Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 08:54

je ne sais pas si vous avez entendu les commentaires de gerard courchel de france inter parlant de son "ami" pierre boulez, c'est absolument affligeant, pour un journaliste qui reconnait ne pas connaitre la musique, c'est une performance dont le défunt aurait bien pu se passer

ce "grand pedagogue" a essayé, au moment de sa gloire, d'imposer auprès des conservatoires la pratique de la musique serielle, une mode bien ephemere que nombre de directeurs (je pense à sprogis) se sont evertués à diffuser, par des methodes (dont l'inénarrable methodicare de pousseur, perdu à jamais dans les poubelles de l'histoire de la pédagogie de la formation musicale) qui ont fait long feu et dont de nombreux volumes prennent la poussière dans les bibliothèques des conservatoires

pierre boulez rejoint desormais pierre schaeffer dans le pantheon des penseurs de la musique du XX° siècle

lequel des deux restera dans l'histoire

une partie de la réponse se trouve dans ces deux articles que j'ai retrouvé sur ce blog

Repost 0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 08:35

arrivent les derniers jours de cette année 2015, et je n'ai plus le coeur à l'ouvrage; je n'ai pas encore terminé mon article sur mon dernier périple à travers l 'espagne et le maroc, des premiers mois de retraite sont éprouvants pour des raisons familiales, mais j'espere être d'attaque l'année prochaine

Repost 0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:59

mercredi 30 septembre

j'ai préparé mon vélo la veille, sacoches à l'avant, tente sur le porte-bagage, et installation d'un compteur

départ de Poitiers vers 8h,

à la sortie de Poitiers, un véhicule s'arrête à mes côtés; c'est un parent d'élève qui m'interpelle; je lui dis que je me dirige vers le Maroc, et, en le disant, je me trouve bien prétentieux de lui déclarer pareil propos, cette destination me paraissant bien lointaine et peu réaliste.

passage à 10h à Vivonne

jusqu'à a Angoulême, je suivrai la voie ferrée Poitiers Bordeaux par des petites routes

de Poitiers à Saidia, le parcours français, objectifs atteints

repos et repas sur la terrasse d'un petit restau à Saint Macoux, il fait beau, le soleil brille de tous ses feux

passage à Ruffec vers 16h

j'aborde les premières maisons d'Angoulême vers 19h30, il faut que je rejoigne le quartier "ma campagne", où ma nièce Marion anime un atelier vélo dans une maison de quartier

je trouve enfin l'atelier, qui ferme à 21h, et nous rejoignons son domicile, qui m'hébergera pour la nuit

jeudi 1° octobre

je suis prêt à repartir dès 7h du mat, il fait encore nuit, mais je souhaite rejoindre Bordeaux le soir, et Marion m'a dit que l'étape faisait plus de 160 bornes

jusqu'à Barbezieux, je suis par des petites routes la N10

de Poitiers à Saidia, le parcours français, objectifs atteints

A Barbezieux, pause petit déjeuner sur la terrasse d'un café

puis plus de 30 kms de voie verte, jusqu'à Clerac

à la fin de la piste de Clerac, pique nique sur une aire de repos, et direction Bordeaux, par le pont sur la Dordogne à St André de Cubzac

de Poitiers à Saidia, le parcours français, objectifs atteints

atteindre le centre de Bordeaux n'est pas simple, j'arrive à l'auberge de jeunesse du centre ville à la tombée de la nuit, mais l'auberge affiche complet

On me dit qu'il y a une deuxième auberge de jeunesse à Bordeaux, c'est à Blanquefort

allez, encore 20 bornes pour l'atteindre

au total, pendant cette journée, j'aurai parcouru plus de 160 bornes, les prédictions de ma nièce se sont avérées exactes

