Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 14:12

17 mars

poitiers tours 

nuit dans le hostel people de tours

 

manif a paris

18 mars

tours beaugency

camping en bord de loire feu de camp

manif a paris

19 mars beugency sainte genevieve les bois

vent de face en pleine beauce 

parcours de nuit à partir de etampes

camping pres d un parking en region parisienne

manif a paris

20 mars

crevaison au depart 

difficultes pour reparer 

de guerre lasse, je rejoins la station rer de viry chatillon

manif a paris
Partager cet article
Repost0
2 mars 2022 3 02 /03 /mars /2022 08:56

dimanche 20 fevrier

depart de poitiers en ter pour tours, arrivée vers 14h

voie cyclable sur une soixantaine de kms jusqu'à Blois

ter vers 20h de blois a orleans

je prends le train de nuit pour latour de carol à 22h54 gares des aubrais

le train est tri tranches, une tranche lourdes, une autre port bou et la derniere en queue pour latour de carol

un autre train de nuit suit une demi-heure après, pour toulouse avec tranche rodez albi

 

lundi 21 fevrier

arret du train a vierzon, puis je dors par intermittence jusqu'à montauban, où notre rame pour latour de carol reste à quai pour être reprise par une 7200

arrivée en gare de toulouse, puis marche ter jusqu'à latour de carol, arrivée un peu après 9h

à 10h30, je prends le trainn de balieue pour barcelone, que j'atteins vers 14h

je circule un peu dans barcelone avant de trouver un petit restau

puis je pars un peu à l'aveuglette pour rejoindre la côte

de barcelone a castellon

après maints tours et detours, je me retrouve le soir à castelldefels, où je trouve un endroit pour camper

mardi 22 fevrier

petit dejeuner près de la gare, la premiere partie du parcours est assez accidenté, pour continuer par suivre la côte

le soir, petit hotel à tarragone

de barcelone a castellon

mercredi 23 fevrier

la fin du parcours, je fais un crochet pour arriver a amposta pas d'hotels d'ouverts, je campe sur les bords de l'ebre

de barcelone a castellon

jeudi 24 fevrier

a peniscola, je rebrousse chemin, m'etant engagé sur uns piste longeant la côte, mais fortement accidentée

camping le soir près de la mer, endroit très af greable

de barcelone a castellon

vendredi 25 fevrier

il pleut, je rejoins castellon par une piste cyclable très bien aménagé

à la gare, je prends un billet pour l aldea par un train media distance pour un peu moins de 10 euros

 

de barcelone a castellon

a l'adea, j'enchaine avec un train de banlieue pour barcelone, j'achète le billet au contrôleur no problem

à barcelone, j'ai 4 mn pour attraper un autre train pour port bou, que je reussis à prendre

arrivée à port bou vers 22h, je pensais rejoindre perpignan en roulant la nuit, mais une très forte tempête me fait peiner dans la côte et la descente vers cerberes

à cerbere, je trouve un hangar qui me protège du vent et j 'y passe la nuit

de barcelone a castellon

samedi 26 fevrier

premier ter pour narbonne, correspondance pour un autre ter pour toulouse, où j'enchaine pour un ter pour cahors, puis intercité jusqu'à limoges, dans l'intercité, je suis interpelé par le contrôleur, qui me demande si je ne suis pas le propriétaire du velo accroché deux voitures plus loin, je lui reponds par l'affirmative, redoutant qu'il me demande mon billet, où je n'ai pas acheté le supplement velo

; mais le contrôleur est un adepte de cyclotourisme, et me raconte ses periples; je l 'écoute poliment,; en gare de limoges, ce controleur m'aidera a descendres toutes mes affaires du train

puis dejeuner dans un kebab près de la gare, j'enchaine avec un ter pour poitiers, que j'atteins vers 19h

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 15:30

il existe dans le département des deux sèvres un véloroute tout récemment achevé, qui sillonne sa partie méridionale , suivant approximativement le cours de la sèvre niortaise

il débute sur les bords de la mare de Jassay, et s'achève au pied du donjon de Niort

ce samedi 11 decembre, jour anniversaire de la naissance de francine, j 'ai parcouru cet itinéraire de près de 90 kms, et je raconte ici ce périple, en souvenir de francine, à qui j'avais raconté en fevrier 2021, une balade de Poitiers au Dorat

 

le parcours que j'ai effectué

le parcours que j'ai effectué

parcours d'approche

je rejoins la gare de Poitiers pour prendre le ter de 7h55 à destination de la Rochelle

je descends à Pamproux, le jour commence à peine à se lever

j 'emprunte la D329, qui traverse des terrains militaires; j'aperçois, dans la cour d'une ferme, un attroupement de ce qui me semble être des agriculteurs; une manif de la conf? mauvaise pioche; c'est une horde de chasseurs qui se préparent à une battue; au beau milieu de cette cour trône un vieux tank, que je veux prendre en photo; aussitôt, un malabar s'approche de moi en me disant qu'il est interdit de prendre des photos sur un terrain militaire; collusion entre chasseurs et militaires? cette question accapare ma pensée lorsque j'enfourche mon vélo, pour parvenir à la mare de Jassay

un veloroute 100% deux sevres
le belle mare de Jassay

le belle mare de Jassay

sous un autre angle

sous un autre angle

des travaux sont prévus pour prolonger la piste qui ferait partie du transcantabrie

des travaux sont prévus pour prolonger la piste qui ferait partie du transcantabrie

lieu étape aussi des pelerins de compostelle

lieu étape aussi des pelerins de compostelle

premier panneau indicateur

premier panneau indicateur

l'itinéraire emprunte d'abord une route, puis un chemin qui m'amène à Loubigné

un veloroute 100% deux sevres
l espace de loisirs de Loubigné, où la dynamique équipe d'animation de la commune propose pour les vacances d'été surf, paddle, ski nautique et planche à voile

l espace de loisirs de Loubigné, où la dynamique équipe d'animation de la commune propose pour les vacances d'été surf, paddle, ski nautique et planche à voile

je quitte Loubigné pour rejoindre Bougon

un veloroute 100% deux sevres
le minaret de Bougon

le minaret de Bougon

la mosquée de Bougon

la mosquée de Bougon

car chacun sait que la capitale du chabichou tient son origine de la langue du coran "chabichou" en arabe, ça veut dire "fromage qui pue", le verbe "achab"," iachoubou" veut dire "puer"

je sais pas si c'est les arabes qui ont fait ça, mais on voit autour de Bougon des cabanes comme celle là

un veloroute 100% deux sevres

je quitte la mecque du frometon de bique ( du mot bique, les colons algeriens ont inventé le mot "bicot", terme méprisant pour désigner leurs esclaves) et me dirige vers exoudun

un veloroute 100% deux sevres
son fort

son fort

l 'oued "sèvre"

l 'oued "sèvre"

après exoudun, la piste suit à peu près la sèvre jusqu'à la mothe

vous remarquerez que je suis revenu sur mes pas à l'entrée de la mothe; c'est un des rares endroits où j'ai pas vu de panneau

vous remarquerez que je suis revenu sur mes pas à l'entrée de la mothe; c'est un des rares endroits où j'ai pas vu de panneau

la sèvre à la mothe

la sèvre à la mothe

puis direction saint mex

un veloroute 100% deux sevres

piste superbe, indications irréprochables

un veloroute 100% deux sevres

à st mex, pause dejeuner,

un veloroute 100% deux sevres

àv la sortie de st mex, putain on est pas encore arrivé à niort

un veloroute 100% deux sevres
une chaussée  à la sortie de st mex

une chaussée à la sortie de st mex

la sevre à sainte neomaye

la sevre à sainte neomaye

et sa halte magnifiquement conservée où les trains ne s' arrêtent plus

et sa halte magnifiquement conservée où les trains ne s' arrêtent plus

pour rejoindre la creche, on suit la vallée de la sevre, puis on grimpe une colline pour rejoindre la grotte du pere noel

pour rejoindre la creche, on suit la vallée de la sevre, puis on grimpe une colline pour rejoindre la grotte du pere noel

et là, pour rejoindre niort, on emprunte pas le trajet le plus direct

un veloroute 100% deux sevres
entre la creche et françois, la piste récemment asphalté

entre la creche et françois, la piste récemment asphalté

un pont pour traverser la sevre

un pont pour traverser la sevre

un autre

un autre

à chalusson, je pouvais pas rater le beau viaduc de la voie niort parthenay qui enjambe la sevre

à chalusson, je pouvais pas rater le beau viaduc de la voie niort parthenay qui enjambe la sevre

passage devant le chateau salbart

passage devant le chateau salbart

juste après le chateau salbart, le veloroute numero 94 rejoint la francette

juste après le chateau salbart, le veloroute numero 94 rejoint la francette

surimeau

surimeau

où un pont traverse encore une fois la sevre

où un pont traverse encore une fois la sevre

l 'arrivée à niort

l 'arrivée à niort

fin du périple à la gare de niort, la nuit est déjà tombée

fin du périple à la gare de niort, la nuit est déjà tombée

super journée, belle piste , pas beaucoup de côtes, des paysages magnifiques auprès d'une sèvre qui se prélasse, bref, il faudra trouver un nom à ce véloroute, je propose le véloroute du chabi

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2021 3 24 /11 /novembre /2021 14:53

en plusieurs étapes, j 'ai parcouru l'itinéraire cyclable "the flow velo" d'appellation bien charentaise

flow velo

je l 'ai fait en quatre étapes, et pas forcement dans l'ordre, d'abord angoulême cognac le 2 novembre, puis cognac saintes le 9 novembre, saintes chatelaillon le 13 novembre et thiviers angouleme le 23 novembre

je remets tout dans l 'ordre geographique pour raconter le periple

 

thiviers angoulême 92kms

le premier ter pour limoges part de la gare de poitiers à 5h45; fin novembre, il fait frisquet mais j'adore cette ambiance où les gens sont à demi-hébétés, où les rues sont vides et silencieuses, le train part de poitiers au trois quart vide, mais se remplira au fil du parcours; deux heures après, arrivée en gare de limoges benedictins, j'ai trois quart d'heure d'attente avant d'attraper un autre ter pour limoges, premier arrêt en gare de thiviers; arrivée prévue vers 9h 1/2, heure idéale pour commencer à rouler, pas trop tôt car le soleil commence à réchauffer l'atmosphère, pas trop tard si je ne veux pas être à la bourre pour rejoindre angoulême; quelques kilomètres avant la gare de thiviers, je perçois un choc, le train ralentit, passe un tunnel et s'arrête en pleine voie, le mecano sort de sa cabine, ouvre les deux vantaux des portières et s'apprête à sauter sur le bord de la voie; je l'interpelle en lui demandant s'il n'a pas choppé un sanglier ou un chevreuil, non, me repond-il surement un rail cassé, je vais vérifier sur place, il faudra attendre une demi-heure avant que le mecano ne revienne de sa reconnaissance, il confirme un rail cassé, le train repart enfin en marche à vue jusqu'au signal d'entrée de la gare de thiviers (toute cette procédure est réglementaire pour éviter un eventuel face à face avec un autre train), puis s'arrête enfin au bord du quai de la gare de thiviers avec une bonne demi-heure de retard; ce qui ne m'arrange guère, je me dis qu'il va falloir que je ne perde pas de temps pour rejoindre angoulême avant la tombée de la nuit

au sortir de la gare de thiviers, je trouve facilement des pancartes qui m'indiquent le chemin à suivre pour rejoindre la voie verte, distante d'un peu plus de un kilomètre

jusqu'à saint pardoux, la voie verte emprunte la plate forme d'une ancienne voie ferrée, c'est le bonheur absolu, parcours à peu près plat, les couleurs sont magnifiques, le soleil brille dans un ciel bleu sans nuage

flow velo

à l'entrée de saint pardoux, un panneau indique la direction du centre ville, mais je continue à suivre l'ancienne plate forme de la voie ferrée, qui me mène jusqu'à l'intérieur d'une scierie, où un employé me hèle en disant que je ne suis pas sur le bon chemin, ce n'est pas le premier cycliste qu'il voit se tromper de chemin, et m'indique un rampe pour rejoindre à travers champ ce qui sera désormais un veloroute

je passe nontron et m'arrête à saint martin le pin pour pique niquer, à l'abri du vent , en plein soleil, adossé au mur d'une église; le parcours a été ici plus cahotique, avec des dénivelées de plus de 100 mètres dans ce coin magnifique de dordogne

flow velo

je repars, la signalétique se fait plus rare, et je me perds en prenant une mauvaise direction sur plusieurs kilomètres, ce qui m'oblige à rebrousser chemin

flow velo

juste après souffrignac, l'itinéraire cyclable emprunte à nouveau la plate forme d'une voie ferrée, jusqu'au niveau de le queroy, où l'ancienne voie ferrée se raccordait à l'actuelle ligne angoulême  limoges, elle même à l'abandon, l'itinéraire va ensuite longer cette voie angoulême limoges en passant par la gare de ruelle toute pimpante et rénovée

je longe enfin les bords de la touvre, pour me retrouver aux portes d'angoulême où la nuit est déjà presque tombée; je rejoins la gare, où j'attends le ter de 18h45 pour poitiers

flow velo

angoulême cognac 73 kms

ter du matin pour angoulême, arrivée vers 9h, je commence à longer la charente, je trouve les panneaux verts  de la piste, mais après chateauneuf, plus de panneaux, je me debrouille avec mon gps pour rejoindre jarnac, où je trouve un petit resto pour mon dejeuner

