Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 07:56

je raconte ici mon périple en italie, que j'ai effectué seul au mois d'aout

mardi 6 aout

depart de la rochelle pour bordeaux en ter, correspondance pour agen, que j'atteins vers midi; premiers tours de roues sur la piste du canal garonne, entre agen et toulouse; à toulouse, ter pour carcassonne; arrivée à carcassonne au début de la nuit; quelques tours de roue le long du canal du midi, où je m'abrite sous un petit pont, surpris par la pluie et de violents orages

voyage en italie

le ciel est zébré d'éclairs, on se croirait en plein jour, le tonnerre gronde, la pluie tombe, cela dure plus d'une heure, puis tout se calme; j'installe ma tente à côté de ce petit pont, sur les bords du canal garonne

voyage en italie

mercredi 7 aout

la plus longue étape de mon périple, presque 200 kms dans la journée

je suis la piste du canal garonne jusqu'à beziers, agde et sete, puis route jusqu'à frontignan, et piste le long de la méditerrannée jusqu'à palavas, je longe ensuite la côte jusqu'au grau du roi, et je finis la journée en trouvant un camping à aigues mortes; il pleut, vent en face, les conditions météo ne sont vraiment pas ideales

jeudi 8 aout

depart très tot le matin de aigues mortes dans un bus pour nimes, experience redoutable, où le chauffeur met la radio, cheries fm, des infos debiles, horoscopes et pub, et chansons qui s'incrustent dans votre esprit pour la journée

à nimes, je decide de rejoindre directement nice en train, que j'atteins vers 16h

premiers tours de roue sur la côte méditerrannéenne, entre nice et vintimille

après nice , la route grimpe, et un joli panorama de la côte niçoise apparait

après nice , la route grimpe, et un joli panorama de la côte niçoise apparait

monte carlo, une espece de verrue du fric pour fortunés, paradis fiscal pour les propriétaires de porsche et de yatchs rutilants, à gerber

monte carlo, une espece de verrue du fric pour fortunés, paradis fiscal pour les propriétaires de porsche et de yatchs rutilants, à gerber

passage de la frontière italienne après menton, c'est la première fois que je mets les pieds dans ce pays; je trouve un camping à l'entrée de vintimille, c'est cher, 20 euros pour la nuit

vendredi 9 aout

de vintimiglia à savona

passage à  san remo, depart d'une piste cyclable superbe qui longe la côte

passage à san remo, depart d'une piste cyclable superbe qui longe la côte

elle traverse les caps montagneux par des tunnels

elle traverse les caps montagneux par des tunnels

les vues sur la côte sont superbes

les vues sur la côte sont superbes

je reprends la route, en corniche le long de la côte

je reprends la route, en corniche le long de la côte

au camping de savona, qui est archi bondé, je trouve une place dans un tout petit recoin, coincé entre deux bungalows; je fais un tour le soir en ville, où de nombreuses animations touristiques sont proposées, dans la douceur de cette nuit estivale

samedi 10 aout

de savona à rapallo

je retrouve une piste, superbe

voyage en italie
voyage en italie

le ciel est d'un bleu d'azur, le soleil brille de tous ses feux;

je traverse gênes, j'y pique nique dans un parc, je déguste mes premières pizzas

après gênes, il est entre 13h et 14h, il fait une chaleur terrible, je veux passer une vitesse, mais le cable cède;

une pub pour un opérateur téléphonique dit : "la vie ne tient qu'à un fil", on pourrait dire de la même manière : "la vie d'un cyclotouriste ne tient qu'à un câble de dérailleur"

je me sens désemparé, car je n'ai aucun matériel pour réparer, devant moi, j'aperçois un cycliste arrêté en train de téléphoner; je l'aborde, et j'essaie de lui expliquer ma situation; il me répond en français, et me dit qu'il connaît un mécanicien pour vélos, dont la boutique est située à 500 mètres de là, et qu'il veut bien m'y conduire

La boutique ouvre à 14h30, je remercie le cycliste qui me souhaite bonne chance, et je patiente, dans cette atmosphère de début d'après midi où il fait une chaleur accablante, et où la vie semble arrêtée, chacun se réfugiant dans sa maison pour trouver repos et fraicheur