A Blanquefort, je partage la chambre avec un Sri Lankais qui fait de l'intérim à Arcachon; celle ci est très confortable, douche et toilettes individuelles, propreté impeccable

vendredi 2 octobre

le petit déjeuner de l'auberge de jeunesse de Blanquefort est fort copieux, et je décolle vers 7h30, direction Bordeaux et sa circulation incessante, vers les boulevards extérieurs, pour rejoindre Leognan

de Poitiers à Saidia, le parcours français, objectifs atteints

puis, de Leogan, je rejoins Hostens, la fin du parcours se fait par une voie verte, dont j'ai raté le début

de Poitiers à Saidia, le parcours français, objectifs atteints

cette voie verte part de La Brede pour rejoindre Hostens

a Hostens, pause déjeuner dans une pizzeria, puis direction Morcenx, c'est tout droit, c'est tout plat, peu de voitures sur ces routes, à travers l'immense forêt des Landes

de Poitiers à Saidia, le parcours français, objectifs atteints

je pensais camper à Morcenx, j'y avais noté un camping sur internet, mais le temps est incertain, les nuits commencent à être froide, et je trouve un hôtel a Arjuzanx, dont le propriétaire me vante les attraits touristiques

samedi 3 octobre

j'ai bien fait de dormir à l'hôtel, il y a eu de l'orage cette nuit et il a plu

départ dans la brume vers 7h30, direction Dax, que j'atteins vers midi, je trouve une caféteria Leclerq où la bouffe est infecte

de Poitiers à Saidia, le parcours français, objectifs atteints

de Dax, je rejoins Bayonne

de Poitiers à Saidia, le parcours français, objectifs atteints

puis, de Bayonne, direction Hendaye, puis la frontière espagnole à Irun

de Poitiers à Saidia, le parcours français, objectifs atteints

à Irun, je trouve l'auberge de jeunesse, pas très loin du centre ville

de cette étape française de mon périple, j'ai respecté les objectifs que je m'étais fixés, atteindre l'Espagne en 4 jours, ponctué par des étapes que je m'étais fixées au préalable; mais les choses vont se gâter en Espagne

Repost 0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 09:03

Pendant tout ce mois d'octobre 2015, j'ai enfourché mon vélo pour un périple à travers le sud de la France, l'Espagne et le nord du Maroc

Ce que je retiens d'essentiel de cette aventure, c'est le vœu de bannir de mon vocabulaire le mot "projet"

selon l'une des premières occurrences de Google lorsqu'on y tape le mot "projet", on obtient ceci :, "On appelle projet un ensemble finalisé d’activités et d’actions entreprises dans le but de répondre à un besoin défini dans des délais fixés et dans la limite d'une enveloppe budgétaire allouée.

Selon cette définition, mon projet aurait été un ensemble finalisé d'activités (faire du vélo), dans le besoin de répondre à un besoin défini (célébrer symboliquement le début de ma retraite), dans des délais fixés (un mois), et dans la limite d'une enveloppe budgétaire alloué (une dizaine de billets de 50 euros bien rangés dans mon portefeuille.

Eh bien, cette manière d'envisager les choses au préalable s'est révélée caduque au fil de mon voyage.

Obnubilé initialement par cette idée de projet, j'en avais formulé un autre, au fil des premiers jours de mon cheminement, qui était le suivant : mon projet, c'est d'écrire une carte postale à ma nièce sur laquelle j'aurai écrit :" ton tonton t'écrit de Tata";

de Poitiers à Saidia, plus de 2000 kms à vélo, le projet

Cette formule, qui sonne comme le début d'un sonnet de Bobbie Lapointe, je la trouvais rigolote, sauf qu'elle m'astreignait à rejoindre Tata, aux confins du désert saharien, performance que je croyais possible lors des premiers jours d'octobre, mais dont la réalisation, au fil du temps, semblait de plus en plus pénible à accomplir;

Se fixer un objectif, c'est donc se contraindre à réaliser un challenge qu'on s'est délibérément choisi, et de le réaliser coute que coute. On dit qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, on pourrait dire aussi qu'il n'y a que les cons qui s'astreignent à réaliser des objectifs qu'ils se sont fixés eux mêmes.

Un autre de mes objectifs initiaux, c'était de suivre une parcours censé être cyclable entre Gijón et Seville, dont un site internet vantait les mérites touristiques

On verra, au fil de la narration de mon périple, que cet itinéraire n'existe pas, tout du moins pour les vélos.