 

 

 

 

 

 

 

flow velo

après jarnac, il commence à pleuvoir, j'emprunte la piste en travaux, et m'enfonce dans un petit chemin qui devient de plus en plus étroit, qui me mène à une impasse, un bec entre la charente et un bras mort, je rebrousse chemin, je suis trempé, je rejoins après des tours et des détours cognac, et sa gare, le projet initial de faire une halte à l'auberge de jeunesse de saintes s'éloigne, je préfère reprendre un train pour poitiers, n'ayant aucun rechange sur moi

flow velo

cognac saintes 46 kms

je possède trois vélos, un breezer pour les randos, un cube electrique pour mes déplacements sur poitiers, et un gitane savoury, débarrassé des gardes boues et porte bagage, facile à démonter pour mes déplacements en tgv

c 'est ce dernier que je prends pour le premier tgv du matin pour angoulême, où une correspondance doit me permettre d'être à cognac vers 9h 1/2; damned, à angoulême, j'apprends que le ter est supprimé parce que le mecano est malade ( pauvre sncf, qui est bien malade également), remplacé par un bus; j'arrive en gare de cognac avec une demi-heure de retard

au sortir de la gare de cognac, j 'ai du mal à retrouver la piste, tours et détours pour la retrouver

flow velo

jusqu'à saint sever, la piste longe plus ou moins la charente

flow velo

avant saint sever, la piste longe la voie ferrée angoulême saintes, puis passe sous le viaduc enjambant la charente de la voie bordeaux saintes, puis chemine paresseusement jusqu'à saintes, fin de l 'étape aujourd'hui, je dois être à poitiers en début de soirée pour garder ma petite fille, donc ter saintes la rochelle, que j'enchaine avec un ter la rochelle poitiers

 

flow velo

saintes chatelaillon 86 kms

tgv du matin pour angoulême, et cette fois ci le mecano n'est pas malade, arrivée à saintes vers 9h 1/2

je suis passé par le bourg de saint savinien, je ne suis pas sûr que la piste y passe , mais moi je voulais y passer pour me ravitailler pour le pique nique de midi; vers cabariot, la piste emprunte sur quelques kilomètres la plate forme de l 'ancienne voie ferrée pour le chapus après rochefort, l 'itinéraire est pas terrible, il longe la nationale et le bruit infernal de la circulation

je me suis arrêté à chatelaillon

flow velo

beau parcours, que je me promets de refaire les beaux jours revenus, avec ma toile de tente

Partager cet article
Repost0
22 août 2021 7 22 /08 /août /2021 08:38

12 aout

dachau

je rejoins la gare de passau et j'achète un billet qui me permettra de traverser la bavière, de passau à lindau

 

poitiers constanta suite et fin
le pass bavière

le pass bavière

et le supplement velo

et le supplement velo

malchance, les cheminots allemands sont en greve et une partie des trains régionaux est supprimée ;pensant quitter la gare de passau vers 9h, c'est à 10h30 que je monte dans un train pour munich

avec la ponderation qu'on lui connaît, le journal "bild" annonce la grève

avec la ponderation qu'on lui connaît, le journal "bild" annonce la grève

à propos de cette grève, les journaux français décrivent une "pagaille" sans nom dans les gares allemandes; bel exemple de "fake news", je n'ai jamais vu de bousculades dans les gares allemandes que j'ai fréquentées ce jour là;, au contraire, le comportement des voyageurs allemands étaient d'un calme et d'une patience, d'une obeissance toutes teutonnes aux annonces

arrivé en gare de munich, je décide de rejoindre dachau, situé à quelques kilomètres au nord de la capitale bavaroise; j'y accède par un train régional, et le "mémorial" est facile à trouver; l'entrée y est gratuite, une boutique propose des ouvrages sur cet ancien camp (à ce propos, je n'y ai pas trouvé les livres de chapoutot)

l'entrée du camp

l'entrée du camp

un stalag

un stalag

les fondations d'une rangée sans fin de stalags

les fondations d'une rangée sans fin de stalags

un mirador

un mirador

d'autres, avec les barbelés

d'autres, avec les barbelés

des batiments qui abritent une exposition de tableaux qui retracent l'histotique du camp

des batiments qui abritent une exposition de tableaux qui retracent l'histotique du camp

j'ai déjà visité le camp d'auschwitz, celui de matthausen, prora et la villade wannsee et à chaque fois une impression d'effroi me submerge; concernant le camp de dachau, c'est l'un des premiers ouverts par les nazis, en 1933, pour mettre au vert tous les récalcitrants au régime en place; puisse ce genre d'agissements ne plus se reproduire, mais vu les temps qui courent, je doute que cet espoir ne soit une douce utopie

je rejoins ensuite la gare de dachau, où ne circulent que des "s bahn" pour munich, suite à la grève des cheminots allemands

à munich, le prochain train pour lindau part vers 20h, ce qui me laisse le temps de faire un tour en ville et de bouffer une pizza

un premier train régional me mène à une gare de correspondance, où un autre train me mènera jusqu'à lindau insel, lindau est situé sur une presqu'ile sur le lac de constance

ce deuxième train est un autorail pendulaire, gros moteur diesel et wagons galbés, ce qui permet, par un système de vérins sous les roues, de faire pencher les wagons dans les courbes; et je peux dire qu'il faut s'accrocher par le balancement incessant des wagons et il ne faut pas avoir le mal de mer

à lindau, je longe un petit peu le lac de constance et je trouve rapidement , dans la nuit, un endroit au bord du lac pour bivouaquer

13 aout

retour en france

petit dejeuner à bregenz, puis je quitte le secteur autrichien pour la suisse; mon idée est de rejoindre constance, longer le rhin jusqu'à bale, atteindre enfin belfort, tout ça en vélo, avant d'enchainer des ter; je me donne trois ou quatre jours pour accomplir ce parcours

je chemine ainsi jusqu'à altnau

poitiers constanta suite et fin

je fatigue et je vois des trains suisses sur lesquels les bandeaux frontaux indique "schaffausen"; je me dis que je vais en prendre un et cela me rapprochera de bale

je me rends à la gare de altnau et j'achète sur une borne automatique un billet pour schaffausen

poitiers constanta suite et fin
l 'intérieur d 'un train suisse, c'est propre, spacieux, les espaces vélos généreux

l 'intérieur d 'un train suisse, c'est propre, spacieux, les espaces vélos généreux

arrivé à schaffausen, je pense repartir à vélo, mais en consultant ma carte et les tableaux horaires de la gare, un train part dans 10 minutes pour erzingen; je me dis que ça me rapprochera encore un peu plus et je monte dans le train, car en auscultant le billet que j'avais acheté, je me rends compte que je n'ai pas acquis un droit pour un parcours en particulier, mais la possibilité de voyager sur des zones pour toute une journée à l'égal de la carte orange à paris

poitiers constanta suite et fin

erzingen est la gare frontière entre la suisse et l'allemagne; arrivé dans cette dernière gare, un panneau indique qu'un train de la db est annoncé pour bale dans une demi-heure, j'achète un billet sur une borne automatique et me voici en route vers bale; c'est encore un train pendulaire qui va m'amener vers la gare de bale bad hbf (gare allemande de bale, distincte de la gare centrale des sbb); et je serai encore bien secoué tout au long du parcours

à bale, je traverse la ville pour rejoindre la gare centrale, où je prends le dernier train por mulhouse, que j'atteins vers minuit

le camping de l'ill est fermé, je plante ma tente juste à côté, à une heure du mat, des jeunes viennent s'installer pour discuter bruyamment près de l'endroit où je dors, en desespoir de cause, je déplace ma tente pour trouver un endroit plus calme

14 aout

retour à poitiers

au point du jour, je démonte ma tente, fait un tour à mulhouse encore désert, rejoins la gare, et je vais enchainer les ter jusqu'à poitiers

mulhouse belfort

belfort besançon

besançon-dijon

dijon-nevers

nevers-tours

tours-poitiers

parcours bucolique à travers la france, qui, pour un amoureux des trains, se déguste avec gourmandise , vérifiant ainsi ses connaissances de la géographie ferroviaire, en passant par les points singuliers de gevrey, chagny, le creusot, imphy, decize, bourges, gièvres etc..........

ce retour en france s'est fait dans l'amertume, me rappelant l'hysterie covidienne que j'avais oubliée dans les pays d'europe centrale

en effet, en gare de besançon, j'achète dans une petite brasserie café et croissant que je pensais consommer à une table attenante; la serveuse me demande alors avec une certaine complaisance mon "qr code"; j'explique que je ne l'ai pas, mais par contre, j'ai une attestation prouvant que j'ai eu le covid depuis moins de six mois "monsieur, c'est qr code ou test pcr", je réponds calmement que cette attestation n'a posé aucun problème en allemagne, "mais ici, on est en france", me rétorque la bisontine; là , je commence à hurler, sur de mon bon droit; on me menace d'appeler la police, je m'en fous, je m'installe à la table et je prends mon petit déjeuner

prémices d'un comportement que je réprouve au plus profond de mon être, où n'importe qui peut contrôler n'importe qui dans l'illégitimité la plus absolue; je concrétiserai cette colère où chacun peut dénoncer chacun (d'autant que j'ai encore le souvenir de la visite du camp de dachau), en participant à poitiers à la manif des anti-pass

beaucoup d'amertume à revenir dans un pays sous surveillance, alors que j'ai connu dans d'autres pays la vie sans mencé covidienne, et les gens s'en portaient aussi bien

 

Partager cet article
Repost0
16 août 2021 1 16 /08 /août /2021 10:01

de la mi juillet à la mi aout 2021, je raconte ici un periple sur l'eurovelo 6 aller et retour

11 juillet

approche de montchanin

je rejoins montchanin en train, parce que c'est à peu près à cet endroit que j'ai quitté l'eurovelo 6 lors de mon dernier periple parti de poitiers le 3 mai

ter poitiers tours, puis intercité tours nevers (obligation de démonter le vélo) et ter nevers montchanin, arrivée le soir, je fais quelques kilomètres le long du canal et trouve un emplacement pour bivouaquer

parcours en train

parcours en train

une dizaine de kilomètres après la gare, après avoir longer le canal du centre, bivouac juste à côté de st julien de dheune

une dizaine de kilomètres après la gare, après avoir longer le canal du centre, bivouac juste à côté de st julien de dheune

12 juillet

le long de la saone

je passe par chagny, puis redescend vers chalons sur saone

passage a chalons sous la pluie

passage a chalons sous la pluie

puis remonte par seurre et saint jean de losne, pour finalement trouver à bivouaquer dans un abri très rudimentaire dans une sorte de jardin public d'un un bled paumé, , il y pleuvra toute la nuit, heureusement, j'ai trouvé un toit pour me protéger des ondées incessantes

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

13 juillet

le long du doubs

je passe dole, puis besançon, où mon pneu arriere creve , car j'ai du chopper un gros morceau de verre, et je me refugie le soir dans les tribunes d'un terrain de foot d'un autre bled paumé: journée pluvieuse, les eaux du doubs sont furieuses et menacent de déborder; premiere rencontre avec un cycliste belge de namur qui s'est tapé les vosges, envisage de traverser le jura et finir par les alpes

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

14 juillet

le doubs en crue

la piste qui longe le doubs est parfois inondée, mais ce sont de grosses flaques facilement franchissables; cependant, j'arrive dans un endroit où il y a beaucoup d'eau; je teste la hauteur de l'eau en laissant mon velo et en marchant ; l'eau arrive à mi cuisse; je pense que je peux passer; je passerai effectivement, mais avec sacoches avant completement submergées; j 'ai peur que ma dynamo ait morflé mais bon tout est nickel; par contre, tous les vêtements qui étaient dans mes sacoches sont trempés de chez trempés, et une partie de la bouffe qui était dans l'autre sacoche est imbibée de l'eau vaseuse du doubs; il pleut une grande partie de la journée et je décide le soir d'être au sec à l'auberge de jeunesse de mulhouse; par chance, je suis seul dans la chambre et j'étale toutes mes affaires pour un eventuel sechage pendant la nuit

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

15 juillet

 france, suisse, allemagne

vêtements presque secs, mais puant la vase du doubs, je rejoins à midi bale où le rhin est tres haut, j'admire au passage les barrages et je bivouaque le soir sur une aire de pique nique au bord du rhin

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

16 juillet

du rhin au danube

je continue à suivre le rhin pour arriver a schaffausen, celebre pour ses chutes du rhin, puis atteint steim am rhein et remonte jusqu'à radolfzell tout en longeant le lac de constance, je quitte les bords du rhin et commence à grimper pour rejoindre le danube; bivouac le soir dans un lieu improbable, sur une ancienne route; deuxième rencontre le matin avec un cycliste, à l'entrée de l 'allemagne, qui s'est réfugié sous un abri bus pour se proteger de la pluie et sous lequel je m'insere également la conversation commence en anglais puis le cycliste me dit "te fatigue pas, je viens de toulon, j 'ai fait le canal du midi, celui de la garonne, le velodyssée, et l'eurovelo 6 depuis saint brevin, et je prevois rejoindre la roumanie, mais j 'ai pas le moral, vu le temps"; on parle d'équipement, il me dit qu'il a un matelas en mousse pour proteger son matelas gonflable; et bien, le lendemain matin, je constate que mon matelas gonflable est à plat, je n'ai pas pris les précautions de mon locuteur toulonnais

