfier des routes autour d'ajaccio, où la circulation automobile est complètement folle

il remarque mes portes bagages bien chargés, alors que son vélo ne supporte qu'un petit sac en toile, et me dit que son principal bagage, c'est une petite carte en plastique qui lui permet de se payer des hotels : "je suis retraité et riche", me dit-il avec un air de satisfaction évident

nous nous souhaitons bonne chance, peut être nous reverrons nous dans l'ile, et je me dirige vers le quai où m'attend un ter pour toulon

à toulon, la gare maritime est facile à trouver, et j'aperçois l'immense paquebot jaune de la compagnie corsica ferries qui voguera la nuit vers bastia

première étape bastia l'ambada

le tour de corse en 8 jours

la sortie de bastia est laborieuse, il y a beaucoup de circulation, et il faut parcourir une trentaine de kms pour être un peu plus tranquille

je vais jusqu'au bout du cap corse, et je fais connaissance des magnifiques routes côtières qui s'agrippent à flanc de montagne

le tour de corse en 8 jours
le tour de corse en 8 jours

deuxième étape :l'ambada galeria

le tour de corse en 8 jours

je passe l ile rousse et calvi pour atterrir le soir dans un camping à galeria

sur la route, il y a une nuée de motards qui me doublent ou qui me croisent

le tour de corse en 8 jours

la route alterne entre montée vers des pics, et descente vers des plages

le tour de corse en 8 jours

troisième étape galeria la liscia

le tour de corse en 8 jours

passage par les calanques de piana, magnifiques

le tour de corse en 8 jours
le tour de corse en 8 jours
le tour de corse en 8 jours
le tour de corse en 8 jours

quatrième étape : la liscia serra di ferro

le tour de corse en 8 jours

il faudra l'ascension de deux cols avant d'arriver à ajaccio

les pentes ne sont pas encore très rudes et l'ascension se fait assez facilement

une pause dans la montée

une pause dans la montée

la route s 'éloigne de la côte et ça grimpe toujours

la route s 'éloigne de la côte et ça grimpe toujours

franchissement d'un des cols

franchissement d'un des cols

sortie d'ajaccio

sortie d'ajaccio

la sortie d'ajaccio se fait sans encombre, la route longe la mer, mais lorsque la route attaque la montagne, là, les pentes sont raides et je rencontre des vraies routes de montagne

lors de l'ascension vers le col

lors de l'ascension vers le col

arrivé au sommet, petite pause puis j'entame la descente jusqu'à propriano, où je compte camper le soir

mais à la sortie d'un virage, en pleine descente, une voiture en face de moi déboite vers la gauche, le choc est inévitable, je heurte le véhicule, me retrouve par terre, tous mes bagages étalés sur la route; fou de rage, je me relève sans trop de bobos et me dirige vers la voiture qui s'est arrêtée; la conductrice se met à geindre et d'une voix fluette, se met à  répéter :"je suis handicapée, je suis handicapée; je ne suis pas bien"

désemparé je ne sais que faire lorsque survient un jeune homme, il se dit pompier et commence à prendre les choses en main; il faut d'abord garer la voiture sur le côté, ce que fait le jeune homme, mettre mon vélo sur le bord de la route, et là, je vois que le porte bagage arrière est tout faussé et coince la roue arrière; je sens que mon périple va s'arrêter là, je suis furieux

que faire : faire un constat, appeler les pompiers, car deux doigts de ma main gauche sont tout gonflés et je ne peux plus les bouger

le comportement de la dame ne m'aide guère, elle n'arrête pas de gémir et de se plaindre, un comble alors qu'elle vient de me blesser avec sa bagnole

pourtant, la dame nous apprend qu'elle habite un peu plus haut, le jeune homme prend le volant de la voiture, installe la dame à côté, et va se rendre au domicile de la dame, pour aller chercher le mari

quelques minutes plus tard, la voiture revient, se gare, et en sort un homme assez âgé, cheveux gris coiffés en arrière, prestance d'homme sûr qui regarde d'un oeil, mauvais le spectacle de mon vélo détruit et de ma main blessée