Je me suis rendu compte en fait que lorsqu'on entreprend ce genre de cheminement, il vaut mieux avoir une idée vague de l'itinéraire, du temps imparti et de sa destination, pour pouvoir profiter du présent, apprécier les rencontres imprévues, se laisser aller par l'intuition de prendre à gauche plutôt que de filer tout droit, prendre au vol les opportunités de hasards fortuits, et ne pas se fixer définitivement sur un but qui aveugle tout l'environnement du parcours;

Cette idée de laisser dans le vague sa destination, c'est un peu comme ces pèlerins qui commençaient leur expédition, qui prévoyaient les premières étapes de leur parcours, mais, par superstition, n'osaient envisager la suite de leur voyage, de peur de ne pouvoir le réaliser.

Cette notion de" projet", avec son abominable corollaire "objectif", je vais essayer de m'en débarrasser, comme un furoncle pustulent qui aurait subrepticement envahi mon esprit.

Franck Lepage parle aussi à sa manière du mot "projet"

je raconterai, dans la suite de plusieurs articles à venir, mes pérégrinations cyclistes, où comment un projet initial s'est peu à peu délité pour devenir une réalisation que je suis loin de regretter maintenant

Repost 0
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 08:03

un beau film

-où on parle arabe, mais où, à aucun moment, ne sont évoqués ni la religion, ni le terrorisme islamique

-où l'amour est évoqué sous son versant charnel, mais aussi sentimental

-où des prostituées de luxe se trimballent en Logan

-où les princes saoudiens sont présentés comme ayant du pétrole, mais pas d'idée

-où, pour ceux qui sont allés à Marrakech, les rues sont le terrain d'une humanité qui existe encore au Maroc, mais qui n'a plus lieu d'être dans notre pays

-où les jeunes filles marocaines rêvent simplement d'un bref séjour en Espagne pour y gouter un air de liberté qu'elles estiment bafoué dans leur pays

-où le foulard et la gandoura permettent aux femmes de circuler anonymement dans les rues étroites de la medina de Marrakech

-où une passe de prostituée à Marrakech, c'est un billet de 100 dirhams et une caisse de légumes

-où les flics marocains pratiquent la corruption en se faisant payer en nature

-où les fêtes à Marrakech sont le théâtre d'un jeu de séduction, certes vulgaire, mais qui évoquent plus un érotisme oriental qu'une pornographie hollywoodienne

-bref, un film almodovarien,, loin des clichés debouzziens du plouc du bled,, ou du discours sinistre finkelkrautien sur la menace islamiste

-autant de raisons, et d'autres encore, pour apprécier ce film, témoignage d'une vision de la complexité marocaine, envahie par les attraits d'une occidentalité libre et non faussée, mais bien attachée à son identité orientale qu'elle n'est pas prête de lâcher

Repost 0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 09:07

avec ma compagne, nous sommes partis deux petites semaines pour un tour du lac de constance

départ en bagnole de poitiers, pour une premiere etape à chalon sur saone, pour une mise en jambe pour un parcoures aller retour chalon macon par la piste verte et le piste bleue

la piste verte chalon macon est une des premiere piste verte créée en France; la signalétique est parfaite, un passage un peu difficile après Cluny pour se hisser vers le tunnel du bois clair

il faisait très chaud lorsqu'on a fait le periple, et la fraicheur du tunnel était vraiment étonnante

après une nuit de repos au camping de macon, retour par la voie bleue, qui longe la saone jusqu'à tournus; dans cette ville, une charmante hotesse de l'office de tourisme de cette ville nous a conseillé un itinéraire par des petites routes de campagne, et une autre voie verte pour rejoindre chalon

après cette mise en jambe, on reprend la bagnole pour Bale, plus précisément Huningue, où le camping du petit port heberge pour pas cher les cyclistes pour la suisse ou l'allemagne

premiere etape, de Bäle à Walshut, par la rive allemande; camping à Walshut

deuxieme etape, de walshut à busigen, où on a trouvé un camping dans la forêt, sur les rives du rhin, sympa mais cher

lors de troisieme etape, nous atteignons constance, que nous laissons pour rejoindre un immense camping quelques kilomètres plus loin