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

17 juillet

danube superieur, tuttlingen, singmaren, emeringen

arrivée à tuttlingen, où je rejoins les bords du danube; je me restaure d'un petit dejeuner sur la place de tuttlingen

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

tout en suivant le danube qui sort de son lit suite aux violentes pluies des jours précédents, je profite d'une belle flaque pour immerger mon matelas gonflable et déceler, par le témoignage de petites bulles perlant d'un petit trou que je detecte, et dont j'obture l'orifice par une rustine normalement destinée à des chambres à air, mais qui adhère parfaitement au plastique du matelas et qui tiendra tout au long du voyage; le soir, je bivouaque dans une espèce de jardin public d'un petit bled allemand

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

18 juillet

ulm dillingen

je suis reveillé à 5h du mat par des jeunes qui parlent fort et qui passent et repassent devant ma tente; à 6h je suis dejà prêt à repartir, pour rejoindre ulm à midi, où dans un snack, on me sert un "rot wurst "noyé dans une sauce au paprika avec patates, accompagné par une bouteille d 'apfelschorle

 

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

le danube est équipé de grands barrages avec usines produisant de l electricité; comme production d energie ecolo, je trouve qu'il n y a pas mieux

 

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

le soir, je trouve un camping a dillingen, tout à côté du danube; un homme d'une soixantaine d'années m'interpelle, il veut voir mon passeport; je lui montre; non , pas celui-ci, l'autre; je comprends qu'il veut que je produise un pass sanitaire, dont je ne suis pas en possession; par contre, je lui montre une photo d'un compte rendu de laboratoire qui prouve que j 'étais positif au covid le 26 fevrier, et je lui explique que je suis immunisé pour 6 mois; le chleu ne bronche pas, ça me sert ausweiss, je remplis une multitude de papires et je m'installe dans ce super camping occupés par des cyclistes retraités allemand; pour la petite histoire, personne ne me demandera après quoi que ce soit, et le lendemain, je suis reparti sans demander mon reste

19 juillet

dillingen ingolstadt crue du danube

je continue à suivre le danube en crue et me retrouve le soir au camping d'ingolstadt, 20 euros pour un emplacement pas terrible, des sanitaires très moyens, c'est un camping à éviter

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

20 juillet

ratisbonne

certaines pistes sont complétement inondées où il est impossible de passer; j'enrichis mon vocabulaire allemand par des expressions comme "auch wasser" ou "uber flutungen", qui veulent dire en gros inondation, mais aussi "lebensgefarht", danger de mort, mais ça c'est pour une mise en garde des fois qu'un barrage lacherait des tonnes d'eau

je passe quand même dans de grosses flaques

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

le soir, je trouve une aire de pique nique près d'un danube qui semble apaisé, où navigue désormais quelques péniches

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

21 juillet

dernière étape allemande

je rejoins vishofen, a quelques kilomètres de passau, ville frontière entre l 'allemagne et l 'autriche, où j 'y campe dans un camping gratuit au bord du danube

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

22 juilllet

passau linz superbe piste en autriche

la piste, à la sortie de passau, suit la route sur une dizaine de kilomètres, pareil pour arriver à linz, mais entre les deux, c'est un bonheur absolu de circuler sue cette portion de l'eurovelo 6

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
un barrage en autriche

un barrage en autriche

la vallée est un peu encaissée

la vallée est un peu encaissée

de petits ferries permettent de passer d'une rive à l'autre

de petits ferries permettent de passer d'une rive à l'autre

je trouve une aire de pique nique à la sortie de linz, où j'y bivouaque pour la nuit

23 juillet

parcours autrichien en gros de linz à spitz

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
les péniches se font de plus en plus nombreuses

les péniches se font de plus en plus nombreuses

un autre barrage

un autre barrage

les dégâts dus aux inondations ont rendus les campings impraticables

les dégâts dus aux inondations ont rendus les campings impraticables

le soir, je trouve une aire de pique nique près d'un petit bled; un cycliste autrichien m'a interpellé et me dit que tous les campings sont fermés à cause des inondations; mais il n'ose pas planter sa tente n'importe où et repart plus loin; un habitant m'aborde; je ne suis pas rassuré car je ne sais pas si le camping sauvage est autorisé en autriche; il me parle en anglais d'une jeune fille qui est à côté; je comprends qu'il me propose une fille, car je suis en plein dans la lecture de sodome et gomorrhe de proust ; mais mon interlocuteur parle plus fort et je comprends enfin qu'il me dit si je n'ai pas vu une jeune fille passer par là tout recemment; et de m'invectiver du fait que je ne comprend pas l'anglais; à ma décharge, pas évident de comprendre l'anglais avec un fort accent autrichien!

24 juillet

je rejoins vienne, et j'y campe le soir près d'un canal à la sortie de la capitale autrichienne

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
image classique de vienne

image classique de vienne

en plein centre ville

en plein centre ville

25 juillet

c 'est l'entrée en slovaquie, dejeuner à bratislava où j 'étanche ma soif avec du kofola, espèce de coca cola slovaque, je bivouaque le soir quelques dizaines de kilomètres après bratislava, toujours sur les bord du danube

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
arrivée en slovaquie

arrivée en slovaquie

une rue de bratislava, où j'ai essayé de retrouver une auberge de jeunesse dans laquelle nous avions été hebergés avec ma compagne il y a quelques années

une rue de bratislava, où j'ai essayé de retrouver une auberge de jeunesse dans laquelle nous avions été hebergés avec ma compagne il y a quelques années

26 juillet

slovaquie

tout le parcours precedent, je l'avais déjà fait en plusieurs étapes; à partir de maintenant, j'allais découvrir une piste que je ne connaissais pas

à midi, je m'arrête à komarom pour dejeuner, j'y trouve un super restau où la carte propose un poulet frite à 4 euros!, et en plus c'est bon et on me sert sans que je le demande une soupe à l'oignon comme entrée

le soir, je rejoindrai la hongrie à esztergom où j'y bivouaquerai à la sortie de la ville; la ville slovaque de sterovo, point frontière avec la hongrie, semble animée comme une cité balnéaire en plein été; par contre, à esztergom, les gens semblent tristes et sans sourire (c'est une perception personnelle complètement subjective)

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
la piste suit au plus près le danube canalisé, c'est tout plat et c'est tout droit

la piste suit au plus près le danube canalisé, c'est tout plat et c'est tout droit

un autre barrage, je suppose slovaquo hongrois, car l'autre rive du danube est hongroise

un autre barrage, je suppose slovaquo hongrois, car l'autre rive du danube est hongroise

27 juillet

traversée de budapest envahi par les bagnoles et bivouac le soir au bord du danube

l'arrivée sur budapest est super agréable, on traverse une multitude de guinguettes envahies par des hongrois

jusqu 'à budapest, la signalisation est encore présente et visible, mais après, je n'ai plus rien trouvé, et je me suis perdu sur un des bras du danube

si vous agrandissez l'image, regardez ce qu'indique le petit panneau

si vous agrandissez l'image, regardez ce qu'indique le petit panneau

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
image classique de budapest

image classique de budapest

28 juillet

repos à rackeve

 

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

après plus de deux semaines de velo sans interruption, je fatigue sérieusement, et, sous le conseil d'un neveu qui est en hongrie, il me conseille de m'arrêter à rackeve, où se trouve un camping avec eau thermale;

je rejoins péniblement le danube, après ascension d'une colline sur chemin très caillouteux, pour me trouver à un embarcadère où un petit ferry fait la navette toutes les heures

et là, je retrouve deux cyclistes neerlandais avec qui nous avions utilisé un petit ferry en autriche

sous leurs conseils, je retrouve les pancartes de l'eurovelo 6 et j'atteins rackeve, avec le fameux camping

première chose à faire, laver mes affaires qui puent la vase du doubs, vite séchées car le temps est au beau fixe

ensuite, je peux me prélasser dans un bassin où l'eau fleure les 33 degrés

je passe la soirée ainsi, et me prépare à repartir pour le lendemain

29 juillet

hongrie dunaujvaros

les panneaux "eurovelo 6"  sont rares et je cherche ma route grace à mes cartes et mon gps, le parcours emprunte differentes routes, comme cette levée herbeuse

à midi, je dejeune à tass, enfin un nom de ville prononçable et mémorisable, dans un petit restau en ville; à titre d'exemple, je suis passé pas loin de "szalkszentmarton"

piste herbeuse en pleine cambrousse

piste herbeuse en pleine cambrousse

le soir, je bivouaque au bord du danube, infesté de moustiques

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

30 juillet

hongrie

je rejoins mon neveu et sa famille, dont la femme est hongroise, à kunfeherto, un camping au bord d'un lac, chaleur estivale intense, normal, c'est un climat continental, très chaud l 'été, et je suppose très froid l'hiver

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

mon neveu ne se déplace qu'en train, c'est un specimen rare qui ne possède pas de bagnole; passionné de trains, son fils et lui, nous devisons sur les trains hongrois; ils me donnent l'envie d'en emprunter un en hongrie; je décide ainsi de rejoindre szeged en train, il faudra faire un petit crochet par kiskunfelegyhasa

31 juillet

trains hongrois, entrée en roumanie

ils me donnent l'envie d'en emprunter un en hongrie; je décide ainsi de rejoindre szeged en train, il faudra faire un petit crochet par kiskunfelegyhasa

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
premiere étape, de kunfeherto à kyskunfelehgyasa en petit autorail

premiere étape, de kunfeherto à kyskunfelehgyasa en petit autorail

puis, jusqu 'à szeged, emprunt d'un train grande ligne (photo prise en gare de szeged

puis, jusqu 'à szeged, emprunt d'un train grande ligne (photo prise en gare de szeged

arrivé en début d'après midi à szeged, et après dejeuner en ville, je prends la direction de la roumanie; au poste frontière, grosse file de voitures, contrôle de passeport, et me voilà en roumanie:

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

à quelques kilomètres de sannicolau mare, j'entends un drôle de cliquetis et je pense que quelque chose doit frotter sur mon vélo; et bien non, c'est une "caravelle" (x4300), un autorail français revendu en roumanie, qui se fraie un chemin sur une voie envahie par la végétation et qui roule à ma vitesse, drôle de rencontre, d'autant que la veille j'avais évoqué avec mon neveu le désir de pouvoir voir de tels engins

la première "caravelle" aperçue

la première "caravelle" aperçue

une autre en gare de sannecolau

une autre en gare de sannecolau

et deux autres

et deux autres

je décide de bivouaquer au plus près de la gare, ce qui me permettra d'apprendre que le premier autorail quitte sannecolau à quatre heures du mat

1 aout

roumanie trains timisoara, entrée en serbie vrsac

je me renseigne à la gare du prochain départ pour timisoara; vers midi, me dit un employé, bon, je préfère partir en vélo par la route, vent de face, traversée de villages où de nombreuses gargottes proposent fruits et légumes; mais je me lasse du vent violent, de la route monotone, et, arrivé à biled, je me dirige vers la gare où un train pour timisoara est annoncé vers midi

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
la gare de biled

la gare de biled

le train arrive, je hisse mon vélo dans l 'autorail, et j'en ai pour plus d'une heure à retrouver des sensations que j'avais connu enfant, entre la gare de niort et la gare de mazières verruyes

à l 'intérieur de l'autorail, dont je pense que la vitesse maximum n'excède pas les 20 km/h, l'ambiance se dégrade par une bagarre entre jeunes; le contrôleur est dépassé, et je trouve refuge, ainsi que quelques voyageurs et le contrôleur, dans le compartiment de première classe

à l 'intérieur de l'autorail, dont je pense que la vitesse maximum n'excède pas les 20 km/h, l'ambiance se dégrade par une bagarre entre jeunes; le contrôleur est dépassé, et je trouve refuge, ainsi que quelques voyageurs et le contrôleur, dans le compartiment de première classe

près de deux heures pour parcourir trente kilomètres

près de deux heures pour parcourir trente kilomètres

arrivé en gare de timisoara nord, je constate une forte concentration de caravelles; en consultant les tableaux horaires, je constate qu'un train peut me rapprocher du danube, il existe un train qui va jusqu'à moravita, proche de la frontière serbe; entre temps, dejeuner à timisoara dans un self

pour un peu moins de trois euros, j'achète un billet pour cette direction, hisse mon vélo dans le petit autorail prêt au départ pour cette gare; mais lorsque le train commencera à rouler, le contrôleur me colle une amende de 6 euros car les vélos ne sont pas autorisés dans ce train

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
arrivée en gare de stomara, l 'antique autorail possède des toilettes à la turc!à côté stationne un train de citernes, tracté par une loco hyper propres, comme j'en verrai d'autres plus tard sur d'autres lignes

arrivée en gare de stomara, l 'antique autorail possède des toilettes à la turc!à côté stationne un train de citernes, tracté par une loco hyper propres, comme j'en verrai d'autres plus tard sur d'autres lignes

je reprends mon vélo, arrivé à moravita, une gare perdue dans la campagne, je rejoins le poste frontière serbe, je traverse la grande ville de vrsac, où, miracle des cartes bancaires, je me ravitaille dans un super marché sans posséder de monnaie locale, et bivouaque le soir dans un champ d'arbres fruitiers; la nuit, une brusque tempête menace de faire s'envoler ma tente, mais ça se calme très vite et je peux finir la nuit tranquille

