Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 09:11
Repost 0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 08:06

le paradise de coldplay

la version officielle

Repost 0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 08:07
Repost 0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 09:42

la version initiale

Repost 0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 09:18

lu dans la nr, à propos d'un séjour de Houellebecq à ligugé en vue de la rédaction de son dernier roman "soumission"

"Le séjour de l'écrivain a été de courte durée, dans cette chambre 11 où il doit ouvrir la fenêtre en plein hiver pour « fumer une clope » (page 219). « Je devais lui faire visiter les fouilles de Saint-Martin sous l'église paroissiale, explique frère Joël, là où Saint-Martin a vécu pendant une dizaine d'années, lieu du premier monastère d'Occident, mais il est parti plus tôt que prévu et je n'ai pas pu lui dire au revoir. Le 19 décembre par mail il m'a présenté ses excuses et souhaité d'heureuses fêtes de la Nativité… » D'autres bribes de conversation, des attitudes de l'écrivain lui reviennent en mémoire : « Je crois que cohabitent en lui un côté très humble et la déprime tout en poursuivant un travail d'écrivain. Pendant son court séjour, le voyant souvent songeur, je lui dis " mais vous pensez tout le temps ". Il m'a dit " non je ne pense pas ". A un autre moment, constatant son absence pour le dîner, je monte à sa chambre je frappe il m'ouvre, et adossé au pas de la porte il me dit que sa santé n'est pas forte et qu'il ne se sentait bien nulle part… ». A Ligugé, peu savent encore aujourd'hui que l'écrivain sulfureux est venu faire une courte retraite à l'abbaye. A quelques mètres, la maison d'un autre grand écrivain, rue Huysmans, la villa Notre-Dame et ses belles arcades romanes est aujourd'hui en vente."

Houellebecq, dans un style épuré et incisif, restitue son séjour à ligugé dans son roman

"La messe était le seul élément reconnaissable, le seul point de contact avec la dévotion telle qu'on l'entend dans le monde extérieur. Pour le reste, il s'agissait de la lecture et du chant de psaumes appropriés au moment de la journée, parfois entrecoupés de brèves lectures de textes sacrés, effectuées par l'un des moines - lectures qui accompagnaient également les repas, pris en silence. L'église moderne, construite dans l'enceinte du monastère, était d'une laideur sobre -elle rappelait un peu, par son architecture, le centre commercial Super-Passy de la rue de l'Annonciation, et ses vitraux, simples taches abstraites et colorées, ne méritaient guère d'attention ; mais tout cela n'avait pas beaucoup d'importance à mes yeux : je n'étais pas un esthète, infiniment moins que Huysmans, et l'uniforme laideur de l'art religieux contemporain me laissait à peu près indifférent. Les voix des moines s'élevaient dans l'air glacé, pures, humbles et bénignes ; elles étaient pleines de douceur, d' espérance et d'attente. Le seigneur Jésus devait revenir, il revenait bientôt, et déjà la chaleur de sa présence emplissait de joie leurs âmes, tel était au fond le thème unique de ces chants, chants d'attente organique et douce. Nietzsche avait vu juste, avec son flair de vieille pétasse, le christianisme était au fond une religion féminine. Tout cela aurait pu me convenir, mais c'est de retour dans ma cellule que les choses se gâtaient pour moi ; le détecteur de fumée me fixait de son petit oeil rouge, hostile. J'allais parfois fumer à la fenêtre, pour constater que les choses s'étaient, là aussi, détériorées depuis Huysmans : la ligne de TGV passait à l'extrémité du parc, à deux cents mètres à vol d'oiseau, les trains étaient encore à pleine vitesse et le vacarme des motrices sur les rails rompait, plusieurs fois toutes les heures, le silence méditatif de l'endroit."

la description est juste et sobre, le balai incessant des tgv et la laideur de l'église moderne tellement bien restitués; quant à son addiction à la clope, j'imagine ce clodo génial dans sa cellule monacale, une peter Stuyvesant entre le majeur et l'annulaire, marmonnant son désespoir, fenêtre ouverte, se les caillant dans son duffle coat, agacé par le passage en trombe d'un lille bordeaux

Repost 0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 08:40

la chanson de variétés peut être, autant pour la philo que la musique dite "sérieuse", une excellente entrée en matière pour nos jeunes étudiants; on peut constater l'inanité parfois désolante de ce répertoire, n'empêche, il accompagne de fait nos ados et le mépriser et l'ignorer est une grave erreur, dans laquelle s'obstine de manière absurde et acharnée notre institution d'enseignement de la musique

Repost 0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 08:35

"les chrétiens sont les seuls dont il semble qu'on ait le droit de se moquer impunément en mettant les rieurs de son côté"

cette phrase se trouve à la page 19 du livre d'emmanuel carrere "le royaume"; le livre a paru fin 2014, et je trouve qu'elle prend un sens tout particulier, au miroir des évènements qui se sont produits au début de ce mois précédent

Repost 0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 07:30
Repost 0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 07:22
Repost 0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 08:13

deux chansons de louane interprétées par maeva

jour 1

la version initiale

avenir

la version initiale

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de l'aunis
  • : actualité de la musique et de son enseignement
  • Contact

Recherche