Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 08:07

une entreprise privée se lance inconsidérément dans des investissements démesurés, dont elle ne peut, au bout de quelques années, rembourser les emprunts, ne percevant pas les recettes escomptées

c'est ce qui arrive à deux entreprisse de BTP, espagnole (ACS) et française (Eiffage), pour avoir, sous les auspices d'un PPP perdant perdant, établi un projet dont elles sont incapables de rembourser les dettes contractées pour mener à bien les travaux

deux remarques sur cette triste histoire

1- une dette peut être renégociée et étalée, on trouve cela normal pour des entreprises privées, mais pas pour les états, la Grece notamment

2- quand une grosse boîte privée est dans la mouise, c'est à l'etat qu'on refile la patate chaude, et c'est, en fin de course, aux contribuables de payer l'ardoise, et aux actionnaires d'être protégés

cette mésaventure pourrait bien se renouveler avec le projet lgv sea de Vinci,

la SNCF est effrayée par le péage demandé pour le passage d'un tgv entre Tours et Bordeaux( 6000 euros de péage, ça fait une moyenne de 20 euros par voyageur)

la SNCF menace de continuer à faire passer ses tgv par la ligne historique

résultat des courses : Vinci ne voit pas passer de train sur sa ligne, et est dans l'impossibilité de rembourser la petite part d'investissement qu'elle a accordée pour la construction de la ligne

et elle refile le bébé aux instances étatiques concernées (ville, département, région, état)

quelle que soit l'issue de cette affaire, ce PPP est une affaire sans risque et juteuse pour cette grosse boîte de BTP

et nous, on regardera passer les trains

Repost 0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 08:09

les élections municipales approchent, les listes se constituent, les arguments se peaufinent,

je ne parlerai ici ni du concert de nolwenn leroy sur la place d'armes, ni du credo de anne gerard sur le mariage commerce-culture, ni sur les classes orchestre, encore moins sur la pratique de la musique dans les maisons de quartier

mais sur le ton adopté par le front national et la liste de gauche,

l'un semble assumer la musique d'un parler de la vienne profonde, l'autre le parler-lire d'un desproges ou d'un porte

je vous laisse juge

Repost 0
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 10:39

miossec a commis une chanson qui conjugue la gauche à l'imparfait

belle envolée, je vous laisse découvrir, ou redécouvrir, cette ode à la désesperance, mais à l'espoir que nos enfants sauront un jour pouvoir lever le poing à nouveau

ci dessous les paroles, et la video

C'est drôle de voir ce que nos pensées sont devenues
On était tellement de gauche
Aujourd'hui on ne sait plus
On compte les plaies, les bosses
Tout ce qu'en marche on a perdu
On se dit que de toute façon l'histoire est moche
Ce qui n'était pas gagné d'avance est désormais perdu
Alors on laisse les mains dans nos poches
Même plus envie d'avoir le poing tendu
Les illusions au fond de la sacoche
De l'étudiant que depuis longtemps on n'est plus
On ne pense plus qu'à notre poste
Là où on est prêt à se battre à mains nues
Car on pense au loyer, à la femme et aux gosses
A notre honneur et à tout ce qu'il a fallu
Comme coups bas, comme ripostes
Contre des collègues qui vous tuent
Et les nouveaux qui reluquent votre poste
Comme si ce n'était pas pour vous ce beau statut
Alors ils essayent de vous faire gicler du socle
Par les moyens les plus tordus
A essayer de vivre comme si de rien n'était
On se fait un beau jour rattraper par la marée
A essayer de vivre comme si de rien n'était
On se fait un beau jour rattraper par la marée
Et quand vous apprenez un jour pas la poste
Que de vous, de vous on ne veut plus
Vous repensez alors au cocktail molotov
Ca ne serait pas arrivé si on s'était battu
Mais c'est trop tard pour que l'on rechausse
Les vieilles idées que l'on croyait perdues
C'est désormais bon pour les gosses
Allez les enfants, foutez le raffut