2 aout

serbie roumanie les portes de fer

grosse étape de près de 150 kms

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

 je pensais rejoindre socol, puis le danube, mais aucun poste frontière ne permet d'accéder à cette ville, à moins d'un immense détour; après renseignements auprès des gens, il me faut rejoindre le poste frontière de kaluderovo pour rejoindre la roumanie, et le danube au prix d'une montée sans fin, et d'une descente vertigineuse; à midi,je m arrête à moldova veche, où j'y trouve un petit restau où pour 5 euros, on me sert salade d'entrée, côte de porc frites et café, tout ça pour 5 euros

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
j'ai retrouvé le danube, la vallée encaissée des portes de fer

j'ai retrouvé le danube, la vallée encaissée des portes de fer

le soir, mon gps m'indique un camping que je rejoins; helas, plus de camping à l'emplacement indiqué mais un terrain vague ; je vais quand même y planter ma tente, il fait nuit et les derniers kilomètres ont été une montée sans fin, alors qu'avant, c'était plat, ça suivait le danube, où de nombreux hotels avec piscine jouxtaient la route

3 aout

roumanie

je continue à longer le danube et sa vallée encaissée

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
la route fait de grands lacets, ce qui permet d'admirer des villages de face

la route fait de grands lacets, ce qui permet d'admirer des villages de face

je dejeune dans la grande ville de dobreta turnu, puis à batoti, la piste délaisse les bords du danube car je suppose que ce sont des marais inaccessibles, et je pénètre dans la campagne roumaine, c'est une immense étendue plate et infinie; arrivé à un croisement, je demande à une roumaine si je ne peux pas trouver de camping dans le coin; elle me répond en anglais qu'il n'y a rien dans les environs, que je peux camper n'importe où, mais que je dois me méfier des chiens errants et des chacals!!

pas trop rassuré, je continue ma route pour arriver dans un petit bled campagnard, à bistretu, où je repère, adossé à un terrain de foot apparemment abandonné, des tribunes de fortune montée sur pilotis, où je pense m'y reposer, car je me sens bien fatigué

je m'y installe donc, et un paysan qui habite juste à côté me souhaite la bienvenue, il disparait puis revient peu après avec un seau rempli de tomates, de courgettes et paprika

je fais cuire ces légumes que je déguste avec bonheur

des enfants viennent alors s'approcher, l'un d'eux m'interpelle en français, on commence à parler, il me dit qu'il a vécu en france plus de trois ans, dans le 59

il me demande de l'argent; après avoir bien insisté, je lui donne un billet de 5 lei, les trois enfants disparaissent et je pense que je peux enfin me reposer et dormir

c'est sans compter sur l'opiniatreté des gamins, qui reviennent à l'assaut, et me réclame encore de l'argent, et vont me harceler à la tombée de la nuit, sans compter les jappements incessants des chiens qui errent à côté; excédé, je remballe toutes mes affaires et plante ma tente au centre du village

les gamins me suivent, il doit être plus de minuit, et il fait chaud, la nuit est douce; je décide alors de tout remballer une deuxième fois, et de faire quelques kilomètres dans la nuit pour trouver un autre endroit pour dormir; j'arrive dans un village distant d'une dizaine de kilomètres, faire du vélo en pleine nuit quand il fait très doux, ce n'est pas désagréable, et je trouve un endroit près d'un puits, dans un prochain village, où je plante ma tente;

bien sur, des chiens errants vont japper toute la nuit, je n'aurai pas beaucoup dormi, et je me reveillerai aux aurores, et je constate alors que mon argent roumain a disparu,(150 lei, environ 30 euros) alors qu'une somme importante en euros est toujours là, ainsi que ma carte bancaire; les billets roumains sont ils tombés par inadvertance de mon porte monnaie, ou alors des mains expertes d'enfants ont elles reussi a extorqué des billets de mon porte monnaie, le mystère reste et restera entier

 

4 aout

de bistretu à simeonovo en passant par vidrin (roumanie-bulgarie)

je reussis à trouver dans le village même un bureau de change où je me procure d'autres lei

indispensable pour le petit déjeuner, que je prends dans le village; je me dirige vers carafat, et là je n'ai pas le choix, ce sont des routes à grande circulation où roulent une quantité impressionnante de camions

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

à carafat se trouve le poste frontière entre la roumanie et la bulgarie, où une file impressionnante de camions s'agglutinent et se déplacent à la vitesse d'un escargot

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

après avoir franchi le poste frontière, et changer 20 euros en lev (40), je me hisse sur l'immense pont qui enjambe le danube, entre la roumanie et la bulgarie

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
vue du danube sur  le pont

vue du danube sur le pont

à vidin, je me restaure d'un hamburger et d'une boisson, pour 4 euros, et je poursuis ma route en longeant le danube, jusqu'à ce que je trouve un endroit au bord du grand fleuve pour bivouaquer

5 aout

de tsar simeonovo à oryahovo( bulgarie)

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

passage à lom, où je découvre la gare et un train pour sofia, la loco semble dans un état de décrépitude avancée; en fait, la plupart des locomotives electriques bulgares que je verrai seront dans le même état, ce qui ne les empêchent pas de circuler normalement

à midi, je m'arrête dans un bled paumé; je demande où se trouve un restau; on me montre un petit magasin café, plus magasin que café d'ailleurs, on propose de la bouffe à emporter, une salade et une tranche de gigot de mouton sous cellophane, jamais j'avais bouffé de la viande aussi tendre

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

comme je l'ai constaté plusieurs fois en roumanie, des fontaines sont à disposition du public, comme celle ci en bulgarie, de l'eau fraîche!!!

le soir, j'arrive à oryahovo, dont le centre ville se trouve sur une belle hauteur, où il faut grimper , et en fin de journée, c'est assez épuisant, d'autant que le parcours n'a pas toujours été plat

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

le ciel s'assombrit, le vent se lève, je suppute un orage prochain, et je bivouaque près d'un batiment au cas où; mal m'en a pris, la tempête s'éloigne, mais les chiens arrivent, et n'arrêtent pas de japper et de hurler près de ma tente; obligé de tout remballé et de trouver un peu plus loin un endroit calme, qui domine le danube, où on voit le ferry faire son va et vient entre la bulgarie et la roumanie

6 aout

bulgarie oryahovo pleven 80 kms à vélo, pleven varna 300 kms en train, varna 18 kms

je pensais rejoindre rousse, et prendre un train pour varna; mais, en consultant les horaires sur "d bahn" (site incroyable où on peut demander n'importe quel horaire de train en europe), je me rends compte qu'un train direct relie pleven à varna, et que c'est compliqué de rousse; je décide donc de rejoindre pleven, route plate, vent arrière, restau à midi viande hyper tendre pour pas cher

ce que je pensais faire dans les deux jours à venir

ce que je pensais faire dans les deux jours à venir

ce que j'ai parcouru

ce que j'ai parcouru

15 km/h de moyenne

15 km/h de moyenne

300 bornes en train, de pleven à varna

300 bornes en train, de pleven à varna

17 lev ( (9 euros) pour faire 300 bornes en train, prix bulgare garanti

17 lev ( (9 euros) pour faire 300 bornes en train, prix bulgare garanti

supplement pour le vélo

supplement pour le vélo

c'est un train grande ligne qui relie sofia à varna; ambiance année soixante garanti

une gare sur le parcours, ça fleure bon la période soviétique d'antan

une gare sur le parcours, ça fleure bon la période soviétique d'antan

arrivé à varna, la nuit commence à tomber; je découvre une cité balnéaire pour nantis, bien loin de l'image que je m'étais fait de la bulgarie; il va me falloir beaucoup chercher avant de trouver un petit coin tranquille pour bivouaquer

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

7 aout

rencontre bulgare

je quitte les environs de varna et ses plages

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

et je longe la mer noire sur au moins 80 kms, par des petits chemins sans panneaux indicateurs, je me retrouverai ainsi dans des villages de vacances envahis par des roumains, impression étrange d'un pays apparemment colonisé

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
je ne peux resister à prendre en photo une pancarte bulgare en caractères cyrilliques et latins

je ne peux resister à prendre en photo une pancarte bulgare en caractères cyrilliques et latins

la côte est envahie par des camping-cars

la côte est envahie par des camping-cars

le soir, je m'arrête dans un petit village dénommé cap chabla, je m'installe sur un banc et je commence à pique niquer, avec l'intention de bivouaquer juste à côté; un bulgare se dirige alors vers moi et m'interpelle en bulgare, où je ne comprends pas grand chose à ce qu'il me dit, je lui demande si je peux planter ma tente ici, mais il me fait des grands signes vers le village; il s'éloigne alors et je comprends qu'il a l'intention de revenir; en effet, un quart d'heure après, je le vois revenir avec un petit telephone portable dans les mains, il y parle en bulgare, puis me passe le téléphone; je comprends alors que j'ai au bout du fil son fils qui me parle en anglais, et qui m'explique que son père serait heureux de m'accueillir dans sa maison ce soir, où je pourrai me reposer et prendre une douche; le bulgare m'invite à le suivre, ce que je fais en me demandant ce qu'il va m'arriver; nous traversons le village et nous atteignons une villa, nous y pénétrons, j'y range mon vélo, se découvre alors une terrasse donnant sur la mer noire, dans un bâtiment en cours d'aménagement; le bulgare se nomme yanka, et nous conversons à l'aide d'un traducteur installé sur mon iphone; j'apprends qu'il est prof de géographie et qu'il réside à stara zagora, où il vit avec son épouse qui est prof d'université; sa femme, je l'aurai au téléphone, et me redira en anglais le plaisir de son mari de m'accueillir dans sa maison et me souhaite un bon repos et un bon séjour ; yanka m'explique qu'il a acheté cette villa et qu'il est en train de l'aménager; sur la table de la terrasse, yanka prépare une salade, fromage, tomates, poivrons, m'offre l'apero avec du "grappa", et ouvre ensuite une bouteille de blanc de son cru; nous devisons et sympathisons, puis il m'invite à le suivre et me fait découvrir dans le village des vestiges archéologiques où je comprends qu'il se désole de leur abandon, puis me montre  d'anciens bains douches communs d'eau chaude, instituées par le régime communiste, constitués de deux gros tuyaux qui déversent dans un vacarme de catarctes une eau issu d'un therme, une eau qui pue le pétrole, car j'apprendrai qu'il existe encore ici des puits d'extraction de ce précieux liquide; nous retournons chez lui, il ouvre une grosse pastèque que nous dégustons avec des gros bruits de succion, puis m'invite alors à prendre une douche dans les thermes que nous avons visités; nous y retournons, un jet puissant d'eau chaude claque sur mon corps aux muscles noués, cela me fait un bien immense, et surement par politesse ou par envie, yanka se met sous l'autre jet puissant; après s'être sechés, nous retournons dans sa maison, et nous devisons encore, yanka est un nostalgique du régime communiste, moquant les outrances du régime libéral en vigueur, mais se satisfaisant de ce petit coin de paradis qu'il a acquis, avec vue imprenable sur la mer noire, mais où l'odeur prégnante du pétrole ne semble pas le gêner; enfin, je lui fais part de ma fatigue, il me propose une banquette où je m'allongerai, lui dormira à l'étage

8 aout

retour en roumanie

à mon réveil, yanka avait préparé le petit déjeuner; nous échangeons encore nos impressions, un peu d'anglais, un peu de bulgare que je glane sur mon traducteur, nous partageons notre aversion du régime libéral en place, la déception de ne pas vivre dans un système communautaire et solidaire; puis, c'est l'heure de se séparer, je reprends ma route et yanka va rester dans son petit coin de paradis

yanka, le matin de mon départ , devant sa bagnole, une 309 peugeot, c'est du solide, m'a t il dit

yanka, le matin de mon départ , devant sa bagnole, une 309 peugeot, c'est du solide, m'a t il dit

je me fais la réflexion que, tout seul sur son vélo, on a le nez dans le guidon et on pense trop aux minutes et heures qui vont venir, et qu'on n'est pas assez ouvert aux incidents de parcours qui s'offrent à nous; car, pour la rencontre avec yanka, j'ai beaucoup hésité avant d'accepter sa proposition, m'étant programmé de camper ce soir là au bord de la mer noire; et je me dis que j'ai peut être raté quelque chose en roumanie, où j'aurais du être plus ouvert face à des gamins qui peut-être avait simplement envie de converser avec moi; cette rencontre avec yanka me semble être le point ultime de mon périple, si il y avait un but à atteindre dans ce long cheminement, c'est la rencontre avec yanka qui le ponctue et je n'ai plus envie d'aller plus loin

je remonte vers le nord, franchis la frontière bulgaro roumaine et atteins mangalia; ça et là, des puits de pétrole encore en activité

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
passage de la frontière entre la bulgarie et la roumanie

passage de la frontière entre la bulgarie et la roumanie

je rejoins la gare de mangalia où je trouve un train pour constanta, j'emballe mon vélo et me hisse dans une voiture à compartiment, rangeant mon vélo emballé contre une porte d'intercirculation, avec l'autorisation d 'un contrôleur

un peu plus de un euro pour rejoindre constanta

un peu plus de un euro pour rejoindre constanta

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

arrivé en gare de constanta, je me dis que je n'ai pas envie de traîner dans cette ville, qui doit être à l'égal de varna, une grosse usine à touristes; je trouve un billet pour calarasi, ce qui me rapprochera de bucarest

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

dans le train, un contrôleur me conseille de changer de train à ciulnita si je veux rejoindre bucarest; je décide de passer la nuit dans ce bled, pour reprendre le lendemain matin un train pour bucarest, j'y bivouaque donc près de la gare, où je me rends compte qu'y règne un trafic intense