à 14h30, je vois apparaitre un piéton promenant son chien; c'est le mécano; je lui explique mon problème, je comprends qu'il commence à me dire que la réparation va être difficile, car le câble passe à l'intérieur du cadre

le vélo est installé sur sa table d'opération

voyage en italie

et la réparation, délicate, commence

voyage en italie

une demie heure après tout est revenu dans l'ordre, je peux reprendre mon vélo et continuer ma route; j'ai eu de la chance d'avoir rencontré un cycliste qui m'a bien renseigné, et un magasin de vélos ouvert le samedi après midi, en plein mois d'aout, ce qui n'était pas gagné

le dérailleur, c'est pas du luxe, surtout quand montées et descentes de succèdent régulièrement, ce qui est le cas sur le parcours que je découvre, avec de magnifiques panoramas

voyage en italie
voyage en italie

le soir, arrivée sur rapallo

voyage en italie

j'y rejoins le camping, toujours bondé et aussi cher; la journée s'achève, la soleil disparaît derrière la côte escarpée

voyage en italie

je fais un tour en ville, j'y repère un petit restau où je goute au monistrone, à la mozzarela , et où j'apprends que pomodoro veut dire tomate

voyage en italie

dimanche 11 aout

de rapallo à viareggio

étape montagneuse, 600 mètres de déniveléé

voyage en italie
voyage en italie

arrivée au point culminant, le passage d'un col, pour une descente vertigineuse jusqu'à la côte

voyage en italie

après la spezia, ça devient plus plat, et je rejoins le soir un camping à viareggio, où je fais un tour en ville, appréciant la douceur du soir, déambulant dans les rues de cette cité balnéaire en dégustant une glace

lundi 12 aout

de viareggio à san vincenzo

avec, dès le matin, passage à pise

voyage en italie
voyage en italie
voyage en italie

je traverse ensuite livourne, et je continue à suivre la côte par la via aurelia, jusqu'à san vincenzo

mardi 13 aout

de san vincenzo à ansedonia

la via aurelia

la via aurelia

il arrive, le long de la via aurelia, de trouver un sentier qui longe la route, havre provisoire de paix, là où la via aurelia est chargée d'une circulation intense

il arrive, le long de la via aurelia, de trouver un sentier qui longe la route, havre provisoire de paix, là où la via aurelia est chargée d'une circulation intense

pour rejoindre grosseto, je traverse la campagne toscane

voyage en italie

passage à grosseto, en plein après midi, dans la torpeur d'une chaleur écrasante

voyage en italie

de grosseto, pour rejoindre albinia, je fais un crochet en prenant une petite route qui traverse la campagne toscane

voyage en italie

je rejoins le soir un gros camping, à ansedonia, avec animation le soir, loto et tout le tintouin

mercredi 14 aout

de ansedonia à montalto di castro, j'emprunte toujours la via aurelia, que je fuis après, en empruntant des petites routes qui traverse la campagne toscane

il fait très chaud, tout est sec et aride, le bulldozer est nécessaire pour labourer les champs!!!!!

il fait très chaud, tout est sec et aride, le bulldozer est nécessaire pour labourer les champs!!!!!

pour le pique nique du midi, un coin ombragé est indispensable, comme est indispensable après le repas une petite sieste réparatrice

pour le pique nique du midi, un coin ombragé est indispensable, comme est indispensable après le repas une petite sieste réparatrice

le soir, je me retrouve dans un camping au bord d'un lac, à quelques dizaines de kilomètres de rome

coucher de soleil sur le lago di bracciano

coucher de soleil sur le lago di bracciano

jeudi 15 aout : Rome

il me faudra faire une vingtaine de kilomètres pour rejoindre Rome le lendemain matin; mon entrée dans Rome est un peu bizarre, parce que je passe directement des routes de banlieue d'approche à la place saint pierre

un 15 aout place saint pierre à Rome, je pensais assister à un discours du pape sur le balcon de la basilique, mais ce jour là, françois devait bouder parce que j'ai entendu dire qu'il était resté dans sa résidence de castel gandolfo; des gens pourtant était massé sur la place, et devait attendre la parole papale, mais macache, françois avait posé un lapin

un 15 aout place saint pierre à Rome, je pensais assister à un discours du pape sur le balcon de la basilique, mais ce jour là, françois devait bouder parce que j'ai entendu dire qu'il était resté dans sa résidence de castel gandolfo; des gens pourtant était massé sur la place, et devait attendre la parole papale, mais macache, françois avait posé un lapin

je sillonne les rues de Rome, entre la place de venise et le colisée, la route, d'une largeur mussolinienne, vient d'être interdite à la circulation automobile, laissant la place aux piétons

place aux piétons donc, mais pas de cyclistes à l'horizon; ils sont rares, les italiens préférant scooter et piaggio