à Wallhausen, nous prenons le bateau pour Uberlingen, et nous longeons le lac jusqu'au soir, vers un autre immense camping, où une pluie soudaine et un orage violent vont bien nous rafraichir!!!!

etape suivante, on passe lindau, Bregenz et on se retrouve en suisse, dans un petit camping où tout est hyper nickel, mais où les prix sont suisses (28 euros pour la nuit)

etape suivante, où on se retrouve le soir au camping de shaffausen après une grosse halte à Constance

le lendemain, recamping le soir à Walshut, puis fin de la boucle et retour au camping de Huningue

quelques photos

une façade de l'hotel de ville de Bäle

une façade de l'hotel de ville de Bäle

à Bäle, il fait très chaud, et de nombreux baigneurs se laissent emporter sur quelques centaines de mètres par le courant du Rhin

à Bäle, il fait très chaud, et de nombreux baigneurs se laissent emporter sur quelques centaines de mètres par le courant du Rhin

les couleurs, sur le bord du Rhin, sont magnifiques

les couleurs, sur le bord du Rhin, sont magnifiques

un pont tout en bois qui traverse le Rhin à Bad Suckingen

un pont tout en bois qui traverse le Rhin à Bad Suckingen

la portye d'entrée de Stein am Rhein

la portye d'entrée de Stein am Rhein

le village se prepare à la fête

le village se prepare à la fête

les coteaux du rhin, avec ses célèbres vignes

les coteaux du rhin, avec ses célèbres vignes

les chutes du Rhin, vu du côté suisse

les chutes du Rhin, vu du côté suisse

et pour finir, le camping de Walshut

et pour finir, le camping de Walshut

Repost 0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 08:49

pendant une petite semaine, j'ai traversé la suisse à vélo, du nord au sud, en suivant la route 3

depart de bale

depart de bale

la piste aux environs de Liestal

la piste aux environs de Liestal

les premières montagnes se profilent à l'horizon, sur un chemin avant Luzern

les premières montagnes se profilent à l'horizon, sur un chemin avant Luzern

camping sauvage avant Luzern, dans un petit bois, il fait chaud, je ne monta que la moustiquaire

camping sauvage avant Luzern, dans un petit bois, il fait chaud, je ne monta que la moustiquaire

à mon réveil le lendemain, une magnifique journée se prépare, ciel bleu et chaleur assurés

à mon réveil le lendemain, une magnifique journée se prépare, ciel bleu et chaleur assurés

passage à Luzern

passage à Luzern

la route suit le lac après Luzern

la route suit le lac après Luzern

la piste se fraie un passage dans les zones suburbaines des villes traversées

la piste se fraie un passage dans les zones suburbaines des villes traversées

la piste finit à un moment en impasse, il est nécessaire de traverser le lac pour poursuivre sa route

la piste finit à un moment en impasse, il est nécessaire de traverser le lac pour poursuivre sa route

sur cette carte, on peut voir le trajet du bac qui traverse le lac

sur cette carte, on peut voir le trajet du bac qui traverse le lac

arrivée du bac sur l'autre rive

arrivée du bac sur l'autre rive

Altdorf se profile dans le lointain, et la route s'accroche aux parois abruptes de la montagne qui surplombe le lac

Altdorf se profile dans le lointain, et la route s'accroche aux parois abruptes de la montagne qui surplombe le lac

une autre vue en surplomb du lac, avec la voie ferrée que je vais suivre jusqu'à Goschenen

une autre vue en surplomb du lac, avec la voie ferrée que je vais suivre jusqu'à Goschenen

quelques kilomètres après Altdorf, l'entrée du futur tunnel de base du Gothard, qui sera long d'une soixantaine de kilomètres

quelques kilomètres après Altdorf, l'entrée du futur tunnel de base du Gothard, qui sera long d'une soixantaine de kilomètres

à Wassen, les longs fils de la voie ferrée s'entrelassent et disparaissent dans des tunnels hélicoidaux pour se hisser jusqu'à Goshenen