9 aout

en route pour vienne

aux aurores, je trouve un train de banlieue pour bucarest

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

j 'arrive à la gare de bucuresti obor, l'une des gares de bucarest

le train de banlieue à l'arrivée à bucuresti obor

le train de banlieue à l'arrivée à bucuresti obor

puis je pars à la recherche d'un endroit pour petit déjeuner, je circule dans les rues de bucarest, où les automobilistes ne sont pas du tout attentifs aux vélos, fonçant droit devant en pensant que la chaussée leur appartient exclusivement; je ne peux éviter le palais qu'a fait construite caouecescu

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

puis je rejoins la gare de bucuresti nord, où je me hasarde à acheter un billet pour le train de nuit bucarest vienne, n'étant pas sur qu'on y acceptera les vélos, j'ai déjà un train de repli pour brasov acceptant les vélos, me dit l 'applicaton d bahn

le reservation

le reservation

le billet, un peu plus de 65 euros

le billet, un peu plus de 65 euros

en attendant la mise à quai du train de nuit à 14h, quelques trains en attente à bucarest nord

un x 72500, racheté par les chemins de fer roumains aux français qui n'en voulaient plus

un x 72500, racheté par les chemins de fer roumains aux français qui n'en voulaient plus

une autre automotrice roumaine

une autre automotrice roumaine

un train de banlieue roumain

un train de banlieue roumain

enfin, peu avant 14h le train est mis à quai et j'ai à peine le temps d'emballer mon vélo que des contrôleurs me pressent pour monter tout mon barda dans le wagon; je ne sais pas trop où je vais ranger mon vélo emballé, je ne vois pas d'espace où je pourrai le laisser; le train se met en branle; un contrôleur vient me voir et me demande de démonter mon vélo; mais il est déjà démonté, lui dis je non, ça prend trop de place; en desespoir de cause, je redéballe le vélo et j'arrive tant bien que mal à le loger dans le porte bagage de mon compartiment

une plaque mythique

une plaque mythique

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

le contrôleur revient me voir et me fait remarquer que le vélo dépasse trop du porte bagage et qu'il faut revoir ça, je prends alors mon iphone,, qui me traduit en roumain "je suis fatigué, je viens de faire 3000 kms jusqu'à constanta", annonant en roumain cette phrase tout en m'allongeant sur la banquette; le contrôleur semble ému par cette diatribe et me fait comprendre que c'est bon, ça va, je n'aurai plus de problèmes jusqu'à vienne; jusqu'à brasov, le train roule à une allure honorable, puis va rouler cahin caha sur des voies uniques où de forts ralentissements s'effectuent sur de nombreux passages à niveau non gardés;

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

en cours de route viendra me rejoindre dans mon compartiment un autrichien dont l'anglais me semble limpide et parfaitement compréhensible, puis plus tard un roumain qui conversera sans gêne sur son iphone avec un interlocuteur, nous empêchant de dormir; le train atteint arad, puis la frontière hongroise, où il est immobilisé plus de trois quart d'heure pour des contrôles douaniers, je remarque que le train vienne bucarest est immobilisé sur la voie attenante; nous passons budapest, et enfin nous rejoignons vienne le matin;

10 aout

de vienne à linz en passant par passau

je pensais rejoindre bregenz en utilisant les trains regionaux autrichiens avec un billet spécial , mais celui ci est valable à partir de deux personnes, et de toute façon, je vois sur mon indicateur de la d bahn très peu de trains régionaux circuler en autriche, c'est le règne absolu des railjets, non accessibles au forfait train regional; je décide alors de rejoindre passau, et j'achète un billet dont le prix est presque équivalent à celui de mon train précédent!!!

55 euros pour le parcours vienne linz en railjet et linz passau en train regional; mais c'est pas fini

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

et un supplément de 3,50 euros pour le vélo dans le railjet entre vienne et linz

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

et un autre supplément pour le vélo de 5,50 euros pour le parcours en train regional entre linz et passau

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

c'est vrai que les railjets sont très confortables, celui que j'emprunte est blindé et l'espace vélo est correct; à linz, je rate ma correspondance pour passau et j'attends une heure dans cette gare, assis sur un banc, fasciné par l'incroyable trafic de trains de fret et de trains de voyageurs qui se succèdent dans un ballet incessant; puiis j'emprunte un train régional pour passau;

arrivé dans cette dernière gare, je me rends compte que je n'ai plus mon sac à dos sur mon porte bagage, et je me dis que je l'ai laissé en gare de linz; j'essaie d'alerter les employés de la gare de passau, mais ceux ci me disent de me débrouiller avec des employés de la obb, que bien sur je ne trouve pas; je me résouds à reprendre un billet pour linz avec le faible espoir de retrouver mon sac

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

miracle, en gare de linz, mon sac n'a pas bougé, il est toujours rangé dans le coin d'un banc:

je décide alors de revenir à passau, mais à vélo; il  me faut faire une dizaine de kilomètres après linz pour trouver une aire de pique nique au bord du danube, où je bivouaque

11 aout

piste cyclable entre linz et vienne

elle fait partie de mes préférés, si on excepte la sortie de linz et l'entré dans passau

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature
un camping

un camping

un petit bac qui traverse le danube

un petit bac qui traverse le danube

il y a foule pour prendre le petit bac!!

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

le danube, dans toute sa splendeur

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

pause à midi dans un petit restau , truite et riesling, que demande le peuple! mon passé de choriste se remémore que truite en allemand, c'est "forelle" merci shubert

un ch'tit tour en europe centrale  poitiers constanta a velo train et camping nature

après ce délicieux repas, une sieste s'impose, mais damn, pneu à plat à l'arrière; il me faut bien une heure pour réparer, et je remarque un cyclotouriste au long cours s'arrêter dans le restau; je repars, jusqu'à  une aire d'embarquement d'un bac, car la piste côté rive gauche est fermée; et c'est là que je retrouve le cyclotouriste aperçu dans le restau; nous commençons à converser en anglais, il m'explique qu'il bourlingue et fait au cours de ses périples des métiers de cuisiniers ou de jardiniers, selon la demande; je lui dis que je suis français "ah fallait le dire plus tôt" me répond-il en français; en fait, c'est un roumain qui pratique pas mal de langues; nous pédalerons ensemble jusqu'à passau; affabule-t-il ou dit-il la vérité, son discours est extraordinaire d'un voyageur impénitent qui a découvert le monde à vélo, faisant mille métiers, contant mille aventures; il s'appelle victor et anime entre autres des vélos camp, expression que je ne connaissais pas; il se dit anarchiste protestataire, engueulant les automobilistes qui, selon lui, roulent trop vite "langsam""clame-t-il à toute bagnole qui le croise; il me parle de zad, je lui réponds "notre dame des landes", bien-sûr, il y était; on s'arrête  dans  une petite guinguette et je lui offre une bouteille de "apfelschorle", boisson qu'il ne connaissait pas; à passau, je rejoins le camping, nous nous séparons, lui a un plann pour dormir chez quelqu'un dans cette ville

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2021 7 11 /07 /juillet /2021 08:54

debut juillet 2021, j'ai remonté le cours de la dordogne, de le buisson jusqu'à bort les orgues

arrivée sur site : j'ai enchainé trois ter, un poitiers limoges, l'autre limoges perigueux , et enfin un perigueus le buisson

premiere etape

le buisson souillac

route de le buisson jusqu a sarlat, puis voie verte jusqu a souillac, où j y trouve un camping au bord de la dordogne

route de le buisson jusqu a sarlat, puis voie verte jusqu a souillac, où j y trouve un camping au bord de la dordogne

deuxieme etape

souillac argentat

barrages
c est encore tout plat

c est encore tout plat

troisieme etape

argentat serandon

barrages
la, ça commence à monter et à descendre

la, ça commence à monter et à descendre

barrage d argentat

barrage d argentat

le lac de retenue du barrage

le lac de retenue du barrage

un peu plus haut, lebarrage de chastang

un peu plus haut, lebarrage de chastang

je bifurque un peu pour me retrouver au barrage de la valette, dont le lac de retenue jouxte marcillac la croisille, où un petit resto au bord du lac, sympa et pas cher, aura mes faveurs pour le dejeuner

je bifurque un peu pour me retrouver au barrage de la valette, dont le lac de retenue jouxte marcillac la croisille, où un petit resto au bord du lac, sympa et pas cher, aura mes faveurs pour le dejeuner

plus haut encore, le barrage de l aigle

plus haut encore, le barrage de l aigle

le soir, je campe sur les bords de la dordogne, sur une aire de pique nique

quatrieme etape

serandon bort les orgues

barrages
parcours sinueux, sur plateau avec quelquefois descente dans la vallée

parcours sinueux, sur plateau avec quelquefois descente dans la vallée

le barrage de mareges est d acces difficile, vue prise d un belvedere accessible par un sentier pietonnier

le barrage de mareges est d acces difficile, vue prise d un belvedere accessible par un sentier pietonnier

la vallee de la dordogne est encaissee, probablement due à des lignes de faille

la vallee de la dordogne est encaissee, probablement due à des lignes de faille

enfin le barrage de bort les orgues, impressionnant juste au dessus de la ville de bort

enfin le barrage de bort les orgues, impressionnant juste au dessus de la ville de bort

cinquieme etape bort ussel

je rejoins la gare d ussel, où un ter me menera jusqu'à brive, un autre de brive à limoges, et enfin un dernier de limoges à poitiers

Partager cet article
Repost0
18 juin 2021 5 18 /06 /juin /2021 12:18

transfert sur site

9h49 gare de poitiers, je hisse mon velo démonté ainsi que mes quatre sacoches dans le tgv pour bordeaux; j'ai pris la veille sur internet un billet premiere classe à 19 euros, c'est l equivalent du prix pour un tarif senior periode bleue par ter; pourquoi en premiere classe, car il existe dans la premiere voiture de la rame, sur le segment des premieres classes, un espace pour handicapés assez large pour y loger sans encombre des bagages volumineux

peregrinations pyreneenes

à bordeaux, j 'ai quatre heures d'attente, le temps de faire un petit tour à bordeaux et de flaner le long de la garonne

revenu en gare de bordeaux, je note que le tgv pour bayonne est annoncé voie 1, double rame, je repere l'endroit où s'arretera la fameuse voiture premiere classe avec emplacement handicapé, où j 'y démonte velo et sacoches; helas erreur d'affichage, les rames sont inversées, et il va me falloir remonter toute une rame vide  interdite au public pour acceder au train, j'essaie de charger velo et sacoches à bout de bras mais la cargaison s'avere trop lourde; heureusement, deux employés de la sncf vont prendre en charge velo et sacoches, je bénis alors une entreprise où le souci du service public n 'est pas encore tout à fait mort; cependant, le mythe d'une entreprise parfaite d'antan, le "c'était mieux avant", peut aveugler certains d'un passé qui n'était pas toujours aussi idyllique; temoin cet extrait d'un edito de philippe herissé dans le dernier "rail passion", où les employés n'étaient pas toujours à la hauteur du service qu'ils étaient sensés délivrer aux voyageurs

peregrinations pyreneenes

bref, la chance m'a souri, et j'ai pu acceder à la fameuse premiere voiture de premiere classe, où j'ai pu ranger tout mon barda

prologue

en gare de bayonne, je remonte mon velo, me dirige vers la sortie de la ville et rejoins la d22, la route des cimes, ça monte , ça descend, mais les dénivelées sont raisonnables; la nuit tombe, et, après une forte côte, je m'arrête près d'un abribus pour camper

peregrinations pyreneenes

le col d'irarty

reparti vers 7h30, je me dirige vers saint jean le vieux

8h10

8h10

a saint jean le vieux, je pensais me ravitailler dans une epicerie, mais , pas de chance, on est lundi, et le vival du coin est fermé; je trouve une boulangerie où j 'achète deux quiches , au cas où; dans le bar du centre, je me prends un café; discussion avec la patronne, qui me dit qu'il fera chaud aujourd hui, me demande où je vais, je lui montre la route du sud, et elle me dit, "ça monte par là"," et vous y allez avec tout ce barda", elle me prend pour un touriste insouciant, la suite lui donnera raison

après saint jean le vieux, c'est encore plat, mais les montagnes se profilent à l'horizon

10h05

10h05

après avoir suivi la vallée, ça commence à monter

11h52

11h52

même endroit, sous un autre angle

11h52

11h52

après une pause pique nique, où je n'ai que les deux quiches à me mettre sous la dent, l'ascension continue

14h12

14h12

pour arriver au premier col

15h39

15h39

ça descend un peu, puis ça remonte, pour arriver au deuxième col

18h

18h

l'ascension est balisée par des pancartes qui annoncent les festivités à venir, il y a eu deux sections de plusieurs kilomètres à plus de 10%. quelques cyclistes me doublent, m'encouragent, ils ont des velos de course légers et ne sont pas chargés

peregrinations pyreneenes

au sommet du deuxieme col se trouve heureusemenr une petite epicerie où je peux enfin me ravitailler; puis j entame la descente vertigineuse sur larrau