place aux piétons donc, mais pas de cyclistes à l'horizon; ils sont rares, les italiens préférant scooter et piaggio

en remontant vers la gare de rome termini, je croise un tramway, qui fleure bon les années cinquante, preuve qu'en italie, on a su preserver, ces années là, au plus fort de l'hégémonie des bagnoles, un moyen de transport qui retrouve toutes les faveurs aujourd'hui

voyage en italie

la visite de quelques établissements religieux parait incontournable, vu le nombre incroyable de ces édifices dans la capitale italienne; les intérieurs sont somptueux, gardant tous les ores et le luxe d'une période où l'influence de la religion catholique était prédominante

voyage en italie

Il fait une chaleur étouffante, heureusement, il y a de nombreuses fontaines, où on peut s'y désaltérer, car, à ce qu'il parait toutes les fontaines romaines sont "acqua potabile"

voyage en italie

il y a du monde partout, la moindre place est envahie de touristes

voyage en italie

en fin d'après midi, je quitte rome pour Ostie, la circulation automobile y est intense, sur deux routes parallèles à deux voies

A Ostie, je cherche un camping, et, en bord de mer, je repère deux ou trois camping-casr à moitié déglingués dans un terrain vague; je me renseigne auprès de personnes que je rencontre, si je peux camper à cet endroit

C'est là que je fais la connaissance de Mario et Stepan, l'un est italien, l'autre roumain, l'un retape un bungalow pour en faire une improbable guinguette, l'autre habite une minuscule caravane, qu'il a vraisemblablement récupérée; il vient de roumanie, pour y fuir la misère

Je suis accueilli par eux avec toute la chaleur méditerrannéenne qui les habite, la femme de stepan me prépare un superbe repas du soir, puis nous essayons de communiquer, mario, stepan et moi, en sirotant une gnole roumaine, la "grapa", tellement forte qu'on la coupe avec du jus d'orange

mario et stepan

mario et stepan

la caravane de stepan

la caravane de stepan

je plante ma tente sur un terrain vague, il fait chaud, je me contente de la moustiquaire, je n'installe pas le double toit

je plante ma tente sur un terrain vague, il fait chaud, je me contente de la moustiquaire, je n'installe pas le double toit

vendredi 16 aout

je reprends la route, suivant la côte, passant à anzio, san felice circeo, hauts lieux touristiques, où je me lasse de traverser ces cités balnéaires toutes pareilles, des plages et des parkings bondés;

c'est la semaine du 15 aout, tous les italiens sont en vacances, les campings sont complets, ou hors de prix (on me propose un emplacement à 30 euros, il y en a même un qui me propose carrément 40 euros pour la nuit)

je me retrouve le soir au niveau de terracina, j'y trouve un petit village, où j'arrive à découvrir, près d'un lac, sur un chemin en impasse, un emplacement pour planter ma tente

c'est la fête dans ce village, il y a des animations, une scène est érigée sur la place principale, et, devant l'église, des enfants proposent un spectacle, sous l'oeil bienveillant du curé et de ses ouailles

des gens s'affairent dans un stand, ils préparent des assiettes pour ceux qui veulent bien diner ce soir; j'y déguste mes premières pâtes avec un verre de vin local

le soir, au soleil couchant, je rejoins l'emplacement repéré et y plante ma tente

voyage en italie

samedi 17 aout

le soleil se lève, la luminosité est dèjà parfaite, au loin, on aperçoit les sommets du lazio

voyage en italie

le soleil tape dur, mais les routes sont ombragées

voyage en italie

je traverse des villages côtiers, les couleurs sont magnifiques

voyage en italie
voyage en italie

je me rapproche de naples, et, de plus en plus, des immondices bordent le côté des routes; c'est franchement dégueulasse

voyage en italie

je trouve un camping à une quarantaine de kilomètres de naples, et là, je crois que j'ai eu mon overdose de camping italien ; jusque tard dans la nuit, j'ai eu droit à des karaoekés aux sonos tonitruantes; heureusement, j'étais épuisé, je me suis endormi au son des mélodies de variété italienne à la mode

le camping a sa plage privée, là, tout est propre, comme dirait l'autre, l'espace privé est nickel, quant à l'espace public, n'en parlons pas