à Wassen, les longs fils de la voie ferrée s'entrelassent et disparaissent dans des tunnels hélicoidaux pour se hisser jusqu'à Goshenen

le site de Wassen

le site de Wassen

à l'approche de Goschenen

à l'approche de Goschenen

de Goschenen à Andermatt, la route est interdite à la circulation des vélos, il faut prendre un petit tortillard pour rejoindre Andermatt

de Goschenen à Andermatt, la route est interdite à la circulation des vélos, il faut prendre un petit tortillard pour rejoindre Andermatt

je plante la tente au camping d'Andermatt, où l'orage tonnera une partie de la nuit

je plante la tente au camping d'Andermatt, où l'orage tonnera une partie de la nuit

d'Andermatt au col du Gothard, c'est 600 mètres de dénivelées sur 9 kilomètres

d'Andermatt au col du Gothard, c'est 600 mètres de dénivelées sur 9 kilomètres

en pleine ascension

en pleine ascension

le col se profile

le col se profile

et ça monte, ça monte!!!!

et ça monte, ça monte!!!!

et pour finir en beauté, en plus de la pente, les pavés!!!!

et pour finir en beauté, en plus de la pente, les pavés!!!!

ça y est, le col est atteint, ouf, un instant pour respirer l'air pur de la montagne

ça y est, le col est atteint, ouf, un instant pour respirer l'air pur de la montagne

où la neige persiste par endroits

où la neige persiste par endroits

la descente va se révéler vertigineuse!!!

la descente va se révéler vertigineuse!!!

de Airolo jusqu'à Bellinzonna, ce sera une descente sur plus de 40 kilomètres, et là, j'ai vu plus d'un cycliste le sourire aux lèvres!!!

de Airolo jusqu'à Bellinzonna, ce sera une descente sur plus de 40 kilomètres, et là, j'ai vu plus d'un cycliste le sourire aux lèvres!!!

au droit de Baschina, la ligne du Gothard se love dans la montagne, comme un immense serpent se mordant la queue, pour descendre vers Bellizonna

au droit de Baschina, la ligne du Gothard se love dans la montagne, comme un immense serpent se mordant la queue, pour descendre vers Bellizonna

un de ces innombrables trains de fret au niveau inférieur

un de ces innombrables trains de fret au niveau inférieur

puis au niveau intermédiaire

puis au niveau intermédiaire

enfin au niveau supérieur

enfin au niveau supérieur

l'itinéraire est balisé par de nombreuses pancartes comme celle ci, mais qu'il ne s'agit pas de louper, quitte à se perdre rapidement

l'itinéraire est balisé par de nombreuses pancartes comme celle ci, mais qu'il ne s'agit pas de louper, quitte à se perdre rapidement

il fait très chaud, heureusement, l'itinéraire est émaillé par de nombreuses fontaines d'eau bien fraîche

il fait très chaud, heureusement, l'itinéraire est émaillé par de nombreuses fontaines d'eau bien fraîche

après une nuit de repos près du Ticino à Bellizonna (pour l'anecdote, il existe un camping à Bellizonna, j'y ai demandé le tarif pour une nuit, on m'a répondu avec un grand sourire "30 euros", à ce prix là, j'ai préféré sans regrets une aire de jeu près de la rivière

après une nuit de repos près du Ticino à Bellizonna (pour l'anecdote, il existe un camping à Bellizonna, j'y ai demandé le tarif pour une nuit, on m'a répondu avec un grand sourire "30 euros", à ce prix là, j'ai préféré sans regrets une aire de jeu près de la rivière

la route se hisse jusqu'à ce petit col

la route se hisse jusqu'à ce petit col

300 mètres de dénivelée tout de même

300 mètres de dénivelée tout de même

une rencontre surprise avec un daim, qui se laisse photographier, tout occupé à sa tâche de brouter de l'herbe

une rencontre surprise avec un daim, qui se laisse photographier, tout occupé à sa tâche de brouter de l'herbe

de mont ceneri à Agno, la piste rejoint un lac, que je longerai pour atteindre la frontière italienne

de mont ceneri à Agno, la piste rejoint un lac, que je longerai pour atteindre la frontière italienne

je me baignerai dans cette eau très douce et très tempérée de ce lac, puis je rejoindrai Porto Ceresio, puis la route pour rejoindre Varese

je me baignerai dans cette eau très douce et très tempérée de ce lac, puis je rejoindrai Porto Ceresio, puis la route pour rejoindre Varese