18h03

18h03

que je rejoins après une dernière côte, et où je trouve un camping où je peux enfin me reposer

denivelée du parcours

denivelée du parcours

mon gps fait le point sur cette dure journée

mon gps fait le point sur cette dure journée

le parcours

le parcours

le lendemain, je pensais continuer, rejoindre bedous, puis les cols de l'aubisque et du tourmalet

mais à mon reveil, je sens une enorme fatigue m'accabler, je peux à peine appuyer sur mes pédales, heureusement la sortie de larrau se fait par une descente vertigineuse et je me dirige vers tardets, où je prends un solide petit dejeuner

peregrinations pyreneenes

je decide de continuer ma descente vers mauleon, ne me sentant plus capable d'affronter la moindre côte

peregrinations pyreneenes

les restaus sont desormais ouverts, je m y' offre un solide dejeuner

et je continue la descente jusqu'à peyerehorade, où je trouve un camping à la ferme pour 4 euros la nuit

peregrinations pyreneenes

le lendemain je decide de rejoindre bayonne, en suivant l 'adour, parcours magnifique et plat  plat plat

peregrinations pyreneenes

a bayonne, je prends le train pour ychoux, petite gare landaise, origine d'une piste cyclable vers parentis en born; j y trouve un camping où j y loue un bungalow pour la semaine à venir pour moi et ma copine; je rejoins ensuite biscarosse, la montée de la dune , pourtant pas méchante, me demande des efforts surhumains, et j'arrive enfin à l'entrée de biscarosse où je campe dans une immense aire de pique nique

le lendemain, je rejoins arcachon, non sans peine, car la piste cyclable epouse le relief des dunes, alternant montées et descentes; je prends le train à arcachon pour rejoindre poitiers

epilogue : ma copine a decelé dans mon dos une tique, que je me fais retirer dans la pharmacie voisine; la fatigue est peut être due à ce petit insecte qui a du pomper mon sang depuis plusieurs jours, ou bien cette fatigue est peut être due à des effets collateraux suite à un covid choppé en fevrier

bref, une semaine de repos à parentis en born, où existent un tas de pistes cyclables, pour le coup toutes plates, une bonne therapie pour retrouver de l' energie pour de futurs periples à venir

Partager cet article
Repost0
26 mai 2021 3 26 /05 /mai /2021 08:24

le 3 mai 2021, à 5h56, j'ai pris le premier ter pour la rochelle, premice à un periple d'un petit tour de la moitié sud de la france; je trepignais depuis près de 6 mois, privé de voyage cycliste dont je ne pouvais que rêver, mais saint macron a levé l'interdiction des 10 kms, liberant ainsi ce qu'il souhaite depuis toujours, les energies, mais ici une energie mue par la volonté de liberté et de découverte, bien loin de celles prônées par ce bellâtre maqué à une meuf sénile et à une idéologie de vieux picsou.

 

3 mai

arrivée du ter à la rochelle vers 8h30, je vais passer la journée à longer la voie ferrée nouvellement refaite entre la rochelle et la roche sur yon, pique nique à midi à velluire, au bord de la vendée; le soir, bivouac dans une aire de pique nique à nesmy ,tout près de la roche; après luçon, la traversée du lay se fait par des petits chemins, caracteristiques de la vendée profonde

 

les 10 kms de macron

4 mai

je traverse la roche sous la pluie, puis emprunte la voie verte jusqu'à commequiers, puis la route jusqu'à saint gilles, où je pique nique à l'abri de la galerie marchande du grand leclercq, car il pleut depuis le matin; j'emprunte ensuite le velodyssée, me perdsau niveau de fromentine, et atteint péniblement beauvoir sur mer, hésite à m'arrêter dans une aire de camping car où un des occupants me sollicite pour lui prêter ma pompe, il arrête pas de m'affubler de "mon chef", peut être une expression normande d'où il pretend être originaire; ça m'enerve et je me casse, j'emprunte des petits chemins caillouteux qui me mènent jusqu'au velodyssée dont j'avais perdu la trace, et décide de camper bien après le couvre feu à port du bec, petit port vendéen, où je me mets à l'abri d'un vent violent près d'une petite maison

les 10 kms de macron

5 mai

j 'atteins pornic à midi, où je pique nique; une dame m'aborde et commence à raconter sa vie, elle attend son petit fils qui est parti de poitiers en même temps que moi; cette propension à vouloir parler à des inconnus est peut être le symptôme d'un manque de communication humaine durant ces derniers mois; je rejoins saint brevin, fin du velodyssée, mais aussi début de la loire à velo, longe le canal de la martinière, et bivouaque le soir dans une aire de pique nique près du Pellerin

les 10 kms de macron

6 mai

je rejoins nantes sous la pluie, passage obligé par la nouvelle gare de nantes, une grande passerelle enjambe les quais, j'y prends mon petit dejeuner, puis je longe la loire jusqu'à la possonnière, où se trouve un camping fermé mais où j'ai pu planter ma tente

les 10 kms de macron

7 mai

les bords de loire sont magnifiques, enfin une journée sans pluie, je m'arrête un peu après angers pour admirer le lever du soleil, je commence à converser avec un cycliste local, qui me dit : vous voyez derrière vous ces grands bâtiments, c'est un hôpital psychiatrique, et celui ci, un peu plus loin, il est destiné aux enfants, eh bien, les entrées ont augmentées de plus de quarante pour cent ces derniers jours, la prochaine crise ne sera t  elle pas d'ordre psychique? désabusés, nous avouons mutuellement notre volonté de ne plus nous informer preferant egoistement profiter de ces jours de liberté; le soir, bivouac près de savonnieres sur un coin de pêche des bords du cher

les 10 kms de macron

8 mai

passage à tours, puis visite du cimetière de montlouis où je n'ai pas trouvé la tombe de pierre marie dizier, où je sais qu'il a été enterré, suite à son suicide en prison alors qu'il était fortement soupçonné d'actes pédophiles auprès de jeunes choristes, je l'ai bien connu alors qu'il exerçait la fonction de chef de choeur à poitiers; le soir, bivouac sur les bords de loire un peu avant beaugency, un coin à pêcheurs où je serai reveiller dès 6 h du mat par un taquineur de goujons super équipé

les 10 kms de macron

9 mai

passage à orléans, où je prends mon petit dejeuner sur la place où se croisent les deux lignes de tramway de l'agglomération; puis direction le sud est, où je dépasse et me fais dépasser à plusieurs reprises par un jeune cycliste, on sympathise, il vient de saumur et se dirige vers les alpes; le soir, il décide de bivouaquer avant gien, et moi je rejoins cette ville car je sais qu'il existe un camping le long de la piste, juste à côté de la ville; j'y parviens bien après 19h, et couvre feu oblige, personne à l'accueil, je plante ma tente sur un emplacement destiné aux randonneurs, me prend une douche bien réparatrice

les 10 kms de macron

10 mai

petit dejeuner à gien, passage par le pont canal de briare, pique nique à cosne, où se trouve le plus long pont ferroviaire en fer dont la ligne est désormais empruntée par des velos rails, bivouac en bord de loire à marseilles les aubigny

 

les 10 kms de macron

11 mai

passage sous la pluie à nevers, à la sortie de nevers, le long de la piste, je m'arrête par hasard à un endroit où se trouve un petit monument, j'essaie d'en déchiffrer les caractères érodés par le temps, et je découvre que c'est à cet endroit que s'est suicidé pierre beregovoy, le jeune que j'avais rencontré precedemment me voit et s'arrête, je commence à lui expliquer la raison de cette petit stèle, il ignore complètement ce fait, il est né bien après cet évènement! nous repartons chacun à notre rythme, je passe decize, et peu après bourbon lancy, je trouve une aire de pique nique, où est déjà installé le jeune déjà rencontré plusieurs fois; nous conversons, allumons un feu sur un brasero installé là, il me raconte ses déboires de trentenaire et ses espoirs de rejoindre les alpes pour devenir guide de haute montagne

les 10 kms de macron

12 mai

petit dejeuner à bourbon lancy, puis voie verte sur la plate forme d'une ancienne voie ferrée jusqu'à diou, puis chemin de halage le long du canal de la nievre jusqu'à paray le monial, où je recroise vincent, le jeune cycliste rencontré precedemment; je lui fais part de ma decision de descendre de paray jusqu'à roanne par une voie verte que je ne connaissais pas mais indiquée sur des panneaux; vincent a l'intention de rejoindre chagny avant de descendre sur lyon; je m 'arr^te le soir dans une aire de pique nique le long de cette voie verte

les 10 kms de macron

13 mai

passage par roanne, puis veloroute jusqu'à feurs, où je trouve un camping, et, bien qu'il soit après 19h, il y a quelqu'un à l'accueil qui me fait payer 7,50 euros pour la nuit; douche reparatrice avant de m'endormir

les 10 kms de macron

14 mai

de feurs jusqu'à montrond les bains, il y a une signalisation veloroute, mais après, je me debrouille pour passer par st just st rambert, l etrat et je rejoins saint chamond pour descendre doucement la vallée de la gier jusqu'à givors, où je rejoins la via rhona, où j'y bivouaque près de condrieu

les 10 kms de macron

15 mai

à mon reveil, il pleut et un promeneur local me raconte les peniches sur le rhône, les joutes canotiques de son jeune temps, et m 'explique enfin que givors et rive de giers (prononcer gire), c'est la même chose, car en patois local, vor  c'est la rive; la voie rhona est magnifique, les coteaux tapissés de vignes me font penser à la vallée de la moselle, passage à valence, puis bivouac un peu après

les 10 kms de macron

16 mai

passage pour le dejeuner à la voulte sous la pluie; jusqu'à bourg saint andeol, c'est voie verte; après, c'est veloroute mal signalisée; bivouac le soir au bord du rhône

les 10 kms de macron

17 mai

passage à travers les vignes très caillouteuses de chateauneuf du pape, où je prends mon petit déjeuner, pique nique à midi à avignon, et le soir, je me perds un peu du côté de Fourques, où je trouve à bivouaquer près d'un canal

les 10 kms de macron

18 mai

passage à arles, puis saint gilles, gallician, chemin de halage jusqu'à aigues mortes, piste jusqu'à grau du roi, puis je suis la côte et emprunte un canal dans la mer pour atteindre frontignan avant sete, où je bivouaque près d'un grand lac

les 10 kms de macron

19 mai

c'est le jour où les bistrotiers sont autorisés à servir sur terrasses; je prends donc mon petit déjeuner à sète, en ville, au soleil; mon idée était de rejoindre perpignan, mais le vent, le mauvais temps, ont eu raison de cette résolution; je suis allé en fait jusqu'à narbonne, et j'ai attrapé un ter pour villefranche de lauragais, où j'ai bivouaqué près du canal garonne

les 10 kms de macron
parcours en ter

parcours en ter

20 mai

la piste de villefranche à toulouse suit le canal, mais helas aussi l'autoroute, dont la présence sonore insistante nuit terriblement au bonheur de rouler sur un itinéraire plat et ombragé; pique nique à toulouse, pas possible sur les quais de la garonne, décision débile du maire de droite, tout le monde se rabat sur les murs dominant la garonne; puis j'emprunte le canal garonne jusqu'à castelnau d estretefond, puis, par un itinéraire tout en pente, je rejoins le domicile de ma soeur, à drudas; ce sera la fin du parcours cycliste de ce premier periple de 2021

les 10 kms de macron
Partager cet article
Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 08:49

 je rends compte ici d'un periple à travers la france et les pays bas au mois de juillet 2020

je voulais faire le tour des pays bas pour me rendre compte de la pratique du velo dans ce pays et d'apprecier les amenagements pour son utilisation; je voulais egalement passer par la lorraine pour me rendre compte de l'etat de cette region qui, lorsque j'étais en cm2, était qualifiée de "texas français"

premier jour

ter poitiers la rochelle, bout de piste jusqu'à chatelaillon pour faire un petit coucou à un membre de ma famille, retour à la rochelle, puis emprunt de la piste jusqu'à marans, où je bivouaque à l'entrée dans une aire de pique nique

deuxième jour

je vais longer la voie ferrée la rochelle la roche sur yon, pour me rendre compte des travaux de mise à voie unique engagés sur cet itineraire

le soir, bivouac dans une aire de pique nique quelques kilimètres avant la roche

troisième jour

ter la roche nantes, puis emprunt de la piste la loire à velo, jusqu'à gennes, où je bivouaque dans une aire de pique nique; j'y rencontre une jeune fille qui vient de mulhouse et qui y a installé sa tente; elle compte se rendre à st brevin; son velo est très rudimentaire, sans vitesse, elle se plaint d'avoir la selle trop haute, avec mes outils, je la lui règle et elle s'en trouve satisfaite; cela me rappelle mes premiers periples, où je partais sans même une pompe

quatrième jour

passage à tours, puis arrêt le soir au fabuleux camping de chaumont, 5 euros la nuit, qui dit mieux?

cinquième jour

je rejoins blois, et prends un ter pour paris

mon iphone m'apprends qu'une manifestation est prévue ce jour à stains, concernant une fresque dont la police conteste la presence; arrivé à paris, j'ai le temps, je rejoins la banlieue nord et stains, la belle adama arrangue une foule à majorité africaine;

puis je rejoins la confluence entre la marne et la seine à paris, je longe la marne jusqu'à lagny, où j'y bivouaque sur les bords de la marne

à travers la france et les pays bas

sixième jour

ici, la mémoire me fait défaut, parti de lagny, je me suis retrouvé le soir dans une aire de pique nique vraisemblablement du côté de dormans

de lagny, je rejoins par des pistes etroites et envahies par la vegetation chalifert, un pont enjambe la marne, un tunnel qu'on peut emprunter permet de passer au dessous d'une colline