voyage en italie

dimanche 18 aout

de la mer thyrénéenne à la mer adriatique

l'arrivée sur naples est feerique

voyage en italie
la fameuse baie de naples

la fameuse baie de naples

ses rues étroites et ombragées

ses rues étroites et ombragées

mais je ne resterai que quelques heures à naples, il y fait une chaleur terrible, et la saleté environnante m'importune de plus en plus; je décide de rejoindre la gare de naples, pour rejoindre foggia; moi qui adore les voyages ferroviaires, je ne suis pas déçu; en me renseignant à une machine à distribuer les billets, on me propose un aller pour foggia, départ vers 13h, changement à salerne, puis passage par potenza, pour arriver au début de la nuit à foffia, et tout ça pour 13 euros

décriptons ce billet :depart de napoli centrale pour foggia, en passant par battipaglia, potenza et rochetta

décriptons ce billet :depart de napoli centrale pour foggia, en passant par battipaglia, potenza et rochetta

en consultant une carte, on voit que le parcours proposé n'est pas le plus direct, d'abord naples salerne, puis direction l'intérieur du basilicata vers sa capitale, potenza, enfin, direction le nord pour foggia

en consultant une carte, on voit que le parcours proposé n'est pas le plus direct, d'abord naples salerne, puis direction l'intérieur du basilicata vers sa capitale, potenza, enfin, direction le nord pour foggia

le départ de naples fut laborieux; je me présente devant la rame régionale, et demande innocemment s'il y a un local vélo dans le train; un contrôleur, à l'apparence et au verbe mussolinnien, me fait comprendre qu'il n'y a pas de place pour les vélos, que je ne dois pas monter dans ce train; dépité, je m'éloigne du quai, pour y revenir sournoisement quelques minutes avant son départ, où je m'installe tant bien que mal sur une des plateforme d'accès aux places assises; las, la figure du contrôleur irascible réapparaît, et devant mon obstination, me demande où je vais; "salerne" lui réponds-je; il me fait comprendre de m'installer dans le deuxième wagon de la rame; ce que je fais, et je comprends pourquoi; il n'y a pas d'air conditionné, et aucun voyageur ne s'aventure dans l'étuve; mais bon, je m'estime heureux, et le train atteint salerne une petite heure après son départ de naples, le wagon se remplit de voyageurs, l'étuve devient vraiment étouffante, il est grand temps que je quitte ce train

gare de salerne, je quitte le train étuve qui doit rejoindre cosenza

gare de salerne, je quitte le train étuve qui doit rejoindre cosenza

je dispose d'une heure et demie avant de prendre le deuxième train; je fais un tour à salerne, où il fait une chaleur accablante

le port de salerne, en plein cagnard de début d'après midi

le port de salerne, en plein cagnard de début d'après midi

je trouve, en face la gare, un café qui propose des parts de pizza, j'en savoure une, en me disant que je suis au point le plus au sud de l'italie que je visite;

je retourne à la gare, où stationne un agv, petite fierté régionale, puisque ce train est construit à la rochelle, et qu'une compagnie privée ferroviaire italienne a achetée, et, sous le sceau du sigle italo, fait circuler ici de salerne jusqu'à turin

voyage en italie

la rame régionale pour potenza se met à quai, le départ pour le nord de la basilicita est imminent

voyage en italie

le train traverse des paysages magnifiques, au relief bosselé, toujours ça de pris,des côtes que je n'aurai pas à monter

voyage en italie
voyage en italie

la ligne suit le cours d'une rivière de montagne, et le paysage ressemble à celui que l'on découvre sur la ligne des cevennes, entre langeac et langogne

voyage en italie
voyage en italie

à potenza, je change de train, pour un antique autorail

voyage en italie

qui circulera sur une voie unique, croisant de temps en temps d'autres autorails de la m^me famille

voyage en italie

j'arrive à foggia à la tombée de la nuit, je sors de la ville, où je trouve un camping, fermé et cadenassé; je plante ma tente tout à côté, sur un terre-plein, où je ne serai pas ennuyé

lundi 19 aout

sorti de foggia, je prends la direction de san severo; un ballet incessant de camions me croisent ou me doublent, ils vont charger dans les champs des caisses de tomates, c'est la pleine saison des récoltes

le centre de san severo, des petites rues étroites, des balcons fleuris, le soleil commence à éclairer les façades des maisons

le centre de san severo, des petites rues étroites, des balcons fleuris, le soleil commence à éclairer les façades des maisons

de san severo, je rejoindrai torremagiore, puis le petit village de san paolo di civitate, juché sur un plateau, ce qui me demandera beaucoup d'efforts, sous la chaleur accablante de ce début de journée