entre temps, j'ai fait appel à intermutuelle assistance, pour me donner des conseils : au bout du fil, un opérateur me fait patienter pour demander conseil à son "manager", et me profère des banalités qui ne me sont d'aucune utilité

le mari de la dame commence à s'impatienter, me dit qu'il va pas passer la nuit ici, 

arrive un pick up conduit par un jeune homme dont le visage est caché par une grosse paire de lunettes; c'est le fils du mari de la dame

après palabres, et demande de conseil au pompier qui ne m'est d'aucun secours dans la mesure où il me dit : "c'est vous qui décidez", car j'ai le choix entre faire intervenir l'assistance, mais mon voyage sera compromis, ou trouver un arrangement avec le mari et son fils

enfin, une décision est prise : mon vélo est hissé dans le pick up, et sera amené chez un réparateur de vélo que le "papé" connaît(c'est comme ça que je vais le nommer, un mélange de yves montant dans "gens de florette" et de niels arestrup dans "le prophète") , et le papé va m'amener chez un médecin ami

je monte dans la voiture avec le papé, et on descend jusqu'à porto pollo chez le medecin, dont la porte du cabinet est fermé, parce qu'on est dimanche!

papé peste; on retourne chez lui,

il tient un restaurant

il me dit que tout s'arrangera demain, vous pouvez installer votre tente dans mon jardin, et vous prendrez bien l'apéro; pour l'apéro ça ne me dit rien du tout, j'installe la tente dans le jardin, et je demande si je peux prendre une douche

le papé n'y voit pas d'objection, et je prends une douche dans sa maison

ensuite, royalement, il m'offre le dîner

il me parle de lui, se plaint d'ennuis de santé, est obligé de faire un régime, il doit maigrir selon l'avis de ses medecins, mais "ils me font chier" dit il de son accent inimitable, m'avoue qu'il fumait deux paquets et demi de clopes par jour, qu'il a subi un triple pontage coronarien alors que je le vois bouffer un poulet entier, s'enfiler un grand verre de rosé, se prendre deux belles parts de fromages et finir par un fruit production local, preuve que ce corse est aussi solide que les montagnes qui dominent son petit resto

ce doit être un solide bonhomme, il me raconte sa vie, éleveur de vaches, puis propriétaire d'un resto, ça marche, j'ai pas trop à me plaindre; il a cet accent inimitable corse, on dirait un parrain mafioso entouré de toute une cour qui se baisse à ses pieds

la nuit arrive, je rejoins ma tente

le lendemain, on se retrouve chez le médecin ami, qui me prescrit une radio à faire a propriano pour voir s'il n'y a rien de cassé, et m'ordonne un médicament pour faire dégonfler mes deux doigts blessés

entre temps, nous avons amené mon vélo chez le réparateur, et nous remontons au resto

je passe la matinée à bouquiner sur la terrasse du resto, et vers midi, nous redescendons à porto pollo chez le réparateur de vélo; il a dévoilé la roue arrière, remis en place la lumière, mais quant au porte bagage, il est tout de travers, et réinstallé sur le vélo et se trouve à quelques millimètres de la roue arrière; j'en fais part au réparateur qui me dit : "ne vous inquiétez pas, ça tiendra"

il est plus de midi quand je repars, après avoir serré la main du papé

j'irai jusqu'à propriano, pour une pizza, et il se met à pleuvoir

 

 

étape 5 proto pollo calderrello

le tour de corse en 8 jours

je passe sartène sous la pluie, le parcours n'est pas agréable du tout, il pleut, je roule sur une nationale avec beaucoup de circulation

le soir je m'arrête dans un camping 

etape 6 calderrollo solenzara

le tour de corse en 8 jours
passage a bonifacio

passage a bonifacio

du haut de la fortersse, atteinte à pied, une belle vue de la ville

du haut de la fortersse, atteinte à pied, une belle vue de la ville

le soir, pause dans un camping à solenzara, camping super, juste au bord de la plage

le tour de corse en 8 jours
le tour de corse en 8 jours

etape 7 de solenzara à ponte francardo

le tour de corse en 8 jours

à la sortie de solenzara, j'ai décidé de ne pas continuer par la route côtière, trop de circulation, et je bifurque par des petites routes de mopntagne pour atteindre corte