 

un pont à droite permet d'enjamber la marne; un ancien tunnel ferroviaire est accessible aux velos, et plus à gauche, le nouveau tunnel ferroviaire

un pont à droite permet d'enjamber la marne; un ancien tunnel ferroviaire est accessible aux velos, et plus à gauche, le nouveau tunnel ferroviaire

je passe à meaux, où le fronton de la cathedrale est admirable, par contre, à la sortie de la ville, je traverse un quartier où la presence de maghrebins est largement majoritaire, c'est souk moins soleil et braiment des ânes, donc c'est triste et très laid

j'atteins chateau thierry, je longe la marne et ses méandres, puis le vignoble de la champagne;

 

 

septième jour

peu avant chalons en champagne, je fais une pause le long de la route; un promeneur vraisemblablement septuagenaire m'aborde et commence à me raconter sa vie; une moissonneuse opère dans un champ voisin; il m 'explique que son propriétaire a semé pour la première fois du houblon et que ça va être sa première récolte; "les temps sont durs pour les agriculteurs en ce moment", me dit-il, et d'évoquer le suicide d'une voisine, accablée de dettes et qui, pour s'en sortir, à essayé de frauder en ajoutant de l'eau à son lait qu'elle destinait à la coopérative voisine; mais, son forfait ayant été découvert, se sentant déshonorée, elle a préféré mettre fin à ses jours

une ancienne voie ferrée longe la route où nous nous trouvons, l'occasion pour mon interlocuteur d'évoquer le temps où son père menait à chalons pour la foire ses bovins dans un des wagons du petit train qui circulait spécialement le mercredi

j'allais le quitter, il me rappelle pour me parler de sa guerre d'algérie, de l'attaque" fells" où il a été blessé, et où, plus tard me dit il en riant, on a découvert une balle dans son corps à son retour en france; "un beau souvenir"lui reponds je; je ne sais pas si il a apprécié mon humour

le soir, je trouve près de vitry le françois un endroit pour bivouaquer près d'un petit lac

huitième jour

en consultant ma carte, je vois que bure se trouve presque sur mon chemin; je décide d'y faire un crochet

j'avais entendu parler de bure lors de plusieurs rassemblements à notre dame des landes, où j'avais croisé deux pasionarias meusoises qui clamaient avec conviction leur opposition farouche à l'implantation de galeries d'enfouissement de déchets radio actifs dans leur bled, à bure donc, prononcé par elles "buuuure", en insistant bien sur la prononciation dure du "uuu", selon l'accent en vigueur dans cette region

une autre fois, de retour d'un periple au danemark en 2019, j'emprunte le ter bar le duc paris, et, arrivé à la gare de l'est, à la descente du train, une dame d'une soixantaine d'années m'aborde et me fait la remarque que faire en train la vallée de la marne est bien moins intéressant que de la faire à vélo; j'ai tout de suite reconnu l'accent traînant de l'une des deux pasionarias de bure, je lui demande si elle ne vient pas de buuuuure, paf, dans le mille, je ne me suis pas gouré, elle a pris le ter à bar le duc et vient à paris pour y participer à une action anti nucléaire

"on est venu une année à notre dame des landes à vélo, en passant par la vallée de la marne, c'est magnifique", me dit-elle; une courte conversation s'engage, où j'apprends qu'une maison à bure est spécialement dédiée à la lutte contre le projet d'enfouissement; elle en profite pour me fourguer des tracts sur un prochain rassemblement à buuure dans les jours qui viennent

peut être cette conversation tenue il y a un an m'a donné envie de faire la vallée de la marne à velo maintenant

j'arrive à vitry le françois et j'emprunte le chemin de halage du canal champagne bourgogne qui passe à saint dizier, et, quelques dizaines de kilomètres plus au sud, je bifurque pour remonter jusqu'à bure

remonter est bien le mot car une pente incessante m'oblige à ahaner jusqu'au plateau de buuure; il fait chaud, je commence à avoir soif, je n'ai plus d'eau dans ma bouteille, je cherche une source quelconque pour l'étancher ,et, en passant dans un village, je montre ma bouteille vide à une personne qui me tend une bouteille d'eau minerale sorti d'un pack qu'elle vient juste d'acquérir lors de ses dernières courses : sympas!!

à l'entrée de bure, qui se révèle être un tout petit village, on peut remarquer un bâtiment flambant neuf, monumental, d'un grand parking vide doté d'un éclairage ultra moderne: c'est une maison pour tous, cela annonce bien ce qui se fait dans la region, l'andra arrose à tout va

la fameuse maison dont m'a parlé la pasionaria se trouve en plein milieu du village, immense bâtisse super bien aménagée, avec grande cuisine, douche avec eau chauffée au solaire, dortoir à l'étage où sont rangés une multitude de matelas; j'y dormirai le soir et on sera deux à occuper la grande pièce

une jeune fille et un jeune homme font le ménage dans une espèce de grange au rez de chaussée; je me présente et demande si je peux être hébergé ; pas de souci, on me fait visiter les lieux

après une douche bien réparatrice, je me vautre dans un fauteuil à l'exterieur en attendant l'heure du repas

je comprends vite que je suis chez des vegan, je range discrètement ma boîte de cassoulet dans mon sac et sort mes pâtes que je prepare

quelques jeunes zadistes arrivent, preparent la bouffe avec des légumes gracieusement offert par les autochtones

certains occupent la place depuis quelques mois, et recherchent un art de vivre loin d'une société de consommation et de gaspillage qu'ils fuient

j'apprends que la maison qu'ils occupent a été achetée par une communauté pour une bouchée de pain

bure se trouve dans le trou du cul du monde, bled paumé et loin de tout; j'apprends ainsi que ce site a été choisi par l'andra, non pas pour son sol argileux (c'est ce que j'avais compris des infos officielles), mais parce que l'environnement humain est tellement désolé et vulnérable (pour avoir subi de considérables dégâts durant les deux dernières guerres mondiales) que les gens y sont très fatalistes et sans ressort

 

 

 

 

la "zad" de bure", loin de l'image miserabiliste et bordelique de la zad de notre dame des landes, dont les occupants semblent plus préoccupés par un art de vivre alternatif que par un combat sans merci contre l'andra, peut être désabusés par des actions militantes qui se sont à chaque fois soldées par des échs

la "zad" de bure", loin de l'image miserabiliste et bordelique de la zad de notre dame des landes, dont les occupants semblent plus préoccupés par un art de vivre alternatif que par un combat sans merci contre l'andra, peut être désabusés par des actions militantes qui se sont à chaque fois soldées par des échs

neuvième jour

je me dirige vers le site de l'andra, qui ne se trouve pas à bure même, mais entre bure et mandres en barrois

on peut voir sur cette carte un triangle formé de trois côtés, la d227, la d960 et la d132, avec trois angles respectifs où se trouve bure, le site de l'andra et mandres

on peut voir sur cette carte un triangle formé de trois côtés, la d227, la d960 et la d132, avec trois angles respectifs où se trouve bure, le site de l'andra et mandres

le site de l'andra paraît immense, verrue grotesque composée de bâtiments récents qui semblent posés comme des éléments de lego dans un environnement qui lui est complètement étranger

tout paraît désert, ce qui n'empêche pas l'apparition de deux camionnettes de gendarmes en train de patrouiller

arrivé à mandres en barrois, je remarque un autre bâtiment vraisemblablement squatté par des zadistes, je m'en approche et je vois effectivement plusieurs personnes installés autour d'une table dans la cour se préparant à prendre leur petit déjeuner

je m'en approche et commence à discuter avec trois zadistes; ils m'expliquent qu'ils occupent ce bâtiment acheté pour rien, le prix de l'immobilier dans ce coin est dérisoire parce que c'est le désert absolu

tout en discutant, ils lèvent une fesse pour péter ostensiblement, canonnant vraisemblablement à l'encontre des canons de la bienséance bourgeoise

ils ont la même attitude que les zadistes de bure, désabusé, fataliste, ko face à la force de frappe de l'andra

je leur pose alors la question : "puisqu'il s'agit de transporter des déchets radioactifs des centrales en activité jusqu'au centre d'enfouissement, quel moyen de transport va être utilisé?

l'un d'eux me répond : "par train, ils ont déjà commencé à défricher la ligne abandonnée de ligny jusqu'à gondrecourt

plus tard, je me suis posé la question : mais de gondrecourt au centre d'enfouissement, ils vont surement utilisé des camions, comme pour la centrale de chinon

cette question a trouvé une réponse, après une recherche sur internet

capture d'ecran d'un document pdf datant de 2018, suite à une réunion d'information de l'andra pour les représentants des communes entre nançois sur ornain et bure https://meusehautemarne.andra.fr/sites/meuse/files/2018-12/VF%20Andra_Cig%C3%A9o_R%C3%A9union%20170918_Compte-rendu.pdf

capture d'ecran d'un document pdf datant de 2018, suite à une réunion d'information de l'andra pour les représentants des communes entre nançois sur ornain et bure https://meusehautemarne.andra.fr/sites/meuse/files/2018-12/VF%20Andra_Cig%C3%A9o_R%C3%A9union%20170918_Compte-rendu.pdf

mon interlocuteur parlait de ligny, mais il ne connait pas toutes les subtilités de la géographie ferroviaire, c'est à nançois sur ornain que se débranche de la radiale paris strasbourg la ligne de gondrecourt

la section abandonnée à réhabiliter

la section abandonnée à réhabiliter

c'est le tracé pudiquement qualifié de "ite" "installation terminale embranchée", mais c'est carrément une vingtaine de kilomètres de voie ferrée nouvelle à construire qui va serpenter entre gondrecourt et le site de l'andra; ça va coûter bonbon

c'est le tracé pudiquement qualifié de "ite" "installation terminale embranchée", mais c'est carrément une vingtaine de kilomètres de voie ferrée nouvelle à construire qui va serpenter entre gondrecourt et le site de l'andra; ça va coûter bonbon

bon, revenons au périple; je quitte les zadistes de mandres et me dirige vers gondrecourt; effectivement, on peut voir une voie ferrée abandonnée qui devait relier un silo à blé

je reprends ma route, et me dirige vers toul, pour rejoindre le canal de la marne au rhin

il est midi, je m'arrête dans une aire de pique nique et m'assoit à une table pour déjeuner

je vois alors sortir d'un bateau une dame d'une soixantaine d'année se diriger vers moi, munie d'un couteau, d'une assiette où est posée une énorme pastèque

"j'ai acheté cette pastèque, mais j'en ai trop pour moi, on peut se la partager"

et nous commençons à converser

je lui dis que je me dirige vers la hollande

elle me répond : "la hollande, c'est une partie des pays bas, il faut dire nederland ou pays bas; si tu dis hollande, c'est comme si tu désignais la france par le mot bretagne

car j'ai en face de moi une neerlandaise, parlant le français presque sans accent

elle m'apprend qu'elle a tout largué, vendu sa maison, et acheté un bateau pour voyager sur les canaux en europe

qu'elle est resté bloquée à toul pendant trois mois à cause du confinement, et que cette mesure l'a scandalisée, mettant a mal sa liberté de se déplacer, opinion que je partage avec elle, mais rares sont des gens que j'ai rencontrés proférant ce genre de discours

nous sommes entre gens qui se comprennent, soif de voyager, de découvrir des choses nouvelles, profiter des quelques années qui nous restent en bonne santé pour bourlinguer et jouir de chaque instant que le bon dieu a bien voulu nous attribué

"carpe diem", me dit elle, tout en rejoignant son bateau

rencontre intéressante, fulgurante, éphémère, comme toutes ces rencontres que seuls les voyageurs ont le privilège de connaitre

et je repars, pour bivouaquer le soir le long de la moselle près de liverdun

dixième jour

de liverdun, je rejoins frouard, puis metz, passage obligé au dessus des voies du triage de woippy, qui n'est plus que l'ombre de lui-même, réduit à trier quelques dizaines de wagons par jour, alors que durant son époque faste, c'était plus de 4000 wagons par jour qui descendaient par gravité sur sa bosse et je me retrouve le soir au camping de thionville

en passant à uckange, les traces d'un ancien haut fourneau

formes etranges qui pourrait faire penser à une monumentale sculpture d'art contemporain

formes etranges qui pourrait faire penser à une monumentale sculpture d'art contemporain

onzième jour

de thionville à longuyon

du jeune garçon que j'étais, lecteur assidu de "la vie du rail" à l'adulte maintenant retraité , je ne peux ignorer  l'existence de la ligne mythique thionville valenciennes

des nombreux articles figurant dans cet hebdomadaire voué au rail à la lecture d'ouvrages spécialisés sur ce sujet m'ont toujours fait rêver de côtoyer cet itinéraire, témoin d'une époque industrielle grandiose où la lorraine, je le rappelle ici, était qualifié de "texas français", et où cette ligne appelée "artère nord est" supportait le plus gros trafic marchandise de la sncf dans les années soixante

 

 

à travers la france et les pays bas
à travers la france et les pays bas

donc, je quitte thionville et atteint la vallée de la fensch, où les villes se touchent et se succèdent, florange, seremange, hayange, knutange, algrange, tous ces noms de ville résument un passé siderurgique glorieux mais maintenant un paysage en ruine

 

en haut à droite thionville, et tout le chapelet des villes siderurgiques sur la gauche

en haut à droite thionville, et tout le chapelet des villes siderurgiques sur la gauche