voyage en italie

après m'être restauré de savoureuses parts de pizza dans un café du village, et m'être reposé d'une bonne sieste dans la torpeur d'un milieu de journée où chacun s'abrite à l'ombre, je dévale du plateau vers la mer, découvrant de vastes panoramas

voyage en italie
voyage en italie
un camion chargé de caisses de tomates, rejoignant vraisemblablement une usine où elles seront transformées en sauce pour accompagner les pâtes tellement apprèciées des italiens; on le voit dans les super marchés, où on peut trouver des rayons entiers de paquets de pâtes différents

un camion chargé de caisses de tomates, rejoignant vraisemblablement une usine où elles seront transformées en sauce pour accompagner les pâtes tellement apprèciées des italiens; on le voit dans les super marchés, où on peut trouver des rayons entiers de paquets de pâtes différents

de ce plateau, je dévalerai dans une immense descente jusqu'à Chieuti, puis la mer adriatique, que je commencerai à longer, avant de me trouver une halte près du bord de mer, à vasto

mardi 20 aout

moi qui cherchais la fraicheur, je suis servi, car il commence à pleuvoir dès le matin; je suis obligé de m'abriter sous un bosquet pour laisser passer une grosse averse

voyage en italie

je rejoins pescara, il pleut, j'ai le vent en face, et de plus, la route du bord de mer égrene son chapelet de villes touristiques et de plages avec parasols

je décide à pescara de prendre le train pour rejoindre ancone

la rame régionale est ici dotée d'un local pour ranger les vélos

la rame régionale est ici dotée d'un local pour ranger les vélos

la gare de pescara sous la pluie; j'en viens presque à regretter la chaleur napolitaine

la gare de pescara sous la pluie; j'en viens presque à regretter la chaleur napolitaine

entre pescara et ancone, la voie ferrée longe au plus près la côte adriatique

entre pescara et ancone, la voie ferrée longe au plus près la côte adriatique

toute une population d'émigrés, vendeurs à la sauvette, montent et descendent du train, au gré de ses nombreux arrêts, et nous rappelle ainsi que nous sommes encore dans le mezzogiorn

toute une population d'émigrés, vendeurs à la sauvette, montent et descendent du train, au gré de ses nombreux arrêts, et nous rappelle ainsi que nous sommes encore dans le mezzogiorn

arrivé en gare d'ancone, la pluie a cessé, le vent a faibli, les conditions sont idéales pour reprendre la route

arrivé en gare d'ancone, la pluie a cessé, le vent a faibli, les conditions sont idéales pour reprendre la route

le soir, je me trouve un emplacement pour planter ma tente près de senigalia, juste en bord de mer, avec un vent qui souffle très fort

mercredi 21 aout

je suis la côte, entre route et voie ferrée

une piste cyclable se faufile le long de la côte
une piste cyclable se faufile le long de la côte

une piste cyclable se faufile le long de la côte

passage à rimini

passage à rimini

le soir, après rimini, je trouve un camping, histoire de prendre une douche et de laver mes affaires, après plusieurs nuits de camping sauvage

jeudi 22 aout

le jour se lève, le temps est au beau fixe

voyage en italie

l'approche de Ravenne se fera à travers des marais, sur une piste où enfin les automobiles y seront proscrites

des carrelets, comme sur la côte charentaise
des carrelets, comme sur la côte charentaise

des carrelets, comme sur la côte charentaise

ravenne est une ville fort agréable à visiter, avec un centre piétonnier, et où je vois de nombreux cyclistes déambuler le long des rues

l'intérieur et l'extérieur d'un des monuments caractéristiques de ravenne
l'intérieur et l'extérieur d'un des monuments caractéristiques de ravenne

l'intérieur et l'extérieur d'un des monuments caractéristiques de ravenne

l'après midi, je rejoins bologne que j'atteins le soir

bologne, ses monuments massifs imposants et impressionnants
bologne, ses monuments massifs imposants et impressionnants
bologne, ses monuments massifs imposants et impressionnants

bologne, ses monuments massifs imposants et impressionnants

la nuit tombe, je me trouve un emplacement pour camper à la périphérie de bologne, le long d'une petite rivière, tout près d'un parc résidentiel

vendredi 23 aout

je rejoins modene dans la matinée, où je m'installe , près de la place centrale, à la terrasse d'un café où je prends mon goûter de dix heures

voyage en italie

modène, comme ravenne, voit de nombreux cyclistes circuler dans ses rues; pour sortir de modène et prendre la direction de ferrare, un vieil italien, âgé de 85 ans, me guidera sur son vélo; son élocution est parfaite, je comprends presque tout ce qu'il dit, de sa double trépanation, de sa forme physique qui lui permet de faire encore du vélo; la langue italienne, par la voix d'un de ce locuteur, prend ici tout son charme et sa merveilleuse musique.