je me retrouive à un moment sur la plateforme d'une ancienne voie ferrée, la pente est douce, je suis à peu près seul sur la route

le tour de corse en 8 jours
le tour de corse en 8 jours

helas, cela ne dure pas longtemps et l'ascension vers les hauteurs commence, je m'élouigne de plus en plus du bord de mer

le tour de corse en 8 jours

la charcuterie corse est réputée, j'ai trouvé des cochons heureux

le tour de corse en 8 jours
le tour de corse en 8 jours

la route pour corte est difficile elle passe dans la montagne

le tour de corse en 8 jours

le soir je trouve un camping en bord de route; il commence à faire froid; la propriétaire du camping me propose de partager le repas du soir avec les siens; j'accepte, il y aura de la soupe corse, du fromage bien corsé (tellement corsé qu'il faudra l'attendrir avec de la confiture de figue), et du raisin production locale

etape8  retour à bastia

le tour de corse en 8 jours

immense descente jusquà bastia

le tour de corse en 8 jours

a bastia je fais un tour à la gare, où stationne un autorail, livré récemment aux chemins de fer corse; problème: on ne peut pas y mettre son vélo, et son moteur en marche fait le bruit d'un vieux rafiot

le tour de corse en 8 jours
un autorail de la génération précédente, en train de pourrir sur des voies rouillées

un autorail de la génération précédente, en train de pourrir sur des voies rouillées

je passe tranquillement la journée à bastia, en attente du bateau qui me ramènera à toulon, qui se profile à l'horizon, et qui se présente pour accoster à bastia

le tour de corse en 8 jours
au moment de monter à bord, attente sur le quai d'embarquement, il y a une nuée de motards, je suis le seul cycliste

au moment de monter à bord, attente sur le quai d'embarquement, il y a une nuée de motards, je suis le seul cycliste

la traversée se fait de nuit, on peut dormir n'importe où dans le bateau, il n'y a pas trop de monde

une petite remarque à propos du prix de la traversée : à l'aller, j'ai acheté mon billet par internet, et j'en ai eu pour 47 euros

pour le retour, j'ai acheté le billet à la billetterie de la compagnie à bastia, et là, j'en ai eu pour 36 euros

arrivé à toulon, je prends un ter pour marseille, et, en gare de marseille saint charles, je fais une recherche pour un train pour paris, je trouve une place à 45 euros pour le train de nuit qui part le soir même de marseille blancarde

je profite de cette journée à marseille pour faire le tour de l'etang de berre

le tour de corse en 8 jours

le soir à rognac, la circulation est intense, les possibilités pour rejoindre marseille par les petites routes sont limitées et compliqués, je décide donc de rejoindre marseille en ter

le soir, tout près de la gare, il y a un quartier arabe où on peut déguster une assiette de tajine pour 5 euros, comme dans le bled, mon frere

je me rends enfin à la gare de blancarde, en droit glauque où une poignée de personnes attendent le train de nuit pour paris

à paris le lendemain matin, je profite des voies sur berges débarrassées des bagnoles, et j'emprunte un tunnel où y règne un silence impressionnant 

merci madame hidalgo pour cette excellente initiative, qui je l'espere va continuer à débarrasser cette belle ville de bagnoles bruyantes et polluantes

merci madame hidalgo pour cette excellente initiative, qui je l'espere va continuer à débarrasser cette belle ville de bagnoles bruyantes et polluantes

l'après midi, je vais à la manif des insoumis de la place de la bastille à république, puis je rejoins la gare montparnasse, où un tgv pour poitiers m'attends, une place à 27 euros que j'ai trouvée le jour même : qui a dit que le train était cher?

épilogue

à mon retour à poitiers, je rends visite à mes petits enfants, et leur mère, qui est médecin, me conseille de me rendre aux urgences, remarquant que mes deux doigts sont toujours enflés

je me rends donc à la polyclinique, radio est faite, rien de cassé, juste une luxation vite réduite, j'en ai pour 15 jours de convalescence avec une attelle avant que tout redevienne normal

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de l'aunis
  • : actualité de la musique et de son enseignement
  • Contact

Recherche