Repost 0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 08:21

hatua et nairobi étaient absentes du cours de formation musicale de la mjcaa la semaine dernière

cette semaine, je leur ai demandé la raison de leur absence

"on a joué devant le maire"

après une brève recherche sur internet, j'ai trouvé cela dans un article de la nouvelle république

comme dirait mon pote sprogis, l'important, c'est d'être visible

Repost 0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 07:30

lu dans la nouvelle republique il y a quelques jours

En matière musicale, le directeur veut « conserver la dynamique née de l'acoustique exceptionnelle de l'auditorium » en proposant non seulement de la musique classique, des musiques du monde, des chœurs et du jazz, mais aussi des musiques actuelles. D'où sa demande d'un investissement supplémentaire de 85.000 € pour disposer d'un équipement adapté aux musiques amplifiées. Objectif : ne pas descendre sous la barre de 30 concerts par saison.
Pour la salle du théâtre, dont il reconnaît la « déficience de l'acoustique pour la voix parlée », Jérôme Lecardeur indique que des solutions existent. « Du fait de ses missions de scène nationale, le TAP a le souci de la pluridisciplinarité et de la création contemporaine. Nous pourrons ainsi nous forger une véritable culture du spectacle vivant qui saura allier classiques et créations. Cette volonté saura s'exprimer autant en théâtre qu'en danse, en musique ou en arts du cirque […] Malgré la taille de l'établissement et la pression de la demande en nombre de publics, nous sommes convaincus qu'il faut maintenir sporadiquement les petites formes, les rapports parfois intimes aux œuvres, la proximité. »

au moment de l'élaboration de ce qui sera le tap, je me souviens de l'enthousiasme de la précédente équipe municipale pour la construction de deux salles spécialisées, l'une dédiée à la musique acoustique classique (l'auditorium), et l'autre au théâtre;

à l'époque, mon pote sprogis, alors directeur du conservatoire, était un fervent défenseur d'un auditorium voué à la musique classique, écrin dont ne pouvait se passer la région poitou charentes

cette option était pure folie, on le voit maintenant, où il est désormais question de transformer ce délicat auditorium, avec ses parois pivotantes en marqueterie précieuse, en salle de spectacle pour musique actuelle, afin de rentabiliser l'équipement

quant à la salle de théâtre, qui était vendue comme d'un niveau équivalent aux plus grandes salles européennes, on apprend maintenant que c'est une salle qui est "déficiente pour la voix parlée", aveu bien étrange pour dire implicitement que cette salle ne sonne pas pour faire du théâtre, il y a là la révélation que la salle était mal conçue initialement

ce paquebot de la culture qui fait la fierté de poitiers se révèle un fardeau mal foutu que les contribuables devront supporter, durant des decennies

de plus, à l'inverse de la ville de chatellerault, l'ancien théâtre est voué à disparaitre

quitte à sauver les meubles, pourquoi ne pas affecter l'auditorium au conservatoire, comme une espèce de succursale, où pourraient répéter les orchestres, et où seraient organisés auditions et spectacles d'élèves

Repost 0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 10:40

c'est un organisateur d'évènements de danse hip hop,

il s'insurge, dans une video, contre le front national

bravo pour cet engagement

Repost 0
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 10:43

peut être n'avez vous pas échappé à cet article de la nouvelle republique

sprogis, en col roulé foucaldien sur la photo, va composer une ode méditerranéenne à la mémoire de camus;

les talents de sprogis comme compositeur ne sont pas à mettre en doute; j'ai encore le souvenir d'un trio qu'il a commis pour le départ de jean luc portelli à bordeaux, lors de son exécution au centre social des trois cités, place de france, plein d'humour et de générosité..