la romagne, riche de ses vergers aux fruits abondants

la romagne, riche de ses vergers aux fruits abondants

je découvre, sur une dizaine de kilomètres, une piste cyclable, havre de paix et de calme, à l'inverse des routes italiennes, au bruyant trafic routier incessant

je découvre, sur une dizaine de kilomètres, une piste cyclable, havre de paix et de calme, à l'inverse des routes italiennes, au bruyant trafic routier incessant

arrivée le soir à ferrare, j'y trouverai, à sa sortie, un camping municipal où le tarif sera pour une fois abordable (13 euros)
arrivée le soir à ferrare, j'y trouverai, à sa sortie, un camping municipal où le tarif sera pour une fois abordable (13 euros)

arrivée le soir à ferrare, j'y trouverai, à sa sortie, un camping municipal où le tarif sera pour une fois abordable (13 euros)

samedi 24 aout

à la reception du camping de ferrare, on m'a indiqué qu'on pouvait rejoindre venise en suivant le po, jusqu'à choggia, où un bateau fait la navette jusqu'à venise

la piste le long du po

la piste le long du po

une ferme de la romagne, que l'on peut découvrir de la piste en surplomb

une ferme de la romagne, que l'on peut découvrir de la piste en surplomb

le po, pris ici d'un pont qui enjambe ce fleuve immense

le po, pris ici d'un pont qui enjambe ce fleuve immense

arrivée le soir à chioggia, qui a ses airs de venise, j'y trouverai un emplacement pour camper, juste à côté de la gare
arrivée le soir à chioggia, qui a ses airs de venise, j'y trouverai un emplacement pour camper, juste à côté de la gare

arrivée le soir à chioggia, qui a ses airs de venise, j'y trouverai un emplacement pour camper, juste à côté de la gare

dimanche 25 aout : venise

en fait de bateau pour rejoindre venise, où je me voyais déjà débarquer place saint marc, ce sont trois bacs successifs que j'ai du emprunter, et parcourir à vélo des morceaux de lagune entre ces parenthèses maritimes

on voit bien sur la carte qu'il faut prendre un bac de chioggia jusqu'à pellestrina, traverser la lagune, puis un autre de porto di mallarnocco jusqu'à alberoni, continuer sur cette autre lagune pour rejoindre lido di venezia, et enfin emprunter un ferry jusqu'à tronchetto, l'avant port de venise

on voit bien sur la carte qu'il faut prendre un bac de chioggia jusqu'à pellestrina, traverser la lagune, puis un autre de porto di mallarnocco jusqu'à alberoni, continuer sur cette autre lagune pour rejoindre lido di venezia, et enfin emprunter un ferry jusqu'à tronchetto, l'avant port de venise

le premier bac, de chioggia à pellestrina

le premier bac, de chioggia à pellestrina

le deuxième bac, pour rejoindre alberoni

le deuxième bac, pour rejoindre alberoni

enfin le ferry pour tronchetto

enfin le ferry pour tronchetto

quelques vues du pont du ferryquelques vues du pont du ferryquelques vues du pont du ferry
quelques vues du pont du ferry

quelques vues du pont du ferry

vues du rialtovues du rialto

vues du rialto

gondoles
gondoles

gondoles

pontsponts
pontsponts

ponts

la place saint marcla place saint marc
la place saint marcla place saint marc

la place saint marc

personnages venitiens

personnages venitiens

une rue vénitienne

une rue vénitienne

la sortie de venise se fait, par le pont de la liberté, où vies ferrées et route se cotoient

la sortie de venise se fait, par le pont de la liberté, où vies ferrées et route se cotoient

je prends ensuite la direction de padoue, en suivant dans un premier temps la route, puis en trouvant, dans un deuxième temps, un chemin de halage parfaitement goudronné longeant un canal qui m'amènera directement a padoue

quelques vues de padoue
quelques vues de padoue
quelques vues de padoue
quelques vues de padoue