à l'entrée de hayange, démantelement d'un haut fourneau

à l'entrée de hayange, démantelement d'un haut fourneau

un autre haut fourneau bien sûr inactif

un autre haut fourneau bien sûr inactif

je m'arrête à hayange, où se trouve la dernière usine française qui fabrique des rails, dernier fleuron de l'industrie nationale qui, sous le coup de ventes et de rachats, va surement passer à la trappe, bouffé par le moloch macron et ses sbires

il existe à hayange une statue de la vierge qui domine la vallée et la ville; je m'y hisse et découvre un beau panorama

une image google earth de hayange, avec sur la droite la statue de la vierge

une image google earth de hayange, avec sur la droite la statue de la vierge

j'admire donc ce beau panorama lorsqu'une voiture s'arrête, en descendent deux personnes, qui commencent à admirer eux aussi le paysage; une conversation s'engage

l'un d 'eux raconte qu'il connait bien le secteur, il montre un coron où il a vécu, expliquant que la vallée était entièrement recouverte par la fumée des usines, qu'on n' y voyait pas clair même en plein jour, que ça grouillait de monde, il y avait des cafés à chaque coin de rue, et là bas, sur la gauche, les hauts fourneaux fumaient nuit et jour, une activité intense régnait dans toute la vallée, en face se trouvaient les mines de minerai de fer, toute la colline est trouée par des galeries horizontales, d'ailleurs, il existe un musée à neufchef, helas fermé à cause du covid, qui retrace toute l'histoire des mines de fer dans la region

 

 

depuis, l'atmosphère a retrouvé sa pureté, les sidérurgistes se sont reconvertis en employés de banque au luxembourg, et il est prévu la construction d'un deuxième lidl à la place d'un vieil entrepôt, tel est l'avenir des habitants de hayange; les cafés ont disparu, le centre ville est desert, les retraités occupent les corons, et les jeunes sont des employés transfrontaliers qui prennent leur bagnole tous les jours pour rejoindre le luxembourg

gamin donc, lecteur assidu de "la vie du rail", je suivais avec intérêt l'actualité ferroviaire des années soixante, et c'est ainsi que mes connaissances géographiques se sont constituées, découvrant avec curiosité l'electrification des lignes audun le roman villerupt ou fontoy audun le tiche, des noms étranges de ville qui me faisaient rêver,

à travers la france et les pays bas

après la visite d'hayange, je décide de rejoindre villerupt, histoire d'assouvir une curiosité d'enfant, séduit par ce nom de ville aux consonnes multiples qui avait frappé ma mémoire et mon imagination

drôle de bled, village qui a dû être une ville, où dans un café on ne sert que de la bière portugaise, et dont l'hôtel de ville fleure bon l'architecture stalinienne

entre hayange et villerupt, passage à aumetz, où existe un musée, hélas fermé

entre hayange et villerupt, passage à aumetz, où existe un musée, hélas fermé

à la sortie de villerupt, je rencontre un jeune que je questionne sur la ville; il me dit qu'un nombre important  d'italiens est venu travailler dans les mines environnantes, et qu'ils restent désormais sur place pour leur retraite;il m'affirme également qu' il existe à villerupt des attractions touristiques, et me montre derrière nous un viaduc qui domine la ville

le viaduc c'était sur la fameuse ligne audun le roman villerupt

le viaduc c'était sur la fameuse ligne audun le roman villerupt

il me révèle quelque chose qui m'a surpris, la prolifération de construction neuve de maisons achetées par des luxembourgeois, car ceux ci dans leur pays y paient des impôts fonciers exorbitants, il me confirme qu'il n'y a plus de travail dans la région, et que la plupart des actifs vont bosser au luxembourg

 

je quitte villerupt lorsque, à un croisement, je vois un attroupement et des voitures stationnées; sûrement un accident, me dis je; je me rapproche, et je constate que la plupart des gens présents portent un gilet jaune; eh oui, près d'un rond point, dans cette région au riche passé de luttes ouvrières, survivent encore des actions, qui consistait ici en une conférence d'un avocat qui donnait des conseils sur les différents moyens de déjouer la police lors de manifestations

je continue mon chemin, traverse mont saint martin, autre haut lieu de la sidérurgie au moment des trente glorieuses et, un peu plus loin, à l'entrée de longwy, je traverse une espèce de no man's land laid et sale, constitué de stations services luxembourgeoises qui proposent du carburant moins cher qu'en france ; belle vision d'une europe de la concurrence!

la nuit commence à tomber, je bivouaque peu avant longuyon dans un grand pré près d'un bois, où j'entendrai, durant la nuit, le braiment d'un cerf ou d'un sanglier, ce qui, en pleine obscurité, n'a pas été fait pour me rassurer

douzième jour

étape longuyon charleville

peu de souvenirs de cette étape; par contre je me rappelle l'approche de charleville, d'abord lumes, puis mohon, enfin charleville; lumes et son triage, mohon et son dépôt, charleville et sa gare

ce dont je peux me souvenir de ce parcours, c'est que je n'ai vu aucune circulation ferroviaire entre longuyon et charleville, c'est dire l'état de décrépitude d'une ligne électrifiée à deux voies avec système de signalisation automatique; par contre, tout au long de la route, dans chaque ville, figurent des panneaux annonçant les arrêts des "ter" pour les bus

je rejoins le camping de charleville, et je demande au responsable de l'accueil si on peut visiter le dépôt de mohon;" vous tombez bien" , me répond-il, "on a un spécialiste des trains ici"; "Maurice, tu peux venir une seconde!"

arrive un quadragénaire bedonnant, casquette à large visière vissée sur la tête, arborant fièrement un tea shirt sur lequel est sérigraphié un x3800 au jaune petant

je me dis que j'ai à faire avec un fondu de trains

pas manqué :-

"le dépôt de mohon, il est fermé parce que la charpente métallique menace de s'effondrer; ya qu'à aller à chambery, tu verras une belle rotonde"

"les cc 14100, y en a une en expo sur un rond point, autrement, tu vas à mulhouse si tu veux en voir"

"t'es d'où - poitiers!, ah c'est pas loin du train des mouettes"

"c'est  vrai ya plus rien entre valenciennes et thionville, c'est maintenant le désert,et ils ont aussi fermé la ligne entre charleville et givet pour travaux, ça sent la fermeture définitive

"je m'occupe d'une association qui fait rouler des picassos sur une ligne dans les ardennes"

etc, etc

plus tard, maurice rejoint ses amis autour d'une bière, et moi je rejoins ma tente

 

 

treizième jour

charleville fourmies

je quitte une ancienne région minière de fer pour une ancienne région minière de charbon

passage à liart, haut lieu ferroviaire, un tunnel y est en réfection, la gare se trouve au sommet d'une longue rampe, point singulier de la ligne valenciennes thionville; aucune circulation constatée sur la ligne

quatorzième jour

fourmies arras dunkerque

passage par aulnoyes, valenciennes et son nouveau tramway, somain et son triage, douai et la gare d'arras, où je prends un ter pour dunkerque

dans le train, je fais la connaissance d'un jeune cycliste, qui me dit qu'il a acheté le forfait ter national, et que son intention est de plus tard rejoindre la côte d'azur pour pas cher, grâce donc à ce forfait; il me fait également part de ses précédents voyages en ter, où jongler avec les correspondances, n'est pas de tout repos

à dunkerque le soir, je trouve un endroit pour bivouaquer près de la plage

quinzième jour

traversée de la belgique et premiers coups de pédale aux pays bas

je longe la côte de de panne à knokke le zout, une suite ininterrompue de larges esplanades, avec sur la gauche la mer et ses plages, et sur la droite un mur d'hôtels et de boutiques, cela sur une centaine de kilomètres

tout au long de ce parcours, je côtoie de temps en temps des tramways, qui rejoignent les deux villes

je franchis la frontière à cadzand, je rejoins breskens et prends un bac pour rejoindre flessingue

premiers contacts avec les pays bas, dans le bac, parking spécial pour les vélo, on est bien au paradis des cyclistes

premiers contacts avec les pays bas, dans le bac, parking spécial pour les vélo, on est bien au paradis des cyclistes

un vent sud nord s'est levé, et me porte littéralement , j'atteins un camping à la ferme vers dombourg, j'y rencontre un couple de cyclistes belges qui me racontent qu'ils font souvent les pays bas à velo, que le camping sauvage y est formellement interdit, et me donnent quelques tuyaux sur les pistes cyclables plus au nord

seizième jour

flessingue noordwijk

étape de près de 150 kms, le vent me porte et je roule facilement à 30 km/h

passage par une digue très impressionnante

à travers la france et les pays bas

je suis un parcours cyclable qui me fait passer par l'arrière port de rotterdam, puis emprunte un bac pour hoek van holland, puis rejoint noordwijk, où bravant les recommandations des deux belges rencontrés au camping, je bivouaque dans un bois près de la ville

dix septième jour

de noordwijk à harlingen

une autre étape de près de 150 kms, toujours porté par le vent

à travers la france et les pays bas

pour franchir l'immense digue avant harlingen, les deux cyclistes belges m'avaient averti qu'elle était en travaux, et qu'un bus effectuait la traversée gratos; donc sans surprise, j'ai trouvé un bus à den oever; franchement, les pays bas sont aux petits soins pour les cyclistes

à harlingen, je trouve un camping (14 euros la nuit)

en m'installant, je remarque un camping car immatriculé  "86"

j'interpelle son propriétaire;  c'est un neerlendais qui a de la famille à harlingen, mais il réside dans la vienne, près de civray; un entrepreneur qui vend et installe des chaudières à bois dans toute la france, un écolo qui me vante les qualités d'un rechaud solaire, un militant anti nucléaire qui ne rechigne pas à participer à des manifs; le mec sympas, quoi

le soir, je fais une balade en ville et déguste un excellent fish and chips et bière locale pour 8 euros

la piste longe la mer, protégée par une levée, de nombreux moutons y paissent en toute liberté, comme je l'avais constaté sur les bords de l'elbe, entre hambourg et la frontiète danoise

la piste longe la mer, protégée par une levée, de nombreux moutons y paissent en toute liberté, comme je l'avais constaté sur les bords de l'elbe, entre hambourg et la frontiète danoise

dix neuvième étape

harlingen groningue

à travers la france et les pays bas

là, je fais moins de kilomètres (une centaine) car je n'ai plus le vent de dos

je rentre à l'intérieur des terres des pays bas, et je ne suis plus la lf1 , mais je vais naviguer au gré de la signalisation cycliste, qui consiste à qualifier des intersections de pistes par des nombres, et à chaque intersection se trouve une carte avec les intersections proches, et des pancartes avec des nombres qui indique la direction des prochaines intersections

à groningue, je bivouaque dans un terrain vague proche du centre ville

 

gare de groningue, comme dans la plupart des villes neerlandaises, d'immenses parking où sont entassés un nombre invraisemblable de vélos

gare de groningue, comme dans la plupart des villes neerlandaises, d'immenses parking où sont entassés un nombre invraisemblable de vélos

vingtième étape

groningue hardenberg

à travers la france et les pays bas

plat pays, pas grand chose à voir à part de temps en temps des moulins à admirer ou des canaux à traverser; à la moindre route est adossée une piste cyclable, et merveille, aux croisements, sur une boite jaune fixée sur les potences des feux de croisement, un gros bouton rouge à enfoncer qui donne presque instantanément le feu vert pour les vélos

quelquefois apparaissent d'immondes bâtisses noires, camps de concentration pour bovins, où ça pue la merde plusieurs kilomètres à la ronde

mon gps m'indique un camping que je pensais modeste et champêtre, il est effectivement modeste et champêtre , mais c'est 17 euros pour la nuit

vingt et unième étape

de hartenberg à doetinchen

peu de souvenirs de cette étape, si ce n'est que le soir, je trouve un camping dans une forêt, un camping associatif où les sanitaires sont rudimentaires, mais où le cadre est sylvestre et très très vaste, et pas cher, 8 euros

vingt deuxième étape

de doetinchen à duisbourg

l'entrée en allemagne se fait à emmerich, bizarrerie géographique parce que cette ville se trouve sur la rive droite du rhin, donc côté pays bas

je longe le rhin et bivouaque le soir un peu avant duisbourg, dans une prairie au bord du rhin

il me faudra encore quelques jours pour atteindre wissembourg, où j'ai de la famille, par la vallée du rhin, puis je regagnerai poitiers en enchaînant plusieurs ter

j'y connaitrai, lors de cet itinéraire par la vallée du rhin que je ne peux me lasser de parcourir, les mesures allemandes contre le covid, qui consistaient entre autres, à chaque fois que je mettais les pieds dans une boulangerie, un restau ou un magasin, à remplir un formulaire où il fallait donner nom prenom, adresse, numero de telephone, lieu d'où l'on vient et où l'on va et je ne sais plus quoi

au début, les commerçants vérifiaient scrupuleusement les questionnaires, mais je me suis rendu compte, au fil du temps, car je remettrai les pieds en allemagne quelques semaines plus tard, un relâchement évident d'une telle procédure, que le questionnaire comportait de moins en moins de rubriques à remplir, et que ça a fini par du papier libre, ou un bout de feuille avec un stylo que le commerçant me tendait sans conviction

ceci peut expliquer entre autres qu'une partie de la population allemande, lassée de procédures absurdes qui lui était imposé, et malgré la servilité légendaire de ce peuple, commence à se rebeller par des manifestations anti masques , en particulier à berlin

je conclus par l'évocation de cette pandémie qui a bien pourrie cette année 2020, et j'espere, pour la suite, que cela ne compromettra pas mes desirs de futurs periples

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de l'aunis
  • : actualité de la musique et de son enseignement
  • Contact

Recherche