Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 07:47

dans sa dernière autobiographie,

on peut y lire un passage délicieux sur le rapport entre un élève avide de blues et sa prof de piano classique

je recopie le passage (pp.72/73) dont le chute me ravit

"en ville, je prenais des cours de piano avec une certaine mademoiselle Zay (...........).C'était, dans mon souvenir, une petite dame effacée et solitaire qui se désolait de mon manque d'assiduité. Je la suppliais de m'initier au jazz , elle me renvoyait à Debussy, le comble pour elle de la modernité.(..........) Et quand je presentais le conservatoire régional, ayant préparé une sonate pourtant facile de Mozart, j'échouai, dans un crescendo de fausses notes (.....) Quand, plus tard, je découvris enfin le blues, le boogie woogie, le swing, le jazz, j'eus envie de retourner voir cette femme si patiente, si triste et de lui dire : " Allez, madame, on se fait un petit boeuf?"

Repost 0
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 09:41

entre deux escapades cyclistes, je m'accorde un break d'une semaine à poitiers où je peux lire à mon aise

lors de mon périple en lorraine, j'avais amené avec moi un recueil de quatre ouvrages de jean pierre chabrol

j'ai beaucoup apprécié "la dernière cartouche", roman prémonitoire sur ce qui se passera plus tard pendant la guerre d'algérie, où d'anciens résistants aux nazis pendant la seconde guerre mondiale, se sont mués en bourreaux, en terre occupée, reproduisant les faits et gestes de ceux qu'ils avaient combattus

ce revirement de situation, ce changement paradigmatique radical de la pensée et de l'agir, peut se comprendre et être admis aujourd'hui

ce qui se passe en ce moment en israel, où son armée est en train d'exterminer le peuple palestinien, procède, de mon point de vue, de cette même rupture paradigmatique radicale

je suis retourné à la médiathèque pour pêcher au hasard un autre livre de chabrol

je suis tombé sur "les aveux du silence", et ce livre m'a scotché, je l'ai dévoré en moins d'une demi journée

je pensais, au départ, à une version romancée de l'assassinat de la femme d'althusser, mais le fil du roman m'a prouvé l'inverse

au bout d'une centaine de pages, j'ai repris la lecture du roman, car lire avec une idée préconçue modifie ce qu'on lit (n'en déplaise à michel onfray, qu'on peut écouter sur france culture en ce moment, où il déploie toute sa verve matérialiste, persuadé du caractère neutre de l'oeuvre écrite, qui ne peut prêter à une interprétation, et à une lecture personnelle)

j'ai lu alors une autre histoire, où le fantasme décrit m'a fait penser à houellebecq (houellebecq aurait il pomper sur chabrol pour façonner son style?), où la psychanalyse et ses travers était décrite avec humour, où le fantasque et le fantastique du synopsis se prêterait merveilleusement à un scénario de film

bref, j'ai passé des moments haletants à la lecture de cet ouvrage

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de l'aunis
  • : actualité de la musique et de son enseignement
  • Contact

Recherche