quelques vues de padoue

une des particularités de la ville de padoue, c'est qu'elle possède un tramway sur pneus, moyen de transport collectif urbain hybride, entre tramway et bus, un véhicule articulé roulant sur des pneus, mais guidé par un rail central; ce système, de mon point de vue aberrant, continue cependant, malgré de multiples incidents, à être construit dans certaines villes, comme le t5 jusqu'à sarcelles, à caen, suite à de nombreux incidents, qui ont émaillée la courte vie de ce moyen de transport, la municipalité a décidé de se débarrasser  de ce système bancal pour le remplacer par un vrai tramway
une des particularités de la ville de padoue, c'est qu'elle possède un tramway sur pneus, moyen de transport collectif urbain hybride, entre tramway et bus, un véhicule articulé roulant sur des pneus, mais guidé par un rail central; ce système, de mon point de vue aberrant, continue cependant, malgré de multiples incidents, à être construit dans certaines villes, comme le t5 jusqu'à sarcelles, à caen, suite à de nombreux incidents, qui ont émaillée la courte vie de ce moyen de transport, la municipalité a décidé de se débarrasser  de ce système bancal pour le remplacer par un vrai tramway
une des particularités de la ville de padoue, c'est qu'elle possède un tramway sur pneus, moyen de transport collectif urbain hybride, entre tramway et bus, un véhicule articulé roulant sur des pneus, mais guidé par un rail central; ce système, de mon point de vue aberrant, continue cependant, malgré de multiples incidents, à être construit dans certaines villes, comme le t5 jusqu'à sarcelles, à caen, suite à de nombreux incidents, qui ont émaillée la courte vie de ce moyen de transport, la municipalité a décidé de se débarrasser  de ce système bancal pour le remplacer par un vrai tramway

une des particularités de la ville de padoue, c'est qu'elle possède un tramway sur pneus, moyen de transport collectif urbain hybride, entre tramway et bus, un véhicule articulé roulant sur des pneus, mais guidé par un rail central; ce système, de mon point de vue aberrant, continue cependant, malgré de multiples incidents, à être construit dans certaines villes, comme le t5 jusqu'à sarcelles, à caen, suite à de nombreux incidents, qui ont émaillée la courte vie de ce moyen de transport, la municipalité a décidé de se débarrasser de ce système bancal pour le remplacer par un vrai tramway

lundi 26 aout : retour à vintimille

je resterai à padoue la nuit du lundi 26 aout, il a beaucoup plu dans la soirée, je me suis réfugié sous un grand hangar, à côté d'un parking, où j'y ai déplié ma grande housse imperméable, sur laquelle j'ai étendu mon duvet, dans lequel je me suis enfoui pour dormir;

je décide ce mardi matin de rejoindre la gare de padoue, et d'y prendre un train pour verone,

quelques vues de verone
quelques vues de verone
quelques vues de verone
quelques vues de verone

quelques vues de verone

j'avais été étonné, en traversant je ne sais plus quelle ville, de découvrir une rue "cesare battisti"; je pensais qu'il s'agissait de celui qui avait fait partie des brigades rouges, réfugié d'abord en france, et maintenant au bresil; cette statue, à verone, montre qu'il existe plusieurs cesare battisti dans l'histoire politique de l'italie

j'avais été étonné, en traversant je ne sais plus quelle ville, de découvrir une rue "cesare battisti"; je pensais qu'il s'agissait de celui qui avait fait partie des brigades rouges, réfugié d'abord en france, et maintenant au bresil; cette statue, à verone, montre qu'il existe plusieurs cesare battisti dans l'histoire politique de l'italie

ce que j'ai vu dans plusieurs villes italiennes, un personnage reposant, dans une immobilité parfaite, sur la main d'un autre personnage; mais là, ils sont trois à jouer les poupées russes!!!!

ce que j'ai vu dans plusieurs villes italiennes, un personnage reposant, dans une immobilité parfaite, sur la main d'un autre personnage; mais là, ils sont trois à jouer les poupées russes!!!!

après verone, j'enchaîne sur un train qui me conduira à milan

non, ce n'est pas une église, mais le hall d'accueil de la gare de milan

non, ce n'est pas une église, mais le hall d'accueil de la gare de milan

la façade de la gare de milan, hénaurme, dans toute sa grandiloquence mussolinienne

la façade de la gare de milan, hénaurme, dans toute sa grandiloquence mussolinienne

j'ai le temps d'admirer ces vieux tramways, qui bringueballent, à la queue leu leu, sur les rues pavées de la ville

j'ai le temps d'admirer ces vieux tramways, qui bringueballent, à la queue leu leu, sur les rues pavées de la ville

car je continue mon périple, cette fois ferroviaire, vers turin, où j'ai juste le temps d'admirer le place centrala

voyage en italie

car un train m'attend pour cuneo, où je prendrai in extremis un train pour vintimille, que j'atteins la nuit tombée, accueilli dans cette dernière ville par un joli feux d'artifice