camus et l'algérie, c'est assez compliqué, d'après les lectures que j'ai pu en faire; trainé dans la boue par les nationalistes algériens durant la guerre d'algérie, il aurait soutenu la cause algérienne dans ses differents écrits; mais tout n'est pas si simple à démêler

une phrase a retenu mon attention, après une relecture rapide de l'ouvrage de michel onfray sur camus : "ce peuple sans passé, sans tradition, sans culture ne manque pas de poésie et vit sans mythes, sans consolations" (p.159)

prétendre l'algérie sans passé et sans tradition, c'est une provocation que bien des nationalistes algériens lui reprocheront durement

lors des ceremonies du centenaire de la colonisation française de l'algérie en 1930, des manifestations culturelles se sont tenues à alger, des concerts ont été donnés. de la musique savante européenne essentiellement; ce qui a fait grincer bien des dents des intellectuels algériens en voie d'intégration

il existe une tradition musicale algérienne, une gamme arabe à la tierce pure, des mélopées monodiques où l'harmonie de notre musique occidentale est proscrite

gageons que sprogis en tiendra compte, et saura creer une oeuvre où les canons de la musique occidentale et orientale vibreront de concert et en belle harmonie.

notons que d'autres compositeurs se sont déjà attelés à cette tâche, notamment zad moultaka,

sprogis saura-t-il relever le défi?

moultaka - sprogis, ça me fait penser à albert camus - abtellatif kechiche; ces deux créateurs, récompensés par de hautes distinctions, prix nobel pour l'un, palme d'or pour l'autre, ont été et sont honnis par une partie de la critique;

de ces deux enfants de la méditerranée, c'est leur nom qui les différencie, l'un, au nom français, veut retrouver la sensualité et la corporéité méditerranéenne, l'autre, au nom arabe, magnifie les lumières et la culture classique française, l'un recherche l'exotisme oriental, l'autre veut intégrer coute que coute notre rationalté cartésienne

on voit bien ici que la question algérienne, sous l'angle camusien, éveille bien des questions encore aujourd'hui, dans une dialectique entre un ethnocentrisme européen dominant et la revendication d'une culture méditerranéenne dominée qui aspire à se faire entendre;

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 09:34

avez vous entendu parler de la chanteuse violetta?

pour ma part, dounia m'en avait déjà parlé l'an passé, et elle essaie de chanter en ce moment en s'accompagnant à la guitare "te creo"

lea et maeva voudraient chanter te veo

et à mon avis, la liste n'est pas close

ils en ont parlé sur france inter

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 07:52

c'est la nouvelle coqueluche;

quelques remarques

1- c'est essentiellement une initiative politique, pilotée par des élus

2- le fruit d'un partenariat entre plusieurs institutions (éducation nationale, conservatoire, maison de quartier)

3- c'est une opération destinée à un public restreint (une classe sélectionnée)

4- une opération de com, avec à la clé une prestation publique garantie, avec belles photos sur papier glacé

5- c'est un bel exemple de "pédagogie de projet", livré clé en main, du bureau d'études à l'achèvement final du chantier

6- le vocabulaire entrepreneurial et libéral s'invite dans la rédaction du projet : (appel à projet, thème, dispositif)

7- les élèves seront nécessairement heureux de cette manne généreusement accordée par une instance politique, dont les vertus d'un effacement de clivage social ne peut être mis en doute; cette posture paternaliste est la même que celle des patrons des mines du nord de la France au XIX° siècle au moment de la création des orphéons.

8- la musique comme vecteur de lien social est une illusion, j'en ai parlé dans un article intitulé "duel banjo guitare",

9- je ne crois pas une seconde aux effets bénéfiques thérapeutiques d'un estompement du clivage social par la pratique commune de la musique; elle peut certes y participer, mais les actions politiques, sociales et économiques doivent accompagner ce genre d'opérations; le venezuela en est un bel exemple

Repost 0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 07:40

est l'objet d'un très intéressant article dans le journal le monde;

quand la presse nationale se mêle de notre vie locale, c'est qu'il y a le feu au lac

l'ancien théâtre de poitiers

quelques photos de ce joyau de notre patrimoine poitevin

la video du dernier conseil municipal

gainsbarre s'est invité dans le débat

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de l'aunis
  • : actualité de la musique et de son enseignement
  • Contact

Recherche