à Varese, je trouverai aussitôt un train de banlieue pour Milan

à Varese, je trouverai aussitôt un train de banlieue pour Milan

le train de Varerse arrive en gare de Milan Cardona, et il me faudra traverser Milan à vélo pour y rejoindre la gare centrale, une occasion de faire connaissance avec cette ville grandiose écrasée par une chaleur étouffante; à la gare centrale de Milan, je trouive un train pour Turin

le train de Varerse arrive en gare de Milan Cardona, et il me faudra traverser Milan à vélo pour y rejoindre la gare centrale, une occasion de faire connaissance avec cette ville grandiose écrasée par une chaleur étouffante; à la gare centrale de Milan, je trouive un train pour Turin

puis à Turin un train pour Bardonnechia, ville frontière avec la France; les trains italiens sont pratiques et pas chers, de Varese à Milan, c'est 4 euros, de Milan à Turin, c'est 12 euros, et de Turin à Bardonechia, c'est 7 euros; à Bardonnechia, on me dit qu'il y a des bus pour Modane le lendemain matin, mais que ceux ci n'acceptent pas les vélos; on me conseille de rejoindre Briançon par la route

puis à Turin un train pour Bardonnechia, ville frontière avec la France; les trains italiens sont pratiques et pas chers, de Varese à Milan, c'est 4 euros, de Milan à Turin, c'est 12 euros, et de Turin à Bardonechia, c'est 7 euros; à Bardonnechia, on me dit qu'il y a des bus pour Modane le lendemain matin, mais que ceux ci n'acceptent pas les vélos; on me conseille de rejoindre Briançon par la route

je quitte Bardonnechia à la nuit tombée et je commence l'ascension vers le col de l'echelle, mais je m'arrête quelques kilomètres après Bardonnechia dans un camping, où je plante ma tente près d'un torrent

je quitte Bardonnechia à la nuit tombée et je commence l'ascension vers le col de l'echelle, mais je m'arrête quelques kilomètres après Bardonnechia dans un camping, où je plante ma tente près d'un torrent

le elndemain, c'est l'ascension vers le col, où on surplombe la valée

le elndemain, c'est l'ascension vers le col, où on surplombe la valée

près du sommet du col, la route traverse un pic de la montagne, paysage toujours impressionnant à admirer

près du sommet du col, la route traverse un pic de la montagne, paysage toujours impressionnant à admirer

enfin le col de l'echelle, puis un plateau très agréable à traverser, où l'air est très frais et sent fortement les grands pins environnants; puis c'est la descente vers Briançon,

enfin le col de l'echelle, puis un plateau très agréable à traverser, où l'air est très frais et sent fortement les grands pins environnants; puis c'est la descente vers Briançon,

d'où je pourrai prendre un TER pour Dijon

d'où je pourrai prendre un TER pour Dijon

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 09:21

pour inaugurer cette nouvelle vie qui commence pour moi avec une retraite qui débutera officiellement au 1° octobre 2015, je me suis offert un petit séjour à Saidia, village que j'ai habité entre 1976 et 1978, et que je rejoignais assez régulièrement tous les ans durant la période estivale, pour rejoindre la famille de la mère de mes deux enfants;

cette fois ci , je suis descendu en voiture avec mon pote Mokhtar, j'ai séjourné un bonne dizaine de jours dans sa maison à Saidia, et je suis revenu en France par avion

Saidia devient ce qui est appelé là bas une "cité balnéaire", avec hôtels 5 étoiles, marinas et supermarchés Marjane, aménagée avec port de plaisance, golf et djemaa voulant faire concurrence avec celle de Marrakech

ce spectacle désolant, qu'on pourrait juger bénéfique d'un point de vue économique, mais qui est une catastrophe du point de vue culturel, bouleverse un environnement ancestral fondé sur un rythme naturel, pour un mode de vie occidental de type colonialiste qui fait fi des habitudes locales

les récentes évènements de Tunisie montrent bien la folie de telles opérations financières et immobilières

bref, je tenais à dire ici qu'on peut visiter Saidia et l'Oriental en général, Berkane, Oujda......, sans avoir recours à ces agences de voyage qui promettent un tourisme hors sol (un peu comme la ferme des mille vaches en Picardie), en recourant à l'accompagnement de ses habitants

la suite en images

une video de reve, des touristes français habillés en pigeon pour pas mal d'hivers successifs, des promesses qui n'engagent que ceux qui les formulent, tout cela avant la faillite catastrophique de fadesa en mars 2015

bien loin de l'image de ces chateaux de sable que sont ces hotels de luxe télévendus comme des containers de chaussettes de fabrication vietnamienne par des traders londoniens, un quartier de Saidia où un guide, pour quelques dizaines d'euros par jour, pourra, en toute confiance, vous faire découvrir................

bien loin de l'image de ces chateaux de sable que sont ces hotels de luxe télévendus comme des containers de chaussettes de fabrication vietnamienne par des traders londoniens, un quartier de Saidia où un guide, pour quelques dizaines d'euros par jour, pourra, en toute confiance, vous faire découvrir................

berkane, et son souk du mardi

berkane, et son souk du mardi

oujda et sa superbe medina

oujda et sa superbe medina

les montagnes qui surplombent saidia

les montagnes qui surplombent saidia

la terrasse d'une maison ordinaire, pour profiter de la douceur nocturne, un bon bouquin à portée de main

la terrasse d'une maison ordinaire, pour profiter de la douceur nocturne, un bon bouquin à portée de main

pas besoin de venir en voiture, ou de louer sur place une voiture, les transports locaux suffient largement

un "petit taxi" dans les rues de Berkane

un "petit taxi" dans les rues de Berkane

la station des "grands taxis" de saidia, pour rejoindre nador ou oujda, à bord de mercedes increvables

la station des "grands taxis" de saidia, pour rejoindre nador ou oujda, à bord de mercedes increvables

la gare routière de Oujda, où, pour moins de un euro, on peut rejoindre Berkane

la gare routière de Oujda, où, pour moins de un euro, on peut rejoindre Berkane

enfin, pour rejoindre l'oriental depuis la région parisienne, on peut y acceder par avion; pour ma part, j'ai trouvé un oujda beauvais pour un peu plus de 30 euros, avec la compagnie low cost ryanair, ce n'est pas que j'ai beaucoup d'affinités avec ce genre de compagnie à bas prix, j'ai voulu essayer, transport de bestiaux garanti

enfin, pour rejoindre l'oriental depuis la région parisienne, on peut y acceder par avion; pour ma part, j'ai trouvé un oujda beauvais pour un peu plus de 30 euros, avec la compagnie low cost ryanair, ce n'est pas que j'ai beaucoup d'affinités avec ce genre de compagnie à bas prix, j'ai voulu essayer, transport de bestiaux garanti

enfin, coucher de soleil sur la plage de saidia, par une belle fin de journée du mois de juin

enfin, coucher de soleil sur la plage de saidia, par une belle fin de journée du mois de juin

je peux vous communiquer l'adresse de mon guide, ou vous envoyer d'autres photos de mon séjour à Saidia

Repost 0
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 09:10

c'est Samuel qui a conclu mes cours de ce samedi 13 juin

j'ai réussi à lui faire apprendre une petite espagnolade, qu'il a joué devant sa maman, enchantée de la prestation de son petit garçon, que je qualifierai avec un certain euphémisme de "forte personnalité";

Repost 0
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 09:03

lors de ce dernier cours, on a repris "titanium"

ce duo improbable, constitué de deux personnalités complètement différentes, a fonctionné à merveille et ça été un réel plaisir pour moi de partager avec ces deux filles, l'une exubérante et un peu fofolle, l'autre tout en interiorité et en gentillesse timidement exprimée; merci à Jessica et faustine pour ces moments musicaux passés ensemble

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de l'aunis
  • : actualité de la musique et de son enseignement
  • Contact

Recherche