voyage en italie

après m'être restauré de ma dernière pizza italienne dans cette ville frontière, j'enfourche mon vélo pour un parcours de nuit entre vintimille et nice; parcours agréable, peu de circulation, la route est constamment éclairée, je fais donc en sens inverse un parcours déjà effectué à l'aller

aux abords de nice, par une nuit calme et douce, les lumères de la ville se reflètent dans les eaux paisibles de la méditerrannée

aux abords de nice, par une nuit calme et douce, les lumères de la ville se reflètent dans les eaux paisibles de la méditerrannée

j'arrive à nice vers les trois heures du mat', sur la promenade des anglais, un groupe de jeunes jouent au foot, plus loin, d'autres font de la musique, d'autres encore se promènent, discutent, profitant de ces derniers jours du mois d'aout;

je rejoins la gare, et, comme d'autres, j'installe ma bâche, et je m'allonge, emmitouflé dans mon duvet, sur le parvis de la gare de nice, en attendant son ouverture

mardi 27 aout

à cinq heures du mat, on est réveillé par la police ferroviaire, qui nous annonce que la gare est ouverte; mon train part à 5h55, j'arriverai à marseille vers 8h, je reprendrai un train pour avignon, où j'y prendrai mon petit déjeuner, face au rhône, puis je monterai dans un autre train pour sète, pour reprendre mon vélo pour agde, puis béziers; la tramontane s'est réveillée, j'ai le vent en face, ce n'est pas une situation idéale pour pratiquer le vélo; j'arrive à moitié épuisé à béziers, où, profitant des trains à un euro que propose la région languedoc roussillon sur certains de ses ter, je rejoins bédarieux, puis la piste cyclable bédarieux mazamet, dont les travaux d'aménagement viennent juste d'être terminés; j'emprunte donc cette piste sur une vingtaine de kilomètres, la nuit commence à tomber, je plante ma tente sur le bord de la piste

mercredi 28 aout

je reprends mon vélo, et suit cette piste absolument géniale, aménagée sur une ancienne voie ferrée, qui traverse la montagne, donc sur un parcours à peu près plat, dans un environnement superbe

le temps est au beau fixe, la piste se faufile dans la montagne

le temps est au beau fixe, la piste se faufile dans la montagne

les côtes sont effacées par de long tunnels, dont les lumières, luxe suprême, s'allument automatiquement à mon passage

les côtes sont effacées par de long tunnels, dont les lumières, luxe suprême, s'allument automatiquement à mon passage

à mazamet, je reprends un train pour toulouse, pour un tarif bien modeste, 7 euros, bénéficiant de l'avantage des "tickets mouv'" mis en place par la région midi pyrénées

à toulouse, autre ter pour dieupentale, puis je reprends la piste cyclable qui suit le canal garonne; je campe le soir un peu après moissac, près d'un grand lac

jeudi 29 aout

réveil aux aurores, le soleil fait son apparition pour cette dernière journée; en effet, je rejoindrai agen à vélo, puis je reprendrai un train pour bordeaux, suivi d'un autre pour la roche sur yon, où j'arriverai vers 18h;

dernier lever de soleil sur cette ultime journée qui conclut mon périple

dernier lever de soleil sur cette ultime journée qui conclut mon périple

conclusion

je n'ai pas accompli ce que je pensais faire, c'est-à-dire le tour complet de l'italie; cela n'a guère d'importance, car durant cette période, j'ai vécu au jour le jour, sans savoir exactement où je serais le soir, quand je m'arrêterais pour manger ou me reposer; ce qui donne une autre dimension au temps, qui paraît s'étirer, à l'inverse de ces journées ou ces semaines où tout est programmé; ici, il faut vivre avec l'imprévu, profiter des opportunités qui peuvent bousculer des projets pourtant mûrement arrêtés, côtoyer cette liberté absolue qui est de s'adapter aux circonstances du moment, se laisser porter par le hasard des instants vécus, liberté totale qui dit bien tout l'inconfort d'une perspective que l'on ne peut prévoir, déroger à cette routine quotidienne où on ne réfléchit même plus à ce qu'on vit, pour des instants toujours nouveaux, unique et imprévisibles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michelle 24/09/2013 11:25

Je viens d'enfourcher en ta compagnie le vélo qui t'a fait découvrir les paysages , les villes . bravo mon frère

Présentation

  • : Le blog de l'aunis
  • : actualité de la musique et de son enseignement
  • Contact

